AccueilAccueil  RechercherRechercher  Tumblr  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 settle for me - charles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Maggie Delacour
La Perfection ✓ Impossible n'est pas Maggie

Messages : 164
Date d'inscription : 18/11/2015

MessageSujet: settle for me - charles   Sam 21 Nov - 23:11

 
Settle for meChaggie  
Le temps passait si lentement depuis que j'étais arrivée ici, à Tacostown. Je le savais, en arrivant ici, que ça n'allait pas être facile. Mais je ne savais pas que ce serait à ce point. Je ne pensais qu'à lui, tout le temps. J'avais l'impression de ne pas pouvoir penser à autre chose tant que je n'aurais pas eu les réponses dont j'avais besoin. Je ne savais pas où il était, ni pourquoi il avait quitté Sydney. C'était trop bizarre. Et puis, je ne faisais rien de mes journées. Pour le moment, j'avais juste envie de me poser. J'avais quand même passé plus de six mois en tournée, et ça me soulageait de pouvoir enfin trouver un point d'attache. J'avais acheté un studio dans le quartier le plus huppé de Tacostown. Je n'avais pas envie de me rengager tout de suite dans un projet qui me prendrait du temps, et qui me pousserait peut être à beaucoup voyager. J'avais tout simplement envie de me poser, mais le fait de ne pas me distraire par le travail notamment, ça n'aidait pas pour penser à autre chose qu'à Charles. Rien que de penser à son prénom, j'avais l'impression de faire quelque chose de mal. Et pourtant… Je n'arrivais pas à savoir si je devais me reprocher quelque chose ou non, si j'avais fait quoi que ce soit d'inconvenant… Tant de questions, pour absolument aucune réponse… « Maggie ! Tu m'écoutes ? » « Hein ? Quoi ? »
Je levai les yeux et sortais de ma rêverie. Guillaume me sortait de ma rêverie, comme à son habitude. Depuis que j'avais emménagé, je ne voyais quasiment que lui, à défaut d'avoir d'autres vrais amis en fait. Mais il me le rendait bien. C'était agréable de retrouver mon frère après tant d'année à ne le voir que pendant les vacances. Là au moins, j'avais le temps que je voulais pour profiter de lui. Mais le pauvre, il devait en avoir assez de mes histoires, même si j'étais persuadée qu'il savait où était Charles, je ne lui avais même pas posé la question. Là encore une fois, je n'étais même pas concentrée sur ce qu'il me disait avec cette histoire. « Tiens, prends ça ! »
Il déposait devant moi un morceau de papier sur lequel il était écrit quelque chose. Je lisais, une adresse. « C'est quoi ? » Il croissait les bras. Ouh, je n'aimais pas cet air qu'il prenait. Pourquoi il me donnait ça ? C'était un quartier pas si loin de chez moi, mais je ne voyais pas qui pouvait y vivre. « C'est l'adresse de Charles. Il est en ville. Je pense pas que tu devrais aller le voir, mais au moins, tu sais où il vit. Où il est. » Quoi ? Non mais enfin… Je ne lui en voulais pas, à Guillaume, mais au fond, j'aurais même préféré qu'il ne me dise pas ça. Mon coeur se serrait. « Maggie me regarde pas comme ça. Mais juste n'y va pas, d'accord ? »
Comment il pouvait me demander ça. Il savait très bien qu'avec cette adresse, j'allais aller le voir, il le savait très bien. « Si, il faut que j'y aille. » Il avait l'air assez dubitatif. Je l'étais tout autant. « Très bien. Mais si il te demande, tu as trouvé son adresse dans les papiers de mon bureau, d'accord ? Je ne t'ai rien donné. » Charles ne voulait pas me voir. Voilà ce que ça voulait dire. Il ne voulait pas que je le trouve. Et ça m'angoissait encore plus. « Non, je ne lui dirai rien. » Je me levais, attrapai mon sac et m'en allais. Hors de question que je reste une minute de plus loin de lui. J'y pensais bien trop pour rester là, les bras croisés. Il fallait que je le vois.
Après quelques minutes en voiture, j'étais à l'adresse que Guillaume m'avait donné. Et s'il n'était pas là. Et s'il était là mais refusait de m'ouvrir. Et si… Je ne savais pas, je ne savais plus. Je montais les escaliers, une à une, le plus lentement possible. Je sentais que plus je montais, plus mon coeur accélérait. Je sentais les battements un à un. Je sentais que j'étais à deux doigts de tomber dans les pommes. Et enfin, j'arrivai devant chez lui. J'avais une impression d'irréel. Oui, j'allais le voir, mais qu'est-ce que j'allais bien pouvoir lui dire… J'étais finalement devant sa porte. Je restais là, bêtement, sans rien faire. Je n'en avais plus autant envie, je ne savais pas si c'était une bonne idée. Et finalement, je frappais trois coups.
J'avais l'impression d'attendre une éternité devant la porte close. Les questions fusaient et se dissipaient aussi vite. Qu'est-ce que je faisais là ? Je ne savais pas. Et finalement, la porte s'ouvrait. « Je… Euh... » Mon souffle se coupait quand mon regard se posait dans ses yeux. Je ne savais plus quoi dire, je ne savais plus quoi faire. Il était là, devant moi. « Je… Salut... » Je baissais le regard. Il n'avait pas envie de me voir, bien sûr, il ne s'attendait pas à me voir. Je cherchais mes mots, j'avais l'impression que je le faisais attendre pendant une éternité. « Je sais que tu n'as pas envie que je sois là, que tu n'étais sans doute même pas au courant que je sois en ville et tout ça mais... » Je ravalais les larmes que je sentais monter, hors de question que je pleurs. « Charles j'ai besoin de savoir... » C'était bizarre. On n'avait pas parlé depuis si longtemps et je restais sur le pas de la porte. Je ne m'énervais pas, je restais très calme au contraire. « Pourquoi ne plus répondre à mes sms ? Mes appels ? » J'avais mille et une question en tête, et je sentais des vertiges, sans doute dus à l'adrénaline ou quelque chose comme ça. « Est-ce que j'ai fait quelque chose, dit quelque chose… ? » Un blanc. Mes yeux étaient toujours rivés sur mes pieds. Je jouais avec mes mains, nerveuse. Je relevais finalement le regard pour planter mes yeux dans les siens. « Charles, pourquoi t'es parti ? »

©️ sumptuous reign.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: settle for me - charles   Mer 25 Nov - 23:01

i wanna cry and i wanna love,
but all my tears have been used up

L'on frappe à ma porte. J'étais tranquille à manger des chips sur mon canapé devant une étrange émission de téléréalité, oklm, lorsqu'on frappe à ma porte. Je soupir, grogne, geint, maugréé... Et on frappe plus fort. Je finis par me lever pour aller ouvrir. Ah oui. Je suis presque nu, à l'exception de mon boxer. Mais c'est mardi après-midi, je suis au chômage et en dépression post-l'australienem'aimeplus alors... J'ai le droit, oké ? Et puis merde, je suis un homme libre et égaux en droit ! Bref. J'ouvre la porte pour voir une tornade brune surgir de nul part. « Salut ! Je dois aller au boulot, Wally est sous la douche et j'ai plus le temps, du coup je viens utiliser la tienne merci beaucouuup ! » Elle m'agresse de sa voix criarde, sa bonne humeur et son sourire de lutin. Je fronce les sourcils face à tant d'énergie. Et comme je ne bouge pas, elle m'enfonce un doigt dans les côtes pour que je me pousse. « Héé, pour ton propre bien tu devrais peut-être penser à t'habiller ! » Elle rit, puis me pousse carrément pour se diriger dans la salle de bain. Et c'est sans aucune pudeur qu'elle se déshabille en chemin. Non, mais elle n'a pas de temps à perdre, vous comprenez ? Pour la bonne mesure, je ferme la porte avec un soupir. Puis je collecte ses vêtements au passage, en fais une jolie boule que je laisse tomber devant la porte de la salle de bain. Oui. J'ai déjà vu Leo nue. Oui. Leo est ma fiancée depuis une semaine. Mais Leo reste une inconnue, et je reste un type sympa qui ne viole pas les femmes dans leur douche. Et pour le minimum de décence requis, je fais l'effort d'enfiler un débardeur et un short qui attendent d'être lavés depuis deux jours mais que je n'ai mis qu'une fois donc ça passe. J'ai vraiment besoin d'une femme pour faire mes lessives, moi ! ... Et pour obtenir des papiers.

« Leooo ? Tu pourras faire la lessive ? » Je demande lorsqu'elle sort de la salle de bain, en forçant autant que possible mon accent français pour qu'elle se souvienne que je suis irrésistible. Leo a grandit avec cinq frères, qu'elle m'a dit, alors elle doit savoir faire la lessive... Non ? Elle apparaît dans mon champ de vision, toute mouillée, m'empêchant de regarder le type bizarre bouffer des trucs bizarres de la nature. Je relève le regard et, voyant son air outré, m'arme de mon plus joli sourire. Oui, le colgate qu'on utilise pour les séances photos ! « Qu'est-ce que j'obtiens en échange ? » Uuuh. Ma gratitude, pour commencer ! Mais la question, c'est qu'est-ce qu'elle obtient en échange de sauver mes fesses en acceptant de m'épouser ? ... Oh. Oh bah oui ! « Une nuit au paradis ? » Elle ricane, lève les yeux au ciel et sourit. On dirait pas, comme ça, mais quand elle veut Leo elle est vachement jolie comme fille. ... Mais connard. Elle finit par hausser les épaules, m'ébouriffe les cheveux l'air de dire, avant de répondre « On verra ! Je file, merci pour la douche ! » et de quitter mon appartement aussi vite qu'elle est apparue. D'accord. Je suis un peu perturbé, mais ça va je le vis bien. Et comme je suis parti, je suis parti pour être perturbé un grand moment.

Et puis l'on refrappe à ma porte. Cette fois, j'ai fini mon paquet de chips et je suis habillé. Mais la flemme est toujours la même. Alors je refais le même rituel en me levant pour gagner l'entrée, maudissant par avance ma toute fraîche fiancée d'avoir oublié quelconque soit le truc qu'elle a oublié. Sauf que quand j'ouvre, ce n'est pas une femme brune et petite qui se tient sur le pallier. Non. C'est une femme blonde et de taille moyenne et... Cette fois, j'étais vraiment pas prêt. Le maigre sourire qui m'est parvenu à l'idée de revoir Leo disparait et je commence à retenir mon souffle. « Je… Euh... » Oui, c'est ça. Je vais me suicider en ne respirant plus. Je ne sais pas quoi dire ni que faire devant Maggie. Je ne sais pas comment prévenir mon estomac de se retourner dans tous les sens à la vue de la jolie blonde. Je ne sais pas comment ne pas me mettre en colère tout de suite. Je ne sais pas quoi dire. Alors je ne dis rien, je reste droit, je la regarde sans expression particulière. Oui, nous sommes arrivés ici. Mais je n'étais pas prêt de la revoir, je n'étais pas sûr de vouloir la revoir... « Je… Salut... » Aux dernières nouvelles, Marguerite était en tournée avec sa pièce de théâtre, rayonnante aussi bien par son talent que par sa vie sentimentale. Et dans sa vie sentimentale, il ne fallait pas me compter dedans... Mais comme on dit, loin des yeux loin du cœur ? This is bullshit

« Je sais que tu n'as pas envie que je sois là, que tu n'étais sans doute même pas au courant que je sois en ville et tout ça mais... » Mais elle est quand même là, et il serait sans doute impoli de lui claquer la porte au nez sans lui offrir un kleenex. Sauf que je n'ai pas de kleenex. Juste du sopalin. Alors j'peux pas fermer cette putain de porte... Et puis c'est Maggie, et Maggie je l'aime un peu quand même. Même si ce qu'elle a fait c'est franchement pas bien. « Charles j'ai besoin de savoir... » Je ne dis toujours rien. J'aurai pu intervenir depuis longtemps. Répondre un salut, demander un quoi... Mais j'ai la gorge trop noué pour parler. J'ai peur de n'être capable que de crier, et je n'ai pas envie de crier sur Maggie. « Pourquoi ne plus répondre à mes sms ? Mes appels ? » Je fronce les sourcils. La réponse est plus qu'évidente, pourtant, non ? Elle m'a trompé, a eu le chic de se faire prendre... Mais elle a l'audace de venir CHEZ MOI, toute tremblante et triste alors qu'elle a fauté. Pourquoi je n'ai pas répondu à ses messages ? Excusez-moi d'avoir le coeur brisé, un problème de séjour et une nouvelle fiancée. Charles, c'est un homme très pris. « J'étais occupé... » Mon ton est un peu froid et je m'en fiche. Et en plus, c'est plus ou moins la vérité. « Est-ce que j'ai fait quelque chose, dit quelque chose… ? » MAIS BITCH PLEASE BORDEL DE SAINTE CROTTE. Je souffle. Je suis calme, mais je souffle.

« Charles, pourquoi t'es parti ? » Là, c'est la petite goutte dos, minuscule représentante de H2O, qui fait déborder le niveau de la mer et nique l'iceberg et le réchauffement climatique. AAAAH. « ALORS PREMIÈREMENT ! » Je commence en levant l'index d'un air menaçant, et en prenant une grande inspiration parce que c'est le moment où je balance tout mon coeur et mes sentiments. « C'est toi qui est partie, pas moi. DEUXIO ! C'est aussi toi qui est allée voir ailleurs, toujours pas moi. ET PETIT TROIS, tout le monde a ses problèmes et le monde ne tourne pas autour de toi. Alors ton numéro de fille désespérée, il est beau mais je n'y crois pas. Sur ce, la grosse bise !! » Et c'est tout énervé et après bien m'être mis en colère que je claque la porte d'entrée, sans même lui donner de mouchoirs. Je suis faché, et triste et déçu qu'elle soit venue. Franchement, même si ça me faisait mal j'étais beaucoup beaucoup mieux sans elle. Je pensais à ça de temps en temps, mais j'essayais de passer à autre chose... Et cet autre chose n'est pas brune et n'a pas un corps de déesse, non. OH, bah d'ailleurs ! Je rouvre la porte brusquement : « PS : je suis fiancé et c'est fini nous deux. » Cet homme est d'une violence...
acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maggie Delacour
La Perfection ✓ Impossible n'est pas Maggie

Messages : 164
Date d'inscription : 18/11/2015

MessageSujet: Re: settle for me - charles   Jeu 26 Nov - 0:32

 
Settle for meChaggie  
J'étais là, face à lui. Je parlais, mais au final, j'arrivais pas franchement à contrôler ce que je lui demandais. Merde quoi. Je ne l'avais pas vu depuis environ six mois, mais il n'avait pas changé. Il ne réagissait pas, il ne disait rien, il ne faisait rien. J'avais qu'une envie c'était d'exploser, vraiment, comme jamais. Je ne comprenais pas, je ne comprenais rien du tout. Il était juste là, à la cool, en short et en tee shirt. Je n'arrivais même pas à savoir quoi penser à sa réaction en me voyant. Enfin si, une chose était sure, c'était qu'il n'avait vraiment pas envie de me voir. Ça, il n'y avait même pas besoin de le connaître pour le voir. Mais Maggie, qu'est-ce que tu fais là ? Barre toi ! Je ne savais même pas ce que je lui demandais, combien de questions je lui avais posé, il ne disait rien. « J'étais occupé... » La seule chose qu'il trouvait à dire. Occupé ? De ce que je le connaissais, non, occupé n'était pas le mot qui convenait. De ce que je savais de lui, Charles n'était pas un homme occupé, du moins, il ne l'était pas pour moi, avant… Bref, ça ne servait à rien de penser à ça. Le passé, c'était le passé. Mais en effet, je n'arrivais pas à mettre de mot sur notre relation, à l'heure d'aujourd'hui.
Et là, retournement de situation. « ALORS PREMIÈREMENT ! » Il était énervé. Charles était énervé. J'avais passé des années avec lui, et je ne l'avais jamais vu comme ça. Il n'avait jamais haussé le ton de telle façon. Et oui, ça me faisait peur, parce que je ne comprenais pas pourquoi. Je ne comprenais toujours pas.  « C'est toi qui est partie, pas moi. DEUXIO ! C'est aussi toi qui est allée voir ailleurs, toujours pas moi. ET PETIT TROIS, tout le monde a ses problèmes et le monde ne tourne pas autour de toi. Alors ton numéro de fille désespérée, il est beau mais je n'y crois pas. Sur ce, la grosse bise !! » Et la porte claque. Je reste là, bouche bée. Je pense, enfin non, j'arrive pas à penser. J'espère que c'est mon imagination qui m'a joué un mauvais tour, mais j'ai bien l'impression que non. Non mais… Non mais… NON ! Non, non, non ! Il pouvait pas me dire ça, pas à moi ! Il… Juste non ! Je ne comprenais même pas pourquoi il me disait ça. J'étais partie : non. J'étais allée voir ailleurs : non plus ! Et le monde tournait autour de moi : encore moins. Mais ah ! Et il fuyait comme un lâche ! Mais sérieusement un gamin de cinq ans qui va s'enfermer dans sa chambre parce qu'il s'est fait grondé par sa maman aurait réagi pareil ! Je n'avais pas envie de me rabaisser à une réaction identique, donc non, je ne comptais pas insister. Ca m'énervait, mais si il avait envie de bouder et de ne pas discuter, tant pis pour lui. J'allais me contenter de tirer un trait sur ce type. De toute façon, le Charles qui venait de me parlait, non, ce n'était définitivement le Charles avec qui j'avais passé plusieurs années de ma vie.
Je m'apprêtais à m'en aller, à rentrer à la maison, en disant bien à Guillaume que la prochaine fois, je suivrai ses conseils. Et là, j'entends la porte se rouvrir. « PS : je suis fiancé et c'est fini nous deux. » Oh non, alors là non. Il allait trop loin ! « Pardon ? » Contrairement à lui, j'essayais de rester calme, je ne levais pas ma voix. Mais là, j'étais sur le cul. Franchement. Que ce soit fini entre nous, bon, ça, je l'avais deviné, même si j'aurais préféré qu'il me dise le contraire, et encore que… Mais il était fiancé. FIANCE. A qui ? Quand ? Pourquoi ? Je rêvais. J'hallucinais. Ce n'était pas possible. « Non mais c'est une blague tu es... » Je ne voulais même pas y penser, encore moins le prononcer. Ca ne pouvait pas être vrai, ça ne pouvait pas être possible. « Mais Charles, est-ce que tu réalises deux minutes ce que tu dis ! » Je parlais pas de ces fiançailles ou nian nian nian là, mais de ce qu'il m'avait dit avant. « Je suis pas partie, on en a paré et tu étais d'accord ! Tu savais que j'allais revenir, parce que oui, j'allais revenir ! La preuve, je suis revenue à me disant que ça allait être cool, qu'on allait pouvoir parler de projet, d'enfants, de mariage, enfin, non, laisse tomber le mariage clairement. » Il est fiancé, bordel. « Je suis revenue et je me suis retrouvée toute seule comme une conne. » Aller, hop ! Son premièrement tombait à l'eau. « Ensuite, d'où est-ce que je suis allée voir ailleurs ? Je... » Et là, d'un coup d'un seul, ça me heurte mais comme un poids lourd. BOOM. L'article. Le truc comme quoi j'avais eu un relation avec l'autre acteur de la pièce. Et maintenant que j'y pensais, c'était depuis cet article que je n'avais plus eu de nouvelle de Charles. « Non mais tu vas pas me dire que t'as... » Je voyais bien à son regard, qu'il avait compris ce que j'avais compris qu'il pensait. « Non mais non ! Charles sérieusement ! Les médias ! Ils ont dit qu'on était séparé dès mon départ et tu savais que c'était pas le cas. Bien sûr que non ! Et là, tu les crois ? Mais... » Je n'en revenais pas. « Mais Charles, franchement… C'est pas possible. Pas toi. N'importe qui aurait pu les croire mais pas toi. Tu me connais. Pourquoi est-ce que je t'aurais trompé... » Ca m'arrachait la gorge de dire ça parce que non, je n'avais jamais eu l'intention de le tromper ou quoi que ce soit d'autre. Enfin finalement, quand je vois la situation présente, j'aurais peut être bien dû en profiter finalement. « Donc non, apparemment, ce n'est pas moi la première à avoir été voir ailleurs... » Vu qu'il était fiancé, c'était bien lui, le premier. Plus ça allait, plus mes mots se perdaient. J'avais envie d'exploser, de pleurer. « Et non plus, le monde ne tourne pas autour de moi, bien au contraire. Ca fait deux semaines que je suis là, ça fait deux semaines que je pense qu'à ce moment, que je peux même pas faire quoi que ce soit de professionnel parce que j'ai mille et une questions à te poser et crois moi je n'imaginais pas ça comme ça. »
Voilà, j'arrivais plus à me retenir, et une micro larme coulait le long de ma joue. Je l'essuyais aussi tôt. Je sais même pas si c'est une larme de tristesse ou d'énervement, sans doute un peu des deux. « Fin bref, maintenant tu es fiancé, ouh la ! Ca rigole plus ! T'inquiète pas, je suis pas venue ici pour te faire mon numéro de fille désespérée comme tu le dis si bien. » C'était vraiment du foutage de gueule, j'avais l'impression d'être dans la troisième dimension. « D'ailleurs, je sais même pas ce que je fous ici, là, maintenant. » J'avais jusque là réussi à soutenir son regard, mais là, je craquais, je baissais les yeux, et retenais mes larmes. « T'es fiancé... » J'ajoutais dans un murmure, presque inaudible, sans doute qu'il ne l'avait pas entendu. En fait, je ne lui prêtais même plus attention. Il avait qu'à rentrer dans son appartement et fermer la porte comme un goss si c'est ce qu'il veut faire. Basta.

©️ sumptuous reign.


Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: settle for me - charles   Lun 28 Déc - 0:33

i wanna cry and i wanna love,
but all my tears have been used up

Dire que je n'étais pas prépapré au retour de Maggie est tout sauf un euphémisme. Là, pour le coup, j'étais vraiment pas prêt. Putain. En plus, j'aurai dû le savoir. Enfin, du moins prévoir lorsque sa tournée serait fini. Et envoyer un message à Guillaume pour savoir si elle comptait rester sur Sidney où rentrer ici... Mais j'ai été con et imprudent, et j'ai ouvert la porte sans regarder dans le petit trou et j'ai désormais mon... ex ? petite-amie sur le pas de ma porte, triste comme pas deux. Et moi, je suis incapable de réagir. J'ai même pas la force de dire bonjour. Mais on mettra mon impolitesse sur le compte de ma nationalité française. Clairement, elle comme moi savons que sa présence n'est pas des plus appréciées. Mais elle a une question à me poser, alors elle l'a pose. Pourquoi je n'ai pas répondu à ses SMS ou à ses appels ? Oh je ne sais pas. Pourquoi elle m'a trompé ? Oui, je sais, on ne répond pas à une question par une autre question. « J'étais occupé... » Je réponds, de mauvaise foi. « Est-ce que j'ai fait quelque chose, dit quelque chose… ? Charles, pourquoi t'es parti ? » Là, elle pousse le bouchon un peu trop loin. Et parce que la muse du langage a été assez clémente pour me libérer la parole, je peux enfin lui répondre. Et c'est toute la colère et la rancœur que j'ai accumulé ces derniers mois qui sortent, accompagnées de la frustration des merdes qui me sont tombées dessus ces dernières semaines.

« ALORS PREMIÈREMENT ! » C'est elle qui est partie, techniquement parlant. Et oui, j'étais tout à fait cool avec ça et même carrément heureux pour elle, qu'elle puisse vivre ses rêves et vivre de sa passion. Mais ça m'amène à mon deuxièmement deuxio. Elle m'a trompé, et a réussi à se faire choper par les médias. Et là, de suite, je suis beaucoup moins cool. Faut pas pousser Mémé dans les orties, fichtre Dieu ! Et mon troisièmement petit trois, c'est juste de l'égoïsme pur et de la méchanceté gratuite parce que la haine me fait vivre parce que je suis un mâle blessé alors je suis un mâle méchant et un point c'est tout. Je préfère ne pas croire à cette mise en scène de jeune fille blessée, même si elle est sans doute vraie. Maggie est une très bonne actrice, et ça c'est juste pour me donner bonne conscience pour pouvoir lui refermer la porte dessus. Ce que je fais. AH ! Bon débarras ! Ah oui, non, minute papillon. J'oublie un détail. Et puis, vous savez c'qu'on dit ? La colère donne des ailes ! Bon, en fait c'est le Redbull mais... Ok Charles !

« PS : je suis fiancé et c'est fini nous deux. » Je l'informe comme un malotru en rouvrant la porte. « Pardon ? » Oh, elle a du mal à comprendre le français maintenant ? Ou alors, ça lui en bouche un coin ? Juste pour être sûr, je répète en articulant : « Oui ! Fi-i-ian-cé ! » Oui, il fait l'âne, oklm le gars. Bon, techniquement c'est pas trop trop un mariage d'amour et peut-être que je l'aime elle encore un peu mais... Elle n'est pas censée le savoir ! Je cherche juste à la faire souffrir un peu, parce que je suis un mâle méchant je vous rappelle. « Non mais c'est une blague tu es... » Un connard, oui. « Mais Charles, est-ce que tu réalises deux minutes ce que tu dis ! » Euuuh. Oui ? Je fronce les sourcils, perplexe un peu. Elle va bien ? Son cerveau a loupé un morceau, c'est ça ? Son nouveau jules lui a retourné la tête et elle a des problèmes de compréhension maintenant ? Ah non. En fait, elle est restée bloquée à mon décompte loupé. « Je suis pas partie, on en a parlé et tu étais d'accord ! Tu savais que j'allais revenir, parce que oui, j'allais revenir ! » Oui, non mais là dessus on est d'accord oké ? « Je sais, et... » Et elle me coupe la parole parce que c'est une impolie et que la colère c'est chacun son tour. « La preuve, je suis revenue à me disant que ça allait être cool, qu'on allait pouvoir parler de projet, d'enfants, de mariage, enfin, non, laisse tomber le mariage clairement. » Oh sa mère. Ok, alors est-ce que je pourrais avoir deux fiancées en fait ? S'il-vous-plaît merci ! Pour le coup, j'ouvre la bouche en grand grand et la referme aussitôt. Parce que je n'ai rien à dire. Parce que... Parce que putain de sa mère ok ? Ok. Merde alors !

« Je suis revenue et je me suis retrouvée toute seule comme une conne. » Je hoche négativement la tête. « Oui mais fallait pas t'attendre à ce que je t’accueille à bras ouverts non plus... » Je souffle, un peu frustré dans ma vie. Aller, hop ! Son premièrement tombait à l'eau. « Ensuite, d'où est-ce que je suis allée voir ailleurs ? Je... » Elle ? Elle est désolée ! Elle a pas fait exprès, mais en fait il l'avait un peu droguée ce soir là ? Elle avait trop bu ? Elle a juste glissé et il la gentiment raccompagné à la maison, et pour le remercier ils ont fait sauvagement l'amour, oklm ? « Non mais tu vas pas me dire que t'as... » Quoi ? Quoiii ? Que j'ai suivi son actualité avec les magazines ? Bah si, pardon. C'est ce qu'on appelle être une groupie, et j'assume. Ais. J'assumais. « Non mais non ! Charles sérieusement ! Les médias ! Ils ont dit qu'on était séparé dès mon départ et tu savais que c'était pas le cas. Bien sûr que non ! Et là, tu les crois ? Mais... » Mais je suis un gros débile de la vie, c'est ça ? « Tu me connais. Pourquoi est-ce que je t'aurais trompé... » Je sais pas, peut-être parce que le proverbe il dit loin des yeux loin du coeur, peut-être parce que je suis trop vieux pour elle, peut-être qu'elle aime plus les français... Des tas de bonnes raisons quoi !

« Donc non, apparemment, ce n'est pas moi la première à avoir été voir ailleurs... »HE HO CA VA BON. Je n'suis qu'un homme ! Oui ? Je sais pas sur le coup... Non mais du coup... Elle n'a pas tout à fait tord. Mais pour ma défense, je n'avais pas prévu d'épouser Léonie. C'est juste que j'avais des petits problèmes dans ma vie et que la brune est arrivée comme un cheveu sur la soupe. « Maggie... » Bon en fait, je ne sais pas trop quoi lui dire. J'l'inviterai bien à prendre le café, maintenant oklm. Juste pour rattraper le temps perdu, tu vois ? Mais bon. Je l'ai un peu envoyé boulet. Et elle m'a un peu pas trompé. Eeet je suis un peu fiancé maintenant. Tout de suite, c'est bien moins pratique ! Ca me rend triste un peu. Enfin, après j'ai jamais été fiancé ni quoi que ce soit, mais c'est pas censé rendre triste. C'est un médicament grave pourri en fait. Ah oui, ils disaient de se fiancée avec l'élue d'votre coeur. J'avais oublié ! Elle aussi, elle avait oublié que je suis pas très intelligent sans elle, et maintenant elle pleure. « Fin bref, maintenant tu es fiancé, ouh la ! Ca rigole plus ! T'inquiète pas, je suis pas venue ici pour te faire mon numéro de fille désespérée comme tu le dis si bien. » Non mais ça va je retire ! Rolala, ce qu'elle est susceptible. « D'ailleurs, je sais même pas ce que je fous ici, là, maintenant. »

Je fronce les sourcils. Très bien. Que dois-je faire maintenant ? En vrai, je suis un peu moins en colère. Mais en vrai aussi, j'ai été un peu beaucoup un connard et je suis pas sûr qu'elle ait envie de me parler maintenant. « Tu veux entrer ? » Je finis par lui demander, aussi calmement et gentiment que possible en vue du contexte. « Pour discuter sans se crier dessus ? » Enfin on va essayer. Elle finit par accepter, et c'est dans une situation bizarre dans laquelle on se retrouve. J'ai bien envie de lui faire un câlin et de lui dire que je suis désolé et qu'il ne faut pas qu'elle pleure. Mais la seule chose que je trouve intelligente à dire c'est : « Désolé, j'ai fini les chips. » Mais j'ai des boissons fraîches au frigo, alors on se dirige vers la cuisine. Ready for the talk ? « Pardon d'avoir été grossier. Mais tu m'as trompé ! Enfin non... Mais j'étais malheureux ! Et seul, et perdu. Et en même temps ce magnifique pays m'a envoyé une carte d'adieux et j'ai dû mettre la série en pause. Après j'ai rencontré Leo, et j'ai eu la brillante idée de lui demander de m'épouser pour pouvoir rester ici. Et pour une sombre raison qui m'échappe encore, elle a dit oui. Et maintenant tu ne m'as pas trompé, et je me trouve con. Et je sais pas. J'ai envie de manger des croissants. Tu veux des croissants ? » En plein milieu de l'après-midi, oklm. « Et tu veux un câlin ? Parce que tu m'as un peu manqué quand même, et c'est pas cool que tu sois triste. »
acidbrain


Désoléééééééée :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
La caméra
Camera ✓ And action !

Messages : 104
Date d'inscription : 19/09/2015

MessageSujet: Re: settle for me - charles   Sam 9 Jan - 17:07


BOUM BABY



La caméra se tourne vers Maggie, parce que là franchement, on veut voir sa réaction à cette histoire de gros malade sans sourcil.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tacostown.forumactif.org
avatar
Maggie Delacour
La Perfection ✓ Impossible n'est pas Maggie

Messages : 164
Date d'inscription : 18/11/2015

MessageSujet: Re: settle for me - charles   Dim 17 Jan - 19:37

 
Settle for meChaggie  
Je ne comprenais même pas ce qui m'arrivait je crois. Le voir me dire tout ce qu'il était en train de me dire, c'était un peu irréel. J'avais envie de me boucher les oreilles et de faire « La la la la la… non… Je t'entends pas. » mais déjà que ça allait être compliqué, si je commençais à faire la gamine en plus de ça, ça allait devenir critique je crois bien. Enfin, ça l'était déjà, je crois bien. Je comprenais rien à ce qu'il me racontait, de quoi j'étais allée voir ailleurs, il se foutait de ma gueule. Et il était fiancé non mais j'avais l'impression d'être dans la quarante-millième dimension en fait. Et puis, il se la racontait là, à faire le mec bam je balance une bombe et je claque la porte et je te laisse dans ta merde. Il était vraiment devenu comme ça ? Fin j'avais l'impression de ne pas avoir vraiment Charles devant moi, ce qui me saoulait au plus haut point. Trois claques, c'était tout ce qu'il méritait. Et il rouvrait la porte, pour me dire que c'était fini et qu'il était fiancé mais c'était une BLAGUE ?! Il aurait mieux fait de rester à l'intérieur, parce que autant, j'aurais laissé passé, je serai partie, il était énervé, voilà, on en resterait là. Mais là ! Je n'allais pas lui lâcher la grappe. Enfin, si, peut être, parce que j'avais pas, enfin plus envie de le voir. Mais j'allais tout lui balancer à la tronche, comme lui l'avait fait pour moi, il n'y avait pas de raison ! Et puis j'allais pas être gentille, j'en avais marre d'être Maggie gentille. Il avait trouvé une autre nana, il allait en payer les conséquences, c'est tout. Enfin, je ne sais pas encore comment, parce que je ne sais pas être méchante, mais il allait payer, c'est sûr !

J'avais pas l'intention de lui laisser en placer une. Pas une ! Tu fermes ta bouche Charles, et t'écoutes, c'est tout ! Et il se tait, un peu, ce qui n'est pas plus mal, parce que j'avais plus envie de l'entendre, il en avait largement assez dit. En fait, je crois qu'il parlait, qu'il avait essayé de communiquer, mais franchement, je m'en foutais. Je ne l'écoutais pas. Je lui balançais tout, que j'avais bien l'intention de revenir, comme je lui avais dit, je comprenais enfin ce qu'il avait voulu dire par aller voir ailleurs, et je comprenais qu'il était vraiment devenu con. Genre ça y est, on laisse monsieur deux minutes et il croit tous les bobards possibles et inimaginables. Ah non mais si ça ne tenait qu'à moi je… Je sais pas ce que je ferai franchement, ça m'énervait à un point. Comment est-ce qu'un mec bien pouvait devenir… Ca ?! Enfin c'était toujours Charles, mais là il touchait le fond quoi, il captait que dalle. Ca me désespérait tellement que même moi, je me trouvais con à rester pleurer là sur le pas de sa porte. Je ferai mieux de partir, de rentrer à la maison, d'appeler Guillaume, de lui demander si il était au courant de tout ça (probablement en fait, pour ça qu'il voulait pas que je vois Charles) et de lui dire que Charles était vraiment un connard. Oui, j'étais pas vulgaire, pas du genre à dire du mal des gens, mais là, Charles, il passait vraiment pour le connard de service. Faut que je parte, j'avais même pas envie de lui dire au revoir, ou adieu plus tôt, parce que j'avais plus jamais jamais envie de le revoir.

« Tu veux entrer ? »  Je levais les yeux. Il était sérieux là ? Genre il pensait vraiment que j'avais envie de rentrer comme ça, après tout ce qu'il venait de me dire ? Et puis, c'était un coup à ce que je tombe sur sa pute de fiancée, et ça, j'en avais VRAIMENT pas envie. Bon, je retire le pute, c'est peut être une fille bien, qui pique les mecs des autres, mais avec un bon fond, peut être… « Pour discuter sans se crier dessus ? » Jusque là, c'est pas moi qui criait, j'étais restée étonnement calme, merci le yoga quoi. Parce que sinon, la tornade Maggie aurait tout dévasté, mais bon, j'avais fait un effort sur moi même. C'était lui qui s'était énervé comme je sais pas quoi. Fin bref, j'avais essuyé mes larmes et je l'avais regardé, il avait vraiment pas l'air bien, et même si je savais qu'il pouvait très bien joué la comédie, le Charles, là, ça avait pas l'air d'être du semblant. J'avais beau être tellement énervée que si j'étais une serial killeuse il serait devenu ma prochaine victime, le voir comme ça faisait que j'avais pas envie de le laisser. Et puis au moins on allait mettre les choses au clair une bonne fois pour toute et après, on aurait plus jamais à se voir. C'était une idée qui me rassurait, un petit peu. « Ok. » Voilà. C'est tout. Qu'il rêve pas, j'avais pas l'intention de beaucoup parler. J'avais plus rien à lui dire, j'avais été absolument honnête avec lui, il savait tout. Je rentrais chez lui, j'étais tellement dans mes pensées que je faisais même pas attention de à quoi est-ce que ça ressemblait, je m'en fichais pas mal. Et lui il me disait qu'il avait fini les chips. Je levais les yeux au ciel. Je le suis vers ce qui ressemble à une cuisine.

« Pardon d'avoir été grossier. Mais tu m'as trompé ! Enfin non... Mais j'étais malheureux ! Et seul, et perdu. Et en même temps ce magnifique pays m'a envoyé une carte d'adieux et j'ai dû mettre la série en pause. Après j'ai rencontré Leo, et j'ai eu la brillante idée de lui demander de m'épouser pour pouvoir rester ici. Et pour une sombre raison qui m'échappe encore, elle a dit oui. Et maintenant tu ne m'as pas trompé, et je me trouve con. Et je sais pas. J'ai envie de manger des croissants. Tu veux des croissants ? » J'avais l'impression de ne plus respirer là maintenant tout de suite. J'avais du mal à croire tout ce qu'il venait de me raconter. Je devais avoir une de ces têtes, genre bouche bée, une mouche aurait pu s'improviser un tunnel à travers ma bouche. Et Leo, c'était un nom de garçon, c'est naze. Mais fin au final tout ça c'était une histoire de papiers alors je comprenais pas. Ca voulait dire qu'il fallait pas que je sois énervée contre lui ? Enfin si un peu quand même, parce qu'il aurait pu me demander moi, en mariage, s'il avait un peu réfléchi. Mais au moins, j'étais d'accord avec lui, il avait toutes les raisons de se trouver con, là, c'est sûr.

Je me retournais vers la caméra le temps d'une seconde, comme étant sur une autre planète, ébêtée par ce qu'il venait de me dire. « Je crois que je vais lui les mettre là où je pense, ses croissants. »

Je me retournais vers Charles. « Non je veux pas de croissant. » En rentrant, j'en mangerai sans doute plein, mais là non. C'était bizarre à dire, mais il me coupait un peu l'appétit. C'était pas méchant mais bon, j'avais autre chose à penser que de remplir mon estomac. Comment il avait pu demander à une fille, à une inconnue de se marier avec lui, comme ça, et comment est-ce qu'elle avait pu accepter. C'était mon Charles, merde, personne avait le droit d'accepter. « Et tu veux un câlin ? Parce que tu m'as un peu manqué quand même, et c'est pas cool que tu sois triste. » « Non. » Bon, ce non était sorti peut être un peu trop naturellement mais voilà. Fin non, c'était trop facile, il allait me faire un câlin et puis après j'allais fondre dans ses bras et j'arriverai plus à lui en vouloir alors que si, je lui en voulais. Mais lui aussi m'avait manqué et tout ça. Juste que je crois que j'avais besoin d'un peu de temps. C'était peut être trop lui demander mais tant pis, je prenais le risque. « T'es con, Charles. » Bon, ça aussi c'était peut être sorti un peu trop naturellement. « Fin non, fin désolée, mais je sais pas. Ca fait un peu mariage blanc dans l'histoire, et en mettant de côté le fait que ça m'énerve vraiment beaucoup, un mariage blanc c'est presque pire que de vivre sans papier. » J'étais moi-même impressionnée par mon calme et par mon self-control. J'étais rationnelle, tout simplement, je crois. Fin c'est lui qui se mettait dans la merde tout seul. J'essuyais les quelques larmes qui avaient coulé sur mes joues du bout de ma manche. Je me sentais un peu con. Il m'avait dit ce qu'il pensait, que je lui avais manqué… Et je lui avais même pas répondu. « Je comprends pas comment t'as pu en venir au point de penser que j'avais vraiment pu te tromper. Je sais pas, t'aurais pu… T'aurais du appeler. Ca m'aurait pas dérangé de rentrer plus tôt pour t'expliquer que c'était n'importe quoi cette rumeur. » Clairement, je l'aurais fait, oui, quitte à louper une ou deux dates de tournée, si ça voulait dire que j'allais pouvoir sauver mon couple, enfin ce qui était fait était fait de toute façon, c'était inutile d'en parler. « T'as de l'eau, s'il te plait ? » Ou de la vodka, ça ferait pas de mal vu la situation. En fait, c'était plus pour le détourner parce que ça me stressait de le regarder dans le blanc des yeux là. J'étais énervée, mais intimidée, trop bizarre. J'avais besoin de répondre à ce qu'il m'avait dit, je pouvais pas rester là à jouer la fille froide que je n'étais pas, il le savait de toute façon, ça servait à rien que je joue avec lui. « Tu m'as manqué aussi. Tu me manques toujours, en fait, je crois. Beaucoup. Trop. » Je baissais les yeux. « Fin bon, j'imagine que ça sert plus à rien de se dire ça maintenant. D'ailleurs, on fait quoi, maintenant ? » Je le mettais un peu devant le fait accompli. Il comptait faire quoi avec sa Leo là.

©️ sumptuous reign.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: settle for me - charles   

Revenir en haut Aller en bas
 

settle for me - charles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» BEAUTEMPS BEAUPRE Charles François,hydrographe.
» Charles Chaplin
» Bx Frère Charles de Jésus et commentaire du jour "Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez"
» Dupin (Charles-André)
» GUILLEMINOT Armand-Charles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tacostown :: Tacostown :: Corail Bay :: Habitations-