AccueilAccueil  RechercherRechercher  Tumblr  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Si tu lâches un renard et qu’elle revient te voir, c’est l’amour. Si tu fais de la bouillasse et qu’elle fout le camp, le destin en a décidé autrement [Maggie ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Bobby Eddison
Fangirl ✓ I will go down with this ship.

Messages : 187
Date d'inscription : 11/11/2015

MessageSujet: Si tu lâches un renard et qu’elle revient te voir, c’est l’amour. Si tu fais de la bouillasse et qu’elle fout le camp, le destin en a décidé autrement [Maggie ♥]   Mer 10 Fév - 19:19

Si tu lâches un renard et qu’elle revient te voir, c’est l’amour. Si tu fais de la bouillasse et qu’elle fout le camp, le destin en a décidé autrement









C'était au moins la cinquième fois que je composais le numéro de Maggie et que je raccrochais juste après avoir appuyé sur le bouton d'appel. Je me sentais complètement ridicule et le fait d'avoir Alfred qui se foutait de ma gueule en face de moi n'aidait pas à rendre les choses plus facile. Le lendemain de ma soirée avec Maggie, je lui avait tout raconté, genre vraiment tout et sans oublier le moindre détail. Évidemment il s'en foutait carrément, tout ce qu'il avait retenu de mon histoire c'était que tout cela c'était grâce à lui parce qu'il m'avait abandonné et surtout que j'avais réussi à obtenir le numéro de Maggie qui en plus d'être incroyablement belle était aussi super sympa. Pour un peu, il serait capable de me dire que tout cela il l'avait prévu et que c'était pour ça qu'il m'avait abandonné ce fameux soir et non parce qu'il voulait regarder sa série tranquillement. Mon meilleur ami était quand même très fourbe quand j'y pensais. Ceci dit, il avait également beaucoup de patience parce que ça faisait déjà 3 jours que je n'arrêtais pas de lui parler de Maggie, mais que je n'osais pas lui téléphoner. Oui je sais, c'était complètement débile et en plus je lui avait promis de le faire. Au delà de ma promesse, j'avais envie de la revoir aussi, c'était juste que je manquait singulièrement de courage et qu'il me fallait un peu de temps avant de pouvoir y arriver. Je ne doutais pas de ma capacité à y le faire, je doutais juste du temps que cela prendrais.
A croire que mon manque de courage avait fini par agacer Alfred, parce qu'il venait tout simplement de prendre mon téléphone pour téléphoner à Maggie « Si toi tu ne le fais pas, moi je le fais, en plus on va rater le film si tu continue comme ça ». Alors qu j'entendais les tonalités, j'essayais vainement de reprendre mon téléphone. C'était sans compter sur l'agilité d'Alfred et en entendant la voix de Maggie répondre je m'étais tout simplement figé « Bonjour Maggie, on ne se connaît pas, je suis Alfred le meilleur ami beau gosse de Bobby et il avait quelque chose à te demander. Je te le passe » Je lui murmurais que j'allais le tuer alors qu'il me donnait mon téléphone avec un grand sourire. Il était sadique vraiment. « Bonjour Maggie, tu vas bien ? » oui je commence toujours par des banalités, il fallait que je me reprenne. « En fait, je voulais savoir si tu étais disponible samedi prochaine pour qu'on aille se promener » j'avais dit cette phrase aussi vite que quand j'essayais d'enlever un pansement. Puis j'étais surtout très nerveux à l'idée qu'elle refuse ou je sais pas. Au final toutes mes craintes étaient infondées parce que Maggie avait accepté. Peut être qu'à ce moment là j'étais l'homme le plus heureux du monde, mais je me concentrais pour avoir l'air normal et lui donner rendez vous à la plage. Alors je n'étais pas stupide, j'avais préciser un endroit bien spécifique de la jetée pour qu'on se retrouve facilement. Après avoir discuté un petit peu on avait finalement raccroché et comme un con je regardais mon téléphone en souriant bêtement et c'était à peine si j'entendais Alfred me parler « La planète Alfred essaye de communiquer avec la planète Bobby, il y a quelqu'un ? » non je crois que j'étais trop loin pour lui répondre et lui me connaissait assez pour lâcher l'affaire.

* * *

Toute la semaine j'ai cru que samedi n'allait jamais arrivé. Plus je regardais les jours et plus j'avais l'impression que le temps ralentissait ou je sais pas. En temps normal il passait normalement, mais de savoir que j'allais revoir Maggie avait eu l'incidence de ralentir le temps exprès pour m'ennuyer. Seulement j'avais vaincu et enfin on était samedi. Toute la semaine mes parents m'avait posé la question de savoir ce qu'il se passait dans ma vie. Depuis quelque temps ils me trouvaient changé, comme si j'allais mieux et que je commençais vraiment à faire le deuil de mon mariage. En un sens c'était vrai. Évidemment que je ne pouvais pas oublier Eva en un claquement de doigt, mais maintenant j'arrivais de plus en plus à me dire que bientôt ça ne serait plus qu'un mauvais souvenir. Quand bien même ça allait mieux, je restais persuadé de mourir seul et sans enfant et ça, ça me rendrait infiniment triste.
Seulement aujourd'hui j'avais décidé que rien ne viendrait gâcher cette journée, enfin cet après-midi et qu'une fois encore j'étais persuadé que j'allais passé un très bon moment avec Maggie. Parce que j'avais peur d'être en retard, j'étais venu 2h à l'avance par rapport à notre rendez-vous. D'ailleurs est ce que c'était vraiment un rendez-vous ou alors seulement deux gens qui s'apprécient et qui vont manger une glace ensemble ? Je sais pas, je savais pas vraiment comment décrire ça et puis j'étais le gars avec un coeur d’artichaut alors si je me montrais trop la tête la chute pouvait faire très mal alors du coup je savais pas comment nommé ce moment et je préférais en profiter voilà.
Du coup oui j'étais arrivé bien à l'avance et j'avais mangé dans un petit snack en face de la mer et c'était bien sympathique. En plus il faisait bon ce qui rendait la chose encore plus agréable. Après avoir mangé je m'étais tout simplement installé sur la plage pour attendre Maggie. Pour un peu à force de contempler la mer et les familles venue passer une journée à la mer j'aurai pu en oublier de regarder l'heure. Heureusement pour moi un homme qui avait besoin de l'heure m'avait sorti de ma torpeur. Il était un peu plus de 14h et dans la logique Maggie ne devrait pas tarder à arriver. Me levant, j'allais rejoindre l'endroit de la jetée où on s'était donné rendez vous tout en essayant de l'apercevoir parmi toute cette bande de promeneur.
Enfin je l'a voyait et elle était tout simplement magnifique. Oui elle était vraiment belle et j'avais même l'impression qu'elle était encore plus belle que la dernière fois. Je m'avançais vers elle pour la retrouver en souriant. Encore une fois je me sentais un peu gêné à savoir comment lui dire bonjour et finalement je me décidais finalement pour lui faire la bise « Je suis content de te revoir. » et encore le mot était faible ! Depuis qu'elle avait dit oui, je n'avais pas arrêté de faire chier Alfred. Le pauvre avait quand même beaucoup de patience avec moi. « Et puis je te trouve resplendissante » là aussi le mot était trop faible. « Comment tu vas ? Tu as passé une bonne semaine ? »




lumos maxima


Dernière édition par Bobby Eddison le Mer 17 Fév - 11:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Maggie Delacour
La Perfection ✓ Impossible n'est pas Maggie

Messages : 164
Date d'inscription : 18/11/2015

MessageSujet: Re: Si tu lâches un renard et qu’elle revient te voir, c’est l’amour. Si tu fais de la bouillasse et qu’elle fout le camp, le destin en a décidé autrement [Maggie ♥]   Dim 14 Fév - 13:13

 
Si tu lâches un renard et qu’elle revient te voir, c’est l’amour.Bobby & Maggie
Ca faisait déjà plusieurs jours que cette soirée au pub était passée, et pourtant, aussi bizarre que ça puisse paraître, j'y pensais encore beaucoup. Enfin, c'était étrange à dire, mais j'avais passé une si bonne soirée que oui, je me retrouvais à attendre impatiemment le coup de fil promis par Bobby. Et c'était assez bête, je devrais être plus détachée que ça parce que pour un peu, il n'appellerait jamais, et bon, ça ne me détruirait pas non plus, loin  de là, mais c'est vrai que ça me décevrait un peu. Enfin du coup, j'essayais tout simplement de penser à autre chose, parce que dernièrement, j'avais été suffisamment déçue, et je n'avais pas envie de l'être de nouveau. Laisser le temps au temps, voilà ce que je me disais. Et de toute façon, je commençais enfin à m'intégrer à la ville, et donc ça n'était que du positif. Les projets florissaient, j'avais quelques rendez-vous avec différentes personnes dans la semaine, et j'étais impatiente de concrétiser ce dont nous avions parlé avec Amber. Et j'avais un rendez-vous aussi avec une organisation française pour apparaître dans une sitcom je crois ou quelque chose comme ça. Enfin tout pleins de bonnes choses allaient sans doute arriver, donc je ne pouvais pas me plaindre à ce niveau-là.
J'avais passé la journée chez Guillaume, c'était un peu ce genre de journée où j'avais la flemme de tout faire, donc je squattais chez mon frère, et en échange, je lui faisais à manger, c'était plutôt le bon deal. Je profitais surtout qu'il est un jour de repos pour passer du temps avec lui, au fond, mais ça faisait toujours du bien de le retrouver. Je glandais dans le canapé en discutant avec Guillaume quand je sentis mon portable vibrer dans ma poche. Un numéro inconnu, je détestais ça, ça m'était arrivé une fois d'avoir un fan qui avait réussi à récupérer mon numéro. Sacrée galère de changer de numéro juste après ça… J'étais censée faire attention, mais bon, on ne sait jamais, ça pouvait être urgent. Je décrochais. « Allo ? » Je sais qu'au fond de moi, j'espérais très fort que ce soit Bobby, il me tardait de l'entendre. « Bonjour Maggie, on ne se connaît pas, je suis Alfred le meilleur ami beau gosse de Bobby et il avait quelque chose à te demander. Je te le passe » « Euh… D'accord. » J'étais un peu abasourdie, pourquoi Bobby ne m'avait pas appelé lui-même, je me posais la question, mais le résultat était là, il m'avait quand même appelé. Enfin, le fait que son ami appelle pour moi… J'espérais juste qu'il ne s'était pas senti obligé de quoi que ce soit… « Bonjour Maggie, tu vas bien ? » Je sortais de mes pensées en entendant sa voix. « Hey ! Oui, ça va très bien et toi ? » C'était tellement banal, mais j'étais un peu gênée au fond, tellement contente que j'en devenais gênée en fait… « En fait, je voulais savoir si tu étais disponible samedi prochaine pour qu'on aille se promener » Je n'avais pas mon agenda avec moi, mais bon, je n'avais pas envie de lui dire non, en fait. J'avais l'impression d'avoir attendu une éternité et je n'avais pas envie de lui dire qu'on allait devoir remettre ça. « Oui bien sûr, samedi ça me va ! » On continuait de discuter pour convenir d'une date et d'un lieu pour se retrouver, puis on raccrochait chacun de notre côté. Je posais mon téléphone, et sautais partout dans le salon. J'étais trop contente, j'avais hâte tout ça. J'allais voir Guillaume. « Dis, quand un garçon invite une fille à aller se promener sur la plage, c'est un rendez-vous direct ou pas ? » Il me regardait un peu comme un alien. La minute d'avant, je faisais la locque sur le canapé, et là, j'étais surexcitée. « Ca dépend, c'est qui le mec ? » Bien sûr, je devais m'attendre à ce genre de question. « Un mec que j'ai rencontré quand tu m'as lâchement abandonné au pub l'autre soir ! » lui dis-je avec un regard accusateur. « Si il a pris la peine de te rappeler, ouais, je dirai que c'est un rendez-vous. » Bon, après, Guillaume n'était pas non plus un expert en la matière, mais c'est vrai que ça s'apparentait pas mal à un rendez-vous. Et au fond, non, ça ne me dérangeait vraiment pas d'aller à un rendez-vous avec Bobby.


***


Le jour J était enfin arrivé. J'allais retrouver Bobby. J'étais contente, bien sûr, mais pas autant qu'au début de la semaine. En fait, j'avais plus ou moins rencontré sa sœur, Leo, qui se trouvait être la fiancée de Charles… Voilà, plus bizarre tu meurs. Je ne savais pas si elle lui avait parlé de moi ou quoi, je ne savais pas du tout, et ça m'angoissait. Voilà, si, j'avais toujours hâte de le voir, mais j'avais un peu peur parce que je savais que ça allait donner une situation vraiment étrange, et ce n'était pas ce que je voulais. Enfin bref, pour l'instant je devais me préparer. Je m'étais levée tard, j'étais à peu près sure d'être à la bourre, bravo moi. Je me préparais, je ne savais pas trop quoi porter pour aller marcher en bord de mer. Franchement, j'avais du mal à me concentrer tellement j'appréhendais le moment où j'allais devoir lui dire que je connaissais sa sœur et que ça c'était assez moyennement bien passé quand on s'était vu. Je veux dire, je peux pas lui mentir et lui dire que j'ai aucun problème à le côtoyer en sachant que sa sœur est plus ou moins celle qui m'a piqué mon ex… On verra ça plus tard. J'avais opté pour un jean et un haut un peu printanier, très simple. Le tout avec des tennis, et j'avais laissé mes cheveux détachés. Il avait l'air de faire bon dehors, alors je ne prenais pas de veste. Et un quart d'heure plus tard, je me retrouvais à la plage. Ca allait finalement, je n'étais pas trop en retard. On s'était donné rendez-vous sur le ponton, et je m'y rendais, un peu anxieuse.
Mais finalement, en l'apercevant, j'avais l'impression que toute cette tension, cette anxiété, retombait d'un coup d'un seul. C'était assez inexplicable, mais j'étais contente de le retrouver et je savais que j'allais passer du bon temps avec lui, ça ne pouvait pas se passer autrement de toute façon. Je m'avançais pour le rejoindre, le saluer. « Je suis content de te revoir. » Je souriais. « Oui, je suis ravie aussi ! » Et c'était vrai, même si j'avais quelques appréhensions, je savais très bien que d'ici la fin de l'après-midi, je ne penserai plus à tout ça. « Et puis je te trouve resplendissante » Il commençait déjà à me faire rougir. « Oh merci, c'est gentil ! » Je n'étais pas du genre à faire des compliments comme ça, bon, sauf quand j'avais un peu bu, comme l'autre fois, mais je n'en pensais pas moins. Bobby était un bel homme, c'était indéniable, enfin, à moi au moins, physiquement, il me plaisait beaucoup. « Comment tu vas ? Tu as passé une bonne semaine ? » Ah oui… Ma semaine… « Oui ça va très bien et toi ? » lui répondis-je avec un sourire. J'allais bien devoir lui dire, comme ça au moins, ce serait fait. « Eh bien, une semaine assez riche en rebondissements... » J'essayais de gagner du temps. On marchait tous les deux, c'était agréable, mais il fallait que je lui dise que j'avais vu sa sœur. « J'ai eu pas mal de rendez-vous, dont un qui va faire que je vais passer un peu de temps en France d'ici deux semaines, donc je suis super contente ! » C'était censé être confidentiel, mais bon, ça m'étonnerait que Bobby soit du genre à aller étaler ma vie sur les réseaux sociaux…  Et j'ai un projet qui se monte avec la ville de Tacostown autour du théâtre et de la comédie, donc c'est super sympa. » Je marquais une pause, j'allais lâcher la bombe, il le fallait. « Et… Et j'ai rencontré ta sœur, aussi. Leo, c'est ça ? » Voilà. Si il voulait approfondir sur ce sujet, c'était son problème. Moi je ne voulais pas vraiment en parler, juste la mentionner comme ça. Je ne savais pas ce que lui savait en plus, s'il savait qu'elle était fiancée à Charles, s'il savait que ce n'était qu'une histoire de papier, et même si ça m'énervait, ce n'était pas à moi de lui avouer tout ça. « Bon, et toi alors, comment ça se passe à l'usine et tout ça ? » Voilà, changer de sujet. Pas d'autres choix.

©️ sumptuous reign.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Bobby Eddison
Fangirl ✓ I will go down with this ship.

Messages : 187
Date d'inscription : 11/11/2015

MessageSujet: Re: Si tu lâches un renard et qu’elle revient te voir, c’est l’amour. Si tu fais de la bouillasse et qu’elle fout le camp, le destin en a décidé autrement [Maggie ♥]   Mer 17 Fév - 11:28

Si tu lâches un renard et qu’elle revient te voir, c’est l’amour. Si tu fais de la bouillasse et qu’elle fout le camp, le destin en a décidé autrement









J'étais nerveux et en même temps super content et j'avais surtout très hâte de revoir Maggie. Sans l'intervention d'Alfred peut être que je serais encore devant mon téléphone à fixer son numéro sans jamais trouver le courage de l'appeler. Évidemment au bout d'un moment je l'aurai quand même fait, mais j'aurai pris beaucoup plus de temps que si Alfred n'avais pas pris la peine de me piquer mon portable pour lui même se présenter et ensuite me passer Maggie. En y réfléchissant je faisais très adolescente pucelle qui ne savait pas quoi faire de sa vie, mais c'était pas grave je le vivais quand même bien. Puis le plus important dans toute cette histoire c'était quand même que Maggie avait accepté qu'on se voit et qu'on passe un autre moment ensemble. Je ne savais pas si c'était un rencard, ou juste deux personnes qui voulaient se retrouver pour partager une glace et ouais je savais pas. D'après Alfred ça puait le rencard à plein nez et que si je revenais sans l'avoir embrassé il me taperait jusqu'à la fin des temps. Okay je n'avais pas envie de me faire frapper, mais je n'avais pas non plus envie de me prendre un énorme râteau si Maggie voyait pas les choses de la même façon et puis on devait juste se promener, ce n'était pas le truc le plus romantique du monde. Surtout se promener au bord de la plage un samedi après midi où il risquait d'y avoir beaucoup de monde et surtout des surfeurs ultra beaux et musclés. Okay en fait c'était vraiment une très mauvaise idée que j'avais eu de lui demander de me rejoindre sur la jetée parce que je ne tenais absolument pas la comparaison face à ses mecs. Ceci dit il était trop tard pour changer de plan et surtout je comptais lui faire découvrir une petite crique cachée  où presque personne n'allait et où la vue était tout simplement sublime. Donc non je n'avais pas à regretter mon choix.

Enfin le moment était arrivé. J'étais arrivé bien à l'avance pour pouvoir manger en regardant les vagues et les surfeurs se faire niquer la gueule contre les vagues – oui j'étais jaloux parce que je ne savais pas en faire et alors ?. Maintenant il était tout simplement l'heure de retrouver Maggie. J'allais me mettre à un point stratégique du ponton pour pouvoir la voir arriver, ou alors pour qu'elle puisse me voir si elle me repérer avant. Finalement je l'avais vu et je me dépêcher d'aller la rejoindre. Voilà j'étais content et je ne pouvais m'empêcher de sourire. Maggie était là et elle était magnifique et je ne pouvais m'empêcher de le lui faire remarquer ce qui avait eu pour effet de la faire rougir un peu. Elle était juste la personne la plus adorable du monde voilà.
On commençait à marcher tranquillement pour rejoindre le marchant de glace – le meilleur de toute la ville même – et forcément je voulais savoir comme c'était passé sa semaine. Pas que j'étais curieux de nature, mais je voulais juste savoir si tout allait bien pour elle et surtout je m'intéressait vraiment à ce qu'elle avait pu faire. En fait même si je connaissais beaucoup de chose de Maggie grâce aux journaux et tout ça, j'avais juste envie de la connaître elle et pas la Maggie de la télé, je voulais tout savoir, mais que ce soit elle qui m'en parle et pas les journalistes jaloux et qui ne savaient pas quoi faire de leur vie à part dire beaucoup de connerie. Bon je n'étais pas crédible en disant ça parce que j'achetais souvent les journaux à scandale, mais bon je savais quand même faire la part des choses. Et ouais bref tout ça pour dire que je voulais connaître Maggie. « Des bonds ou des mauvais rebondissements ? » parce que oui ça pouvait être dans les deux sens, mais j'espérais vraiment que c'était des rebondissements joyeux et qu'elle n'avait pas été malade, ou alors poursuivie par des paparazzi ou même autre chose. Je me sentirais triste pour elle. Ceci dit, si il lui était arrivé des choses pas sympas et qu'elle voulait en parler en toute liberté, j'étais là pour ça et j’essaierais de l'aider du mieux possible. Et en fait en l'écoutant il y avait un peu des deux. « Oh mais c'est génial ça. Oui j'imagine que tu dois être ravie de pouvoir retourner en France. Tu pourras te ressourcer » Si j'étais honnête, je devais aussi avouer que ça me rendait triste parce que ça voudrait dire que je ne pourrais pas voir Maggie pendant un bon moment et ouais je sais pas, ça me faisait comme un pincement au coeur. Je savais d'avance qu'elle allait me manquer. En même temps je comprenais son excitation à rentrer. Ca ne devait pas être tout les jours facile d'être aussi loin de son pays. Quand bien même elle avait son frère ici à Tacostown, vivre dans un pays étranger et avec une culture et des habitudes différentes ne devait pas être tout les jours facile. D'ailleurs à sa place je serais incapable de quitter l'Australie. Je crois que je ne pourrais pas vivre en me sachant loin de ma famille – même si elle n'était pas parfaite – et surtout Alfred ne pourrait pas survivre sans moi. Je devais penser à cette petite chose fragile qu'était mon meilleure ami. Même si de nous deux c'était moi la petite chose fragile, mais ça c'était encore un autre sujet. « C'est génial ça !! Un projet sur le long terme ? Vous allez faire quoi exactement ? » Pour le coup là j'étais vraiment curieux de savoir ce que Tacostown pouvait bien proposer. Il voulait peut être profiter qu'une grande actrice soit dans la ville pour essayer de diversifier ce qu'il proposait et attirer plus de monde ? J'en savais rien mais en tout cas ça me semblait être une excellente idée et j'avais vraiment hâte d'en savoir plus.

Depuis que Maggie était arrivée, je ne faisais vraiment plus attention à ce qui se passait autour de moi et surtout à ce qui m'entourait, si bien que j'avais failli louper le marchant de glace. C'était seulement par habitude que je m'étais arrêter. En plus on avait de la chance il n'y avait pas beaucoup de monde et rapidement ce fut à notre tour de commander. Comme à mon habitude je prenais une glace avec 3 boules. Un mélange mangue, framboise et fruit de la passion à tomber par terre. Maggie passa aussi sa commande et en deux temps trop mouvements j'avais payé et on était reparti sur le même pas que tout à l'heure. Tout en dégustant notre glace, je nous dirigeais sur la crique et sur un endroit un peu plus en hauteur. Pas de panique, ça grimpait mais ce n'était pas compliqué. Non il fallait juste savoir où se trouvait le chemin. Les gens passaient devant sans s'en rendre compte, seul les natifs de la ville connaissait cet endroit en fait.
Ils nous restait encore un petit bout de chemin à faire et Maggie me parlait de ma Léo. Okay je n'étais pas préparer à ce qu'elle me parle de ma sœur et sur le moment je ne comprenais pas trop. Puis finalement ça avait fait tilt. Il n'y a pas longtemps Léo nous avait présenté son nouveau fiancé Charles qui en plus d'être mon idole était aussi l'ex de Maggie. Ca devenait peut être un peu trop compliqué pour moi et surtout je sentais que c'était un sujet très dangereux. « J'imagine que ça ne sait pas très bien passé » en même temps comment ça aurait pu ? « Je ne te force pas à parler, je comprends que ça soit douloureux pour toi » en fait je me rendais compte que ça l'était également pour moi. Enfin je me comprenais en disant ça. Léo était ma petite sœur et l'une des personnes que j'aimais le plus au monde. Je ferais tout pour elle – même volait un bébé dans une maternité si jamais elle ne pouvait pas en avoir – mais du coup toute cette situation me rendait mal à l'aise parce que d'un côté c'était Léo ma sœur et de l'autre Maggie et ouais c'était compliqué et j'avais peur que ça jette un peu un froid sur notre journée et bref je savais pas voilà.

Après un petit silence quelque peu gênant on se devait bien de l'avouer, on était finalement arriver. L'endroit surplombé un peu la plage et je trouvais juste ça magnifique. Je profitais également de la diversion de Maggie pour répondre à sa dernière question. « Oh bah tu sais, comme une semaine en usine. J'ai fait les fiches de paie et j'ai bu des café » oui ce n'était pas le boulot le plus dingue du monde, mais au moins m'offrait-il une certaine stabilité et surtout bientôt je pourrais partir de chez mes parents. Même si je n'aimais pas mes collègues, j'aimais mon boulot et donc ça allait. « Au fait je voulais m'excuser pour Alfred » je voulais pas qu'elle pense qu'on m'avait forcé la main pour lui téléphoner « En fait je n'osais pas t'appeler et il en avait marre de me voir fixer ton numéro et du coup voilà » la suite après on la connaissait. « Mais dans tout les cas je l'aurai fait » et c'était ça le plus important non ?




lumos maxima


Dernière édition par Bobby Eddison le Ven 19 Fév - 18:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Maggie Delacour
La Perfection ✓ Impossible n'est pas Maggie

Messages : 164
Date d'inscription : 18/11/2015

MessageSujet: Re: Si tu lâches un renard et qu’elle revient te voir, c’est l’amour. Si tu fais de la bouillasse et qu’elle fout le camp, le destin en a décidé autrement [Maggie ♥]   Jeu 18 Fév - 13:45

 
Si tu lâches un renard et qu’elle revient te voir, c’est l’amour.Bobby & Maggie
Au final j'étais super contente de voir Bobby quand même. Oui, bon, la situation avec sa sœur, c'était un peu compliqué quand même, mais au pire, j'avais aucune obligation de lui en parler, parce que bon, c'était pas non plus écrit sur mon front que j'avais vu Leo. Donc bon, je pense que je verrais sur le moment. Je sais que je me sentirai mal d'oublier volontairement de le lui dire, mais on verrait bien… De toute façon, il était temps que je me prépare, il était grand temps que j'aille rejoindre Bobby, et malgré mes appréhensions, j'avais hâte. Depuis une semaine environ maintenant, j'avais en tête la soirée que nous avions passé ensemble, une excellente soirée. Je m'étais sentie à l'aise avec lui, bien, j'avais oublié mes soucis le temps d'une soirée et je ne demandais qu'à recommencer.
Je me rendais donc à la plage, où nous nous étions donné rendez-vous. Rendez-vous… Je ne savais pas vraiment, je n'avais pas envie de garder ça en tête, parce que ce n'était peut être pas du tout son intention, et même moi… Enfin voilà, ma rupture avec Charles avait été douloureuse, et je ne pensais pas être prête à me remettre en mode rendez-vous, et tout ça. Pas que Bobby ne me plaisait pas, mais.. Je n'avais pas envie d'y penser, tout simplement. Bref, de toute façon, il était là, je le voyais sur le ponton, alors il valait mieux que j'arrête d'y penser, ça serait sans doute plus facile. J'allais à sa rencontre, et voilà, j'étais tout simplement heureuse de le retrouver. J'avais l'impression de retrouver un vieil ami, et c'était une sensation que je n'avais pas connu depuis longtemps, vu le peu de personnes que je connaissais ici, à Tacostown. Il prenait des nouvelles de moi naturellement, et je trouvais ça vraiment gentil. Je lui avais alors que ma semaine avait été pleine de rebondissements. « Des bons ou des mauvais rebondissements ? » Je n'avais pas vraiment envie de lui dure qu'il y avait du bon et du mauvais, parce que si j'en venais à parler de sa sœur, je ne voulais pas qu'il pense que je catégorisais cela directement comme quelque chose de mauvais, même si, au fond, c'était un peu le cas. « Oh un peu des deux... » J'imagine que c'était une réponse franchement passe-partout, mais ça suffirait.

Et du coup, je commençais à lui parler plutôt des bonnes nouvelles que j'avais eu cette semaine. Notamment le fait que j'allais prendre par dans un projet en France, une apparition dans une petite série télé, mais ça me permettrait de passer un peu de temps avec de la famille que j'avais toujours là-bas, alors oui, j'avais hâte. « Oh mais c'est génial ça. Oui j'imagine que tu dois être ravie de pouvoir retourner en France. Tu pourras te ressourcer » Je souriais, ça me faisait plaisir de voir qu'il était content pour moi. « Oui voilà, ça va me faire du bien je pense ! Même si c'est juste une semaine, je suis impatiente ! » Il faudrait d'ailleurs que je vois avec Guillaume s'il voulait venir avec moi, même si je doutais qu'il puisse avoir suffisamment de temps libre pour venir passer une semaine en France. Et puis je lui parlais aussi du projet que nous avions commencé à lancer avec Amber en ville, qui l'intéresserait sûrement plus que mon voyage en France j'imagine. « C'est génial ça !! Un projet sur le long terme ? Vous allez faire quoi exactement ? » J'avais plutôt raison, il avait l'air bien plus intéressé par ça que par mon voyage en France, ce qui était bien normal. « Je ne sais pas encore si ça sera sur le long terme, on doit poser les dates. Mais en gros, ça serait pour rendre le théâtre plus accessible en ville, donner des cours aux enfants, organiser des concours d'improvisations, ce genre de choses… Ca va me prendre un peu de temps, mais je suis impatiente pour ça aussi ! » Bon je n'avais pas encore annoncé à Amber que j'allais devoir quitter la ville pour une semaine, mais je pense que ça ne devrait pas trop la déranger, elle n'avait pas l'air d'être le genre de filles à être dérangée comme ça, et puis, elle comprendrait.

On marchait ensemble tout en discutant, l'endroit était très agréable, et le temps l'était tout autant. Je gardais en tête que j'allais devoir lui parler de sa sœur un moment donné, surtout qu'on avait parlé du projet pour la ville et qu'elle en était. Je suivais un peu Bobby, et on s'était arrêté devant un marchand de glace, il s'était gentiment proposé pour m'en offrir une, et j'avais gracieusement accepté. Je me contentais de commander un cornet avec deux boules à la vanille tout simplement. Simple, mais tellement bon. On était servi assez vite, et on continuait de marcher, j'adorai l'endroit, et en plus de ça, Bobby nous conduisait dans un endroit où il semblait y avoir beaucoup moins de monde. On serait sans doute plus tranquille. Mais malgré l'aspect idéal des lieux, je gardais le fait qu'il fallait que je mentionne Leo avec lui, je veux dire, plus ça allait et plus je me sentais mal, j'avais l'impression de lui cacher quelque chose en réalité… Donc je lui disais tout simplement que j'avais rencontré sa sœur. Je ne savais même pas si il était au courant pour elle et Charles, j'en savais rien, mais j'imagine qu'à sa réaction, ça serait facile de savoir. « J'imagine que ça ne sait pas très bien passé » Je baissais les yeux. Non, en effet, ça ne s'était pas vraiment bien passé, mais je n'avais pas le temps de répondre qu'il continuait. « Je ne te force pas à parler, je comprends que ça soit douloureux pour toi » Je relevais les yeux, il était gentil. D'autres auraient posé sans doute un milieu de question, mais pas lui. Je trouvais ça super sympa de ça part. « C'est gentil, mais ça va, je crois... » C'était bizarre de parler de ça avec lui. Je veux dire, lui m'avait parlé de sa femme, enfin de son ex-femme, et moi je ne lui avais parlé de rien alors… « Enfin, c'est sûr que je te mentirai si je te disais que ça s'était très bien passé, mais bon, ça aurait pu être pire j'imagine. » C'est vrai, genre on ne s'était pas battues au quoi que ce soit, donc bon… Oui, ça aurait pu être pire. « Mais bon, si je mets un peu ma jalousie et tout ces ressentis de côté, elle a vraiment l'air très gentille. » Bon, là, j'en disais peut être un peu trop, mais d'un autre côté, je ne la connaissais pas et je n'étais pas du genre à juger les gens sans les connaître, sauf en cas de grand énervement. Mais bon, là, elle avait pas l'air méchante, juste… Elle ne savait pas vraiment dans quoi est-ce qu'elle mettait les pieds.

Bref, j'avais besoin de changer de sujet maintenant, je ne voulais pas m'attarder là dessus, et à mon tour, je lui demandai comment est-ce que ça se passait pour lui, à l'usine. En plus, on était arrivé dans un endroit plus que magnifique. On voyait toute la plage, et l'océan qui s'étendait à perte de vue, c'était trop beau. « Oh bah tu sais, comme une semaine en usine. J'ai fait les fiches de paie et j'ai bu des café » Je riais. C'était toujours plus intéressant que les journées que j'avais passé à la maison à ne rien faire, mais c'est sûr que pour lui, ça devait être un peu pénible. Comme une espèce de routine, mais malgré ça, il avait quand même l'air d'apprécier son travail. « Au fait je voulais m'excuser pour Alfred » Ah oui, c'est vrai, son meilleur ami qui m'avait appelé avant de me le passer, j'avais presque oublié. « Oh non ne t'excuses pas il n'y a aucun problème ! » Ça m'avait fait rire, même si pendant un moment, j'avais un peu eu peur qu'il se soit senti forcé à m'appeler à cause de ça. « En fait je n'osais pas t'appeler et il en avait marre de me voir fixer ton numéro et du coup voilà » Est-ce que je devais comprendre qu'il avait pensé plusieurs fois à m'appeler sans le faire ? Au fond, je trouvais ça super mignon, et je sais que j'aurais fait la même chose. J'aurais sans doute aussi eu besoin de quelqu'un pour me pousser à l'appeler si c'était moi qui avait pris son numéro enfin bref. « C'est pas grave du tout, t'en fais pas ! » Je n'avais pas envie de le dire que j'aurais été pareille dans sa position, parce que ça me gênait un peu. « Mais dans tout les cas je l'aurai fait » Je souriais. Même si j'avais eu un peu peur qu'il ne m'appelle pas, mais au fond, j'en n'avais pas vraiment douté. Ça me faisait rougir un peu, tout ça. Mais au fond, j'étais contente qu'Alfred l'ait fait parce que sinon, j'aurais peut être dû attendre un moment encore.

Je ne répondais rien, parce que j'étais gênée et je ne savais pas trop quoi répondre. Je contentais de regarder la vue qu'on avait de là où on était, en mangeant une glace, avec le soleil et tout ça, c'était absolument parfait. « En tout cas, cet endroit est magnifique. Je sais pas comment t'as fait pour le trouver mais… Wow… C'est superbe ! » Pour le coup, j'étais ébahie par le temps. Oui, c'était vraiment parfait. Je mangeais ma glace. « Au fait, je tenais à m'excuser pour l'autre soir. J'ai un peu abusé de la bière, pour le coup. » Enfin, oui, je n'étais pas complètement ivre non plus, mais enlever mes chaussures dans la rue, par exemple, c'était pas trop mon truc. « Mais d'un côté c'est un peu de ta faute quand même hein ! A m'offrir des verres comme ça, je peux pas refuser hein ! » dis-je en rigolant, parce que bon, au fond, c'était pas tout à fait faux ! S'il ne m'avait pas payé des verres, je n'aurais sans doute pas bu autant, enfin, je pouvais pas lui en vouloir, une fois de temps en temps, ça ne faisait pas de mal.

©️ sumptuous reign.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Bobby Eddison
Fangirl ✓ I will go down with this ship.

Messages : 187
Date d'inscription : 11/11/2015

MessageSujet: Re: Si tu lâches un renard et qu’elle revient te voir, c’est l’amour. Si tu fais de la bouillasse et qu’elle fout le camp, le destin en a décidé autrement [Maggie ♥]   Ven 19 Fév - 18:31

Si tu lâches un renard et qu’elle revient te voir, c’est l’amour. Si tu fais de la bouillasse et qu’elle fout le camp, le destin en a décidé autrement









Manger de la glace c'était le bien d'accord ? C'était genre la meilleure chose au monde. Si un jour il devait y avoir une pénurie de glace je crois que je pourrais me suicider. Ceci dit avant que ça n'arrive il faudrait qu'il n'y ai plus de lait et donc plus de vache et concrètement je pense pas que ça puisse être possible. A moins qu'une météorite ne s'écrase sur terre – sans faire de mort évidemment – et en explosant elle secrète un gaz super mortel pour les vaches. La vraiment ça serait la fin du monde, en plus vous imaginez on ne pourrait plus non plus manger de bœuf. Okay je ne pouvais pas cautionner un monde dans lequel toute trace de viande de bœuf et de lait auraient disparue. Ça tiens purement de la science fiction. D'ailleurs je me demandais si ça pouvait faire un bon scénario de film. Faudrait que je garde cette idée dans un coin de ma tête, que je la soumette à Alfred – parce que c'était quand même lui le pro des séries et tout ça – et après qu'on propose l'idée à Steven Spielberg. Oui tout de suite je visais le haut du panier pour réaliser mon film.
Heureusement tout cela n'était que pure utopie – Dieu nous protège – et surtout j'avais autre chose à faire que penser à ce genre de truc. J'étais avec Maggie, le soleil était au rendez vous, les glaces étaient délicieuses et on pouvait dire que la vie était belle. Même carrément belle. Pourtant si on m'avait dit au moment de la prononciation de mon divorce que je serais aussi bien dans ma vie je ne l'aurai absolument pas penser, j'aurai même pleurer à la face de cette personne d'avoir une si belle croyant dans la vie et surtout beaucoup d'espoir. Contre toute attention c'était bien ce qui était en train de se passer. Je ne dirais pas que ma vie était devenue exceptionnelle, loin de là, mais au moins je ne passais pas mes journées à me morfondre dans le canapé en regardant des films à l'eau de rose. Non là j'arrivais à sortir et à profiter et c'était plutôt une chance parce que c'était ce qui m'avait permis de rencontrer Maggie. Maggie qui en plein d'être une actrice connue, était adorable et belle et gentille et bref c'était en quelque sorte la femme parfaite tout simplement.

Plus tôt dans la semaine j'avais envie trouvé le courage de lui téléphoner. Bon okay j'avouais tout, Alfred en avait eu marre et avait pris les devants et ensuite m'avait passé Maggie. Tout ça pour dire que le résultat était le même, je lui avais proposé de venir manger une glace et de se promener tranquillement et elle avait accepté. Ce qui nous amener à aujourd'hui et cette balade un cornet de glace à la main. Tout naturellement, pendant qu'on marchait je lui avais demandé si elle avait passé une bonne journée et il semblerait que pas mal de chose c'était produit depuis notre soirée au bar, ça m'intéressait. Pas pour faire les curieux malsain et psychopathe. Non j'avais tout simplement envie de savoir si tout c'était bien passé et comment elle se sentait et enfin le genre de question qu'on posait naturellement aux gens qu'on appréciaient. Je ne posais pas la question pour être poli et répondre la première connerie qui me venait à la tête parce qu'en fait j'en avais rien à foutre. Non, non c'était tout le contraire même. Maggie me parlait de son projet de partir en France. Ca me rendait triste, mais en même temps pour elle c'était une excellente nouvelle. Etre loin de son pays n'était jamais facile et il était normal de vouloir y retourner le plus souvent possible. Je ne savais pas trop combien d'heure d'avion il y avait entre la France et l'Australie mais ça devait être un paquet. Rien que de penser au décalage horaire ça me fatigué pour elle « Tu sais quand tu vas partir ? » Peut être qu'il y avait quelque chose de particulier qui se passait dans sa famille et c'était pour ça qu'elle partait, mais dans tout les cas, ça me faisait quand même un petit pincement au coeur. D'accord on ne se connaissait pas vraiment et d'accord elle ne partirai qu'une semaine, mais voilà quand même. « Tu mangeras des croissants pour moi » D'accord on avait aussi des croissants ici,  mais c'était pas des vrais croissant de France. J'imagine qu'il ne devait pas du tout avoir la même saveur. La Franc était quand même réputée pour son pain.
En plus de son voyage pour la France, il y avait d'autre projets géniaux qui était en train de se concrétiser pour Maggie, notamment avec la marie de la ville. Je trouvais ça génial. Parce que concrètement à part son frère il n'y avait rien à Tacostown qui retenait Maggie et elle pouvait partir à tout moment, alors que maintenant si elle s'engageait avec la ville et tout ça et bah voilà c'était génial. En plus c'était un projet à long terme donc c'était encore mieux. Bobby contente voilà. « Je trouve que c'est une excellente idée !! Surtout que le théâtre peut aider à prendre confiance en soi et ouais c'est génial » C'était d'ailleurs ce que j'aurai du faire quand j'étais gamin. Mais justement j'étais trop timide pour oser prendre des cours. Après je le vivais super bien et puis dans la famille c'était Teddy, Wally et Leo qui occupait le devant de la scène donc il fallait le juste équilibre avec moi le timide voilà. « Tu es la personne parfaite pour ce genre de projet. » De une elle était connue donc déjà c'était un bon point, de deux elle était une actrice de talent et de trois j'étais persuadé qu'elle avait la patience et la pédagogie adéquate pour partager sa passion et son métier. « Il y aura aussi des scènes ouvertes ? Tu sais un peu quand dans les bars pour des groupes de musiques, mais là ça sera pour des gens drôles ou quoi » okay peut être que je m'emballais un peu. Vu que ce n'était encore qu'à l'état de projet il n'avait sûrement du discuter que des grandes lignes et donc elle n'était peut être pas plus avancé que moi et du coup ouais peut être que je devais redescendre d'un étage en moi même.

Marcher le long de la plage c'était cool, c'était même super, seulement le samedi après midi il y avait un peu beaucoup de monde et surtout je voulais faire découvrir à Maggie un petit coin magnifique que peu de gens connaissaient et pourtant son accès était super facile. J'allais pas me plaindre au moins on ne serait pas embêter par des gens un peu trop curieux ou quoi que ce soit. On marchait d'un bon pas, mais en l'entendant dire qu'elle avait rencontré ma sœur j'avais failli m'arrêter. Je ne m'attendais pas du tout à ça et puis ça avait fait tilt dans ma tête. Sur beaucoup de point ma sœur était la femme la plus merveilleuse du monde et elle était juste géniale, mais il se doutait que Maggie ne devait pas forcément partager son avis. Ceci dit, cela ne le regardait pas vraiment. C'était une situation compliqué, bien trop même, seulement il ne pouvait pas faire grand-chose. Peut être que de me côtoyer rendait Maggie mal à l'aise ? Je l'espérais pas, sinon elle aurait annulé pour aujourd'hui non ? Oui voilà, malgré sa rencontre avec Léo, elle était venue aujourd'hui donc c'était un bon signe. « Vous, vous êtes pas tapé dessus quand même ? » non parce que ça me faisait un peu flipper tout ça et ouais j'étais pas rassuré, mais en même temps je ne voulais pas la forcer à en parler. C'était peut être encore trop tôt pour elle et surtout je n'étais peut être pas la personne la mieux placée du monde à qui elle pourrait en parler. « J'aime Leo plus que tout au monde, mais je t'assure ce n'est pas parce que je suis son frère que tu dois dire qu'elle est gentille. Je comprends t'inquiète pas » oui même en tant que grand frère, je pouvais comprendre que Leo ne pouvait pas être aimé de tous et encore moins de Maggie. Son ex était avec ma sœur… Dit comme ça, on pourrait croire qu'on était dans la série télé dans laquelle Maggie et Charles avaient joué ensemble !!

Maintenant qu'on était arrivé dans mon lieu de prédilection, Maggie avait préféré changer de sujet et je pouvais le comprendre et ça m'arrangeait aussi un peu. Revenir sur un sujet plus bateau c'était peut être mieux. J'avais pas envie de devoir me faire l'avocat du diable en prenant partie pour l'une ou pour l'autre.Puis du coup j'en profiter pour m'excuser pour Alfred. J'avais de la chance, elle n'avait pas pris ombrage du fait que c'était un autre qui lui avait téléphoné. D'un côté j'avais aussi eu de la chance qu'elle décroche parce qu'elle ne connaissait pas mon téléphone et elle pourrait être du parti de ceux qui ne répondent pas. Mais dans tout les cas, elle ne m'en tenait pas rigueur et ça c'était bien le plus important. J'étais juste trop timide, c'était pas de ma faute. Peut être que quand elle donnera ses cours de théâtre j'irai en prendre.
Pour l'instant ce n'était pas le plus important, j'attendais juste la réaction de Maggie face à la beauté des lieux et je ne fus pas déçu. En même temps cet endroit était tellement magnifique que seul un aveugle pourrait ne pas apprécier ce lieu. « Je connais cet endroit depuis toujours. Quand on était gamin avec Alfred on venait toujours ici et on se prenait pour des pirates. Mais des pirates gentils. » C'était la bonne époque, Teddy venait souvent nous rejoindre aussi et à chaque fois qu'on sauvé une jeune fille des pirates c'était toujours de lui dont elle tombait amoureuse. Je trouvais ça injuste mais en même temps j'étais gamin donc je m'en foutais. Tout ce que je voulais c'était être un pirate pour pouvoir naviguer sans contraintes.
Maggie me reparla aussi de notre soirée au bar, sous entendant que c'était à cause de moi qu'elle avait enlever ses chaussures pour rentrer. Je niais en bloc, je n'étais en rien responsable. « Oh bah oui tout de suite c'est de ma faute. » absolument pas, j'étais l'innocence incarné. « Moi je dirais que c'est de la faute de tes chaussures. Tu m'expliqueras comment tu fais pour tenir sur des talons comme ça ? » Peut être que les femmes étaient physiquement programmée dès la naissance pour pouvoir porter des talons aiguilles. C'était une théorie possible non ? « Et puis j'ai bu autant que toi ce soir là » Oui parce que je commandais pour nous deux à chaque fois. Et hors de question de dire que je tenais mieux l'alcool parce que j'étais un homme. C'était une légende urbaine ça et je pouvais le prouver.
Rester debout c'était sympa, mais bon si on restait ici pendant un petit moment on allait vite en avoir marre. Le problème c'est que je n'avais pas tout prévu. « Désolé, j'ai pas pensé à prendre une couverture pour qu'on puisse s'installer » Après ce n'était pas bien grave, l'herbe était sèche et puis il faisait bon donc on ne craignait pas grand-chose. M'asseyant à terre, j'invitais Maggie à faire la même chose. J'avais le regard perdu sur l'horizon. « J'aime bien venir ici pour me ressourcer et profiter du calme. » et ces derniers temps on pouvait dire que j'y étais venu régulièrement. « Maintenant toi aussi tu pourras le faire quand tu en sentira le besoin. Tu fais est officiellement l'une des gardiennes de cet endroit. Et si tu veux être une pirate, tu peux aussi. » Ce n'était pas un lieu privé, mais peu de gens y venait donc je pouvais dire sans soucis que Maggie y seraient au calme ici. Puis si elle voulait qu'on joue aux pirates moi je n'étais pas contre, j'avais encore des déguisements chez moi haha.





lumos maxima


Dernière édition par Bobby Eddison le Dim 28 Fév - 18:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Maggie Delacour
La Perfection ✓ Impossible n'est pas Maggie

Messages : 164
Date d'inscription : 18/11/2015

MessageSujet: Re: Si tu lâches un renard et qu’elle revient te voir, c’est l’amour. Si tu fais de la bouillasse et qu’elle fout le camp, le destin en a décidé autrement [Maggie ♥]   Mer 24 Fév - 23:34

 
Si tu lâches un renard et qu’elle revient te voir, c’est l’amour.Bobby & Maggie
Franchement, à connaître les gens que je côtoyais habituellement, ils auraient certainement trouvé ce genre d'après-midi assez ringarde. Enfin, je veux dire, pour des gens qui passent leur temps dans des bars et/ou des restaurants extrêmement chics avec à chaque fois une addition inimaginable, une après-midi à la plage à manger simplement une glace et à se promener, ça devrait paraître un peu désuet. Mais moi, c'était tout ce que j'aimais. La simplicité. C'était ça que j'aimais aussi à Tacostown, tout était tellement simple. Avant d'arriver ici, je vivais une vie à cent à l'heure, j'avais l'impression de ne pas pouvoir avoir une seule minute pour moi. Et là, maintenant, tout était beaucoup plus calme, beaucoup plus facile. J'avais même le temps de m'ennuyer par moment, c'est fou quand même. J'avais perdu l'habitude de m'ennuyer, c'était trop bizarre mais maintenant, ça faisait du bien, je m'en rendais compte. Et puis là, je veux dire, c'était une sortie idéale. Une promenade à la plage, en mangeant une excellente glace à la vanille, avec un garçon vraiment très intéressant. C'était parfait. Je me doute que je serais incapable de faire que les autres m'envient, mais moi, ça m'était égal. Ici, j'avais un peu envie d'oublier la vie que je menais avant.

Bref, ici, j'étais bien, et puis, j'étais bien accompagnée. J'étais vraiment contente de partager cette journée avec Bobby. J'avais pris l'habitude de faire semblant d'aller bien ces derniers temps, mais là, ce n'était pas le cas, je me sentais vraiment bien. Il était gentil, et c'est assez naturellement que je partageais des choses avec lui. Et c'est aussi très naturellement que je lui confiais que j'allais rentrer en France pour quelques temps grâce à un projet sur une série télévisée française. J'avais tellement hâte de rentrer, et il avait l'air content pour moi, ce qui était très gentil de sa part. J'adorais Tacostown, mais c'est vrai que la France me manquait beaucoup, et que si j'avais l'opportunité de rentrer pour un petit moment, je ne pouvais pas dire non. « Tu sais quand tu vas partir ? » J'avais pas vraiment de date exacte, mais j'étais contente de partager ça avec lui. « Oui, dans deux ou trois semaines environ, pour une semaine là-bas. J'ai vraiment hâte ! » J'avais du mal à me contenir. « Tu mangeras des croissants pour moi » En réalité, j'étais pas tout à fait fan des croissants, et c'était vraiment un cliché basique des français, c'était pas la première fois qu'on me sortait ça depuis mon arrivée ici. Mais je ne pouvais pas m'empêcher de rigoler. « D'accord, j'essaierai d'y penser. » Et puis après ça, je lui parlais aussi du projet qu'on avait lancé avec Amber dans la ville. Tacostown avait un potentiel énorme selon moi, et je trouvais ça super de m'impliquer comme ça. « Je trouve que c'est une excellente idée !! Surtout que le théâtre peut aider à prendre confiance en soi et ouais c'est génial » Au moins, c'était bon d'avoir un avis extérieur. C'était assez prometteur de savoir que Bobby pensait ça, pour pouvoir être sure que ça allait plaire une fois qu'on lancerait tout ça concrètement. Mais j'étais toute à fait d'accord avec lui. Pour prendre confiance, le théâtre, c'était le top. « Tu es la personne parfaite pour ce genre de projet. » Je le regardais. Bon, voilà, je le connaissais pas trop trop, mais ça me touchait de savoir qu'il pensait ça de moi. Après, non, c'était pas franchement vrai. Pour organiser pourquoi pas, mais après, j'étais pas du tout pédagogue, incapable d'apprendre quoi que ce soit à qui que ce soit, donc bon… Mais je souriais quand même. « Merci ! » Et puis, enfin voilà… Ca me faisait plaisir, c'est tout. « Il y aura aussi des scènes ouvertes ? Tu sais un peu quand dans les bars pour des groupes de musiques, mais là ça sera pour des gens drôles ou quoi » C'est vrai qu'on n'en avait pas parlé de ça avec Amber, de faire des scènes et ouvertes. « On n'en a pas parlé, mais j'aime beaucoup l'idée. Ca serait l'occasion de découvrir des talents et tout ça, j'en parlerai ! »

On avançait, et Bobby m'avait conduit dans un coin isolé, mais tellement beau. Je me retrouvais un peu bête devant ça, j'avais jamais vu un endroit aussi magique, du moins, je ne m'y attendais pas du tout. Enfin voilà, tout ça me donnait l'envie d'être honnête avec lui, alors je mentionnais sa sœur. C'était gênant, et désagréable à sortir comme ça mais… Enfin je sais pas, j'avais l'impression de devoir lui dire, parce que voilà… J'avais pas forcément envie qu'il l'apprenne par elle et qu'il me reproche de ne pas lui en avoir parlé. Il me demandait comment ça s'était passé, je lui disais que ça aurait sans doute pu être pire. « Vous, vous êtes pas tapé dessus quand même ? » « Quoi ? » Je le regardais d'un air étonné. Moi me battre, enfin c'était impensable ! « J'ai vraiment une tête à me battre tu trouves ? » Bon, il me voyait peut être un peu comme une badass ou un truc du genre, mais quand même. J'étais toute fine, mes bras s'étaient des allumettes. Au pire j'aurais voulu me battre, on aurait plus rigolé qu'autre chose je crois. « Non, on ne s'est pas tapé dessus, rassure toi... » Enfin, non, je sais pas, même s'il fallait que je me batte, j'aurais trop peur, je partirai en courant. Je savais me défendre, oui, mais quand même hein, fallait pas trop abuser ! Je lui disais que Leo avait l'air gentille, si je m'étais un peu le côté jalouse de côté. Je le pensais, un peu… « J'aime Leo plus que tout au monde, mais je t'assure ce n'est pas parce que je suis son frère que tu dois dire qu'elle est gentille. Je comprends t'inquiète pas » Je ne pouvais pas m'empêcher de regarder l'horizon, la vue qu'on avait de ce coin, mais j'écoutais quand même Bobby, et ça me touchait qu'il dise ça. J'imagine qu'à sa place, avec Guillaume à la place de Leo, je dirai la même chose. « Non mais je le pense, vraiment. Au fond, elle n'y est pour rien, c'est pas elle qui... » Je me rendais compte qu'au final, on n'avait pas vraiment parlé de ma situation avec Charles avec Bobby. On avait parlé de son divorce, mais pas de moi. « C'est pas elle qui lui a demandé de partir, il a pas eu besoin de ça. Donc je peux difficilement lui en vouloir ou quoi que ce soit, c'est pas de sa faute à elle. » J'étais terriblement gênée. Déjà d'habitude je n'aimais pas parler de ce genre de choses, mais là, en plus, avec quelqu'un que je connaissais très peu, c'était absolument gênant. Et je changeais de sujet, parce que je n'avais pas vraiment envie d'en parler finalement.

Il s'excusait pour Alfred. Je dois avouer que ça m'avait surpris, mais je trouvais ça plutôt marrant. C'était même presque mignon, de voir qu'il n'avait pas osé m'appeler de lui-même. Je veux dire, j'étais pas complètement atroce quand même, je crois, et je n'avais jamais mangé personne jusqu'ici, donc bon… Mais je ne pouvais m'empêcher de m'émerveiller sur l'endroit, je n'en revenais pas, c'était juste… Enfin presque idyllique, magique. « Je connais cet endroit depuis toujours. Quand on était gamin avec Alfred on venait toujours ici et on se prenait pour des pirates. Mais des pirates gentils. » Je riais. « Bon, si c'est des gentils pirates, ça va alors ! » Malheureusement, quand j'étais petite j'avais pas vraiment l'occasion, de jouer à ce genre de choses. J'avais quelques poupées Barbie, mais rien de plus, pas vraiment d'amis avec qui jouer aux pirates, ou aux princesses. Bref. Je lui faisais gentiment la morale en rigolant sur le fait que c'était de sa faute si j'avais beaucoup trop bu l'autre soir. Enfin beaucoup trop, non, ça aurait pu être pire, mais je trouvais que ce n'était pas terrible pour une première rencontre, pour une première impression. « Oh bah oui tout de suite c'est de ma faute. »  Je rigolais en acquiesçant, bien sur que c'était de sa faute, il m'avait offert bien trop de verres, sans ça, je me serai très bien portée ! « Moi je dirais que c'est de la faute de tes chaussures. Tu m'expliqueras comment tu fais pour tenir sur des talons comme ça ? » Oui, parce que c'était tellement plus simple de transférer la faute sur mes chaussures. « Eh bien quand on fait ma taille et qu'on doit aller sur des tapis rouges et ces choses-là, on est un peu obligé de mettre les chaussures plates de côté... » Mais personnellement, oui, je m'en passerai bien. Mais j'étais vraiment très petite quand je laissais tomber les talons, comme là, par exemple. Mais à la plage, les talons, c'était pas ce qu'il y avait de plus pratique. « Et puis j'ai bu autant que toi ce soir là » Je le regardais. « Oui, mais moi, je tiens vraiment très mal l'alcool.Vraiment. Vraiment vraiment. » Et c'était pas une parade. Heureusement que l'autre soir j'avais réussi à trouver mes limites et que Bobby avait proposé de me raccompagner sinon j'aurais très bien pu finir dans un état absolument catastrophique.

J'étais absorbée par la vue, je ne voyais pas autre chose. C'était dur de se concentrer, et pendant quelques secondes, j'avais l'impression d'être un peu seule et d'être perdue dans mes pensées. « Désolé, j'ai pas pensé à prendre une couverture pour qu'on puisse s'installer » La voix de Bobby me sortait de mes pensées. Je m'asseyais volontairement à ses côtés. « Oh c'est rien t'inquiète, c'est très bien comme ça ! » J'espérais un peu qu'il ne me voit pas comme le genre de filles superficielles, celles qui attendent que le garçon qui les accompagne mette sa veste par terre pour pouvoir marcher dessus. Non, vraiment pas mon genre. Et puis l'instant était si agréable que franchement, qu'il y ait une couverture ou non, je m'en fichais pas mal. « J'aime bien venir ici pour me ressourcer et profiter du calme. » On regardait tous les deux vers l'horizon, c'était trop beau. Je pense qu'être ici pendant un coucher ou un lever de soleil, ça devait être un instant magique. « Je comprends tout à fait pourquoi, c'est très apaisant. » Et être apaisée, je devais dire que j'en avais bien besoin en ce moment. Je me sentais beaucoup plus légère ici, si bien. « Maintenant toi aussi tu pourras le faire quand tu en sentira le besoin. Tu fais est officiellement l'une des gardiennes de cet endroit. Et si tu veux être une pirate, tu peux aussi. » « Eh bien ça me va très bien de devenir une pirate, dans ce cas ! » Pourquoi pas après tout ? Cet endroit faisait rêver, alors pourquoi ne pas devenir une pirate. Enfin je ne le disais pas, mais ça me touchait réellement qu'il me propose de venir quand je voulais. Il ne me connaissait pas si bien que ça après tout, et il m'offrait l'accès à un de ses endroits secrets de la ville, c'était… Touchant. Je ramenais mes genoux contre ma poitrine, entourais mes jambes de mes bras, et posais ma tête sur mes genoux, regardant ce qui s'étendait à perte de vue, c'était si beau. Un moment de silence s'installait, je me perdais dans mes pensées. Et en réalité, je repensais à cette histoire de partir en France. On m'avait proposé d'inviter quelqu'un, et j'avais pensé à Guillaume, mais impossible qu'il prenne une semaine de congés pour dans deux semaines, et je sais pas… Perdue dans mes pensées, je reportais mon regard vers Bobby. « Tu sais, pour cette histoire de France et de croissants tout ça… On m'a proposé d'amener quelqu'un avec moi, et mon frère n'est pas disponible bien entendu, je ne peux pas inviter quelqu'un de connu et je ne connais absolument personne ici, à Tacostown et... » C'était un peu gênant, bizarre, mais il venait de me faire découvrir un de ses endroits secrets donc je ne sais pas, moi aussi j'avais envie de partager quelque chose avec lui, au fond. « Et est-ce que tu voudrais m'accompagner ? » Ce n'était pas grand-chose au fond, juste partir une semaine en France. « Enfin j'imagine que tu dois travailler, et je comprends, en fait c'est très bête de ma part de te proposer ça, je suis désolée... » Je cherchais mes mots, je le quittais du regard, j'étais gênée de nouveau. Je proposais quand même à un homme, de dix ans mon aîné, que je connaissais à peine, de passer une semaine avec moi en France. « Mais j'apprécie vraiment ces moments passés avec toi, et j'aurais été ravie de te faire découvrir un peu la France... » Bref, il valait mieux que je me taise, maintenant. Je reposais ma tête sur mes genoux, en regardant l'horizon. Oui, il fallait vraiment que je me taise.

Spoiler:
 

©️ sumptuous reign.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Bobby Eddison
Fangirl ✓ I will go down with this ship.

Messages : 187
Date d'inscription : 11/11/2015

MessageSujet: Re: Si tu lâches un renard et qu’elle revient te voir, c’est l’amour. Si tu fais de la bouillasse et qu’elle fout le camp, le destin en a décidé autrement [Maggie ♥]   Dim 28 Fév - 18:25

Si tu lâches un renard et qu’elle revient te voir, c’est l’amour. Si tu fais de la bouillasse et qu’elle fout le camp, le destin en a décidé autrement









Que Maggie puisse rentrer en France me faisait plaisir et en même temps je me disais que ça serait une période sans avoir de nouvelles d'elle et du coup ça me rendait un peu triste, mais en même temps c'était tout à fait normal qu'elle veuille rentrer chez elle et surtout qu'elle en ai le besoin. Même si on se sentait bien dans un pays, rien ne pouvais égaler son pays d'origine et la famille que l'on avait. Le point qui m’intéressait le plus et qui surtout voulait dire beaucoup pour moi même si je ne jouais pas de piano debout c'était que Maggie commençait vraiment à s'engager avec la ville, à tel point qu'elle allait carrément monter un projet théâtre ici. Pourquoi ça me rendait aussi content ? Déjà parce que pour la ville c'était une très bonne chose, enfin on allait voir quelque chose de nouveau que les 50 000 clubs de rugby qu'on proposait à chaque coin de rue, ou autre surfeur aux cheveux long qui se prenait pour des sex-symbol et blablabla. Mais surtout parce que cela voulait dire qu'elle comptait rester un sacré moment en ville et rien que ça c'était juste la meilleure nouvelle au monde, enfin de mon point de vu tout au moins. Je savais que pour beaucoup de gens rester coincer à Tacostown ce n'était pas le top du top, mais pour moi c'était très bien. C'était la seule ville que j'avais connu et que je connaîtrais jamais de toute évidence.
J'étais avant tout content pour elle parce que c'était un projet qui s'annonçait absolument parfait pour elle et qu'en y réfléchissant bien oui je ne voyais pas d'autre personne pour s'en occuper. Après peut-être que je n'étais pas des plus objectif, mais c'était qu'un détail. Cette idée allait peut être donner un coup de fouet à la ville et surtout faire émerger de nouveau talent ou alors créer des vocations. Parce que oui je m'emballais un peu trop maintenant qu'elle en parlait et je voyais déjà tout ce qui était possible de faire alors que pour l'instant ce n'était qu'un projet et qu'il fallait encore tout organiser, tout mettre en place, recevoir toutes les autorisations. Elle se lançait dans un sacré projet, mais c'était une bonne chose. « J'espère que tu me tiendra au courant de l'avancement du projet » Évidemment elle n'était pas obligé, mais j'avoue que ça me ferait plaisir et puis j'avais aussi hâte de voir tout ce que cela pourrait donner une fois que ça serait vraiment concret.

Peut être que tout se passait trop bien et que le destin avait décidé de s'en mêler en se disant tiens et si je mettais un peu de piment entre Bobby et Maggie, parce que là ils s'entendent bien mais c'est vraiment trop simple. Parce que oui avec Maggie on s'entendait vraiment bien et je me sentais vraiment bien avec elle. On pouvait parler de tout et de rien ou même laisser le vent siffler à nos oreilles sans que le silence ne se fasse gênant. A cet instant peut être que j'aurai préféré le silence. J'adorais parler de ma sœur et surtout je l'aimais et je pourrais faire son éloge sur 18 pages recto-verso au moins. Seulement ce n'était absolument pas le cas de Maggie, ce que je pouvais comprendre. J'avais juste oublié la situation un peu compliqué. Ma sœur venait tout juste de se fiancer avec l'ex de Maggie. Vous voyez un peu le topo ? Oui c'était très compliqué et en même temps j'étais content qu'elle m'en parle d'elle même du fait qu'elle avait vu Leo et que vraiment ça c'était pas super bien passé. Le contraire aurait vraiment été étonnant en même temps. L'espace d'une seconde je craignais le pire et je demandais à Maggie si elle s'était battue, sa réponse me fit sourire « Non, absolument pas. Mais des fois avec Leo je m'attends à tout » non vraiment Maggie avait tout le contraire d'une femme qui avait envie de se battre, mais des fois par amour ou pas jalousie on pouvait être capable de faire beaucoup de chose et je ne la jugerais pas pour autant. Puis surtout face à Leo je me méfiais. Elle avait grandi entouré de frère. D'accord je n'étais pas la référence ultime en matière de virilité ou quoi que ce soit, mais pour ça elle avait eu Wally avait qui elle était tout le temps fourré et aussi Rob qui était l'enfant adopté de la famille. Donc on pouvait dire que oui par moment elle avait un petit côté garçon manqué, même si en soirée elle faisait très bien voir le contraire. Tout ça pour dire que ça ne m'aurait pas non plus surpris que ça se passe super mal et qu'il y ait eu des cris et du tirage de cheveux et tout ça. Ceci dit, j'étais quand même rassurée de savoir que ça n'était pas arrivé. En fait la seule qui me faisait peur dans toute cette histoire c'était de devoir prendre un parti à un moment donné. Heureusement on en était pas encore là et je priais de toute mes forces pour que cela n'arrive jamais. La seule chose que je ne voulais pas au final c'était qu'elle dise des choses gentilles sur ma sœur juste pour me faire plaisir. Je n'étais pas toujours très impartial quand on parlait de la famille, mais bon je savais quand même faire la part des choses et surtout dans cette situation je comprenais que pour Maggie elle représente le boss ultime d'un jeu vidéo. C'était normal et logique. « Je te rassure, quand elle nous a annoncé ses fiançailles on étais surpris. Même que Wally pense qu'il y a hippopotame sous gravillon » je ne savais pas si ça la rassurait vraiment, mais tout ça pour dire qu'on était tout sauf prêt, surtout qu'elle nous avait jamais annoncé qu'elle fréquentait quelqu'un et que c'était sérieux. Le coup de foudre pouvait frapper n'importe qui, mais Leo ça nous faisait toujours aussi bizarre. Enfin moi j'étais heureux, j'étais déjà en train de préparer le mariage de mes rêves pour ma sœur. Je me sentais plus concerné qu'elle par ce qui était en train de lui arriver. Pour Wally c'était tout le contraire. Il voulait mettre un terme à tout ça parce que pour lui ce n'était pas normal. « Wally c'est notre frère, le plus proche de Leo et il n'était au courant de rien » Il y avait tellement de frère dans la famille Eddison qu'il était facile de se perdre. Mais si on voyait Leo, on était sur de voir Wally pas loin. Peut être que de ne rien savoir l'avait vexé, mais en tout cas il était déterminé à mener son enquête et à découvrir la vérité. Selon moi il perdait son temps, mais il pouvait bien faire ce qu'il voulait. « Enfin pardon, on va arrêter sur ce sujet, je sais que ce n'est pas la chose la plus facile pour toi. Je suis désolé vraiment » Oui ça devait déjà être bien assez compliqué pour elle sans que j'en rajoute une couche avec mes remarques et ce que la famille pensait de tout ça.

Maintenant qu'on était à l'endroit que je préférais le plus au monde sur terre, je ne pouvais m'empêcher de repenser au passé et à toutes les conneries qu'on avait pu faire ici avec Alfred. J'évoquais le passé, mais bizarrement je lui parlais que des choses sympas. Le fait qu'on avait pris notre première cuite ici et fumer nos premiers joints ici aussi je préférais le passer sous silence, ce n'était pas non moment les plus glorieux avec Alfred. C'était aussi ici qu'on parlait de nos rêves et de ce qu'on voulait. Quand j'y repensais rien de ce que j'espérais ne m'étais arrivé mais je ne m'en était pas triste pour autant. « Avec Alfred on est né pour être gentil » peut être même trop gentil. Enfin Alfred bien moins que moi, mais souvent à l'école je me faisais embêter par les plus grands et je me laissais faire parce que je n'avais pas la force de répliquer. C'était Alfred et Teddy qui prenait le plus souvent ma défense. Mon surnom c'était Bobby la fillette ou Bobby la pleureuse, ça dépendait des jours. Enfin tout cela était loin derrière moi.
Maintenant j'étais un grand et je buvais des verres comme un grand ce que me reprochais un peu Maggie, qui semblait persuadé que c'était à cause de moi qu'elle avait autant bu la semaine dernière et qu'elle avait du enlever ses chaussures pour marcher correctement. Que nenni, je n'étais en rien responsable « Le fameux prétexte de la taille. C'est presque trop facile de sortir ça » c'était la réplique imparable des femmes. Pourtant elle n'était pas si petite que ça et puis moi j'aimais bien. Mais bon je pouvais comprendre que sur les tapis rouges les escarpins faisaient bien plus classe que les claquettes ou autre.

Cela faisait un moment maintenant qu'on était arrivé dans mon endroit ''secret'' et rester debout à contempler l'horizon c'était sympa, mais s'asseoir c'était encore mieux. On avait fini nos glaces donc on ne risquait pas de s'en mettre partout, la seule chose à laquelle je n'avais pas pensé c'était de prendre une couverture pour qu'on puisse s'asseoir sans craintes des fourmis. Au pire ce n'était pas très grave, enfin j'espère que ça ne l'était pas. Beaucoup aurait pu s'offusquer que je ne pense pas à ce petit détail, mais je sentais que pour Maggie ce n'était pas très important et que pour elle avec ou sans couverture c'était la même chose.
Maintenant qu'on était à même le sol, un silence calme et apaisant c'était posé entre nous, ce n'était pas gênant, non pas du tout c'était normal, ça faisait parti de nous et pourtant je ne pouvais m'empêcher de le briser en lui disant que c'était ici que je venais qu'en j'en sentais le besoin et que j'avais envie de me ressourcer. Je lui assurais que maintenant elle devait préserver à son tour la magie de cet endroit et qu'elle pouvait y venir quand elle voulait. Je lui proposais même de devenir pirate. Je savais c'était puéril mais c'était mignon non ? En plus elle était parfaitement d'accord.
Le silence était revenu entre nous, seulement rompu par le ressac de l'océan que l'on entendait se perdre contre la falaise. Jusqu'à ce qu'il se passe une chose à laquelle je ne m'attendais absolument pas. Maggie me proposait de venir avec elle à Paris. C'était tellement inattendu et j'étais tellement sous le choc que je ne répondais pas tout de suite et je l'écoutais parler me disait qu'elle aimait les moments qu'on passait ensemble et tout ça. Okay c'était peut-être à mon tour de parler, je devais le faire. Je la regardais. Elle avait repris sa position initiale, la tête sur ses genoux et moi j'ouvrais et fermais la bouche comme un poisson qui recherche son souffle alors qu'il était sur la terre ferme. Puis finalement je retrouvais l'usage de la parole « Je crois que je n'étais pas prêt pour ça » même pas du tout même, mais maintenant c'était bon le choc était passé. « Je serais plus que ravi de pouvoir t'accompagner en fait » et encore le mot était faible, vous imaginez moi Bobby Eddison en train de faire le touriste en France ? Moi même j'avais du mal à y croire. Je m'approchais un peu plus de Maggie pour passer un bras autour de ses épaules. Je sais pas si c'était le geste le plus approprié mais j'en avais envie « Moi aussi j'aime beaucoup les moments qu'on passe ensemble » c'était même ce qui me faisait le plus de bien en ce moment. La compagnie de Maggie était apaisante et fraîche. « Ça me semble être la chose la plus naturelle du monde de passer du temps avec toi » même avec Eva cela n'avait jamais été aussi facile. « Par contre avant de vraiment te donner une réponse faut que je vois avec mon chef pour poser des vacances » Je ne voulais pas trop m'avancer et après la décevoir, mais de me dire que j'allais peut être partir en vacance à Paris ça me mettais dans tout mes états. « J'en ai pas pris depuis un moment donc ça ne devrait pas poser de problème » En plus je n'étais jamais malade alors bon il pouvait bien m'accorder ça. J'étais le cas le plus conciliant du service donc pour une fois ça sera les autres qui devront se montrer conciliant. De tout façon j'avais décidé que je partirai voilà. « T'as pas trop peur que je fasse mon touriste trop chiant ? » et qui la bassine avec tous les clichés qu'on peut entendre sur les français. Parce que j'ose imaginer que les gens ne se promène pas toujours avec une marinière, un béret avec une baguette et une bouteille de vin sous chaque bras.





lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Maggie Delacour
La Perfection ✓ Impossible n'est pas Maggie

Messages : 164
Date d'inscription : 18/11/2015

MessageSujet: Re: Si tu lâches un renard et qu’elle revient te voir, c’est l’amour. Si tu fais de la bouillasse et qu’elle fout le camp, le destin en a décidé autrement [Maggie ♥]   Lun 14 Mar - 16:42

 
Si tu lâches un renard et qu’elle revient te voir, c’est l’amour.Bobby & Maggie
Je savais que je ne connaissais pas si bien que ça Bobby pour le moment, mais j'étais quand même contente de partager des choses avec lui. Comme le fait que j'allais en France, ou ce projet, que j'avais commencé à monter avec Amber. Il avait l'air assez enthousiaste à l'idée, presque autant que moi. Il ne pouvait pas l'être autant que moi, parce qu'au point où j'en étais, j'étais vraiment vraiment très impatiente de commencer à travailler concrètement avec la ville. Et pour le moment, ça me donnait un point d'attache ici, ce qui n'était pas plus mal. Moi qui était arrivée à Tactostown en me disant qu'on allait pouvoir réparer les choses avec Charles et que tout allait rentrer dans l'ordre, je m'étais bien trompée. Mais au final, ce projet allait quand même bien m'aider je pense. Et même pour s'intégrer, c'était sans doute une bonne chose. « J'espère que tu me tiendra au courant de l'avancement du projet » Etant donné qu'il m'avait donné des idées pour ce qu'on pouvait éventuellement faire, oui, j'allais le tenir au courant de tout, même peut être l'embêter, à le tenir trop au courant. « Oh ! Oui, bien sûr ! » Et puis, comme ça, ça me donnait une raison de rester en contact avec lui, ce qui en soit ne pouvait pas faire de mal, parce que oui, j'appréciais être en contact avec lui, enfin même si on n'avait pas non plus passé une heure au téléphone, et qu'on ne s'était pas non plus échangé un million de sms mais bon… J'aimais bien quand même !

On  marchait ensemble, et c'était agréable. Le temps, le paysage, c'était très agréable, trop agréable à vrai dire. C'était bizarre comme sensation, mais même si je redoutais de lui parler de sa sœur, je sais pas, j'avais l'impression de devoir lui en parler. Je pouvais pas expliquer pourquoi, c'était comme ça tout simplement. Alors je lui en avais parlé. Il m'avait demandé si on s'était battu, ce qui m'avait plutôt fait rire. Ca se saurait si j'étais du genre à me battre ! « Non, absolument pas. Mais des fois avec Leo je m'attends à tout » Je savais pas trop si j'étais censée m'inquiéter. Enfin, c'était pas comme si on allait se revoir de si tôt de toute façon, donc bon… Parce que je n'avais pas tout raconté à Amber, mais je pense que j'allais lui demander d'éviter d'avoir à travailler avec Leo de trop sur le projet. « Non, rien de tout ça. Et de toute façon, je ne sais pas me battre donc ça aurait été assez vite réglé je pense ! » dis-je en rigolant un peu, pour détendre l'atmosphère parce qu'au final Bobby avait l'air un peu préoccupé par ça, et c'était vraiment pas le but. On était bien, là, et je n'avais pas envie de gâcher ça. « Je te rassure, quand elle nous a annoncé ses fiançailles on étais surpris. Même que Wally pense qu'il y a hippopotame sous gravillon » C'était délicat… Parce que moi, je savais ce que c'était, l'hippopotame sous gravillons. Et si j'avais vraiment voulu être méchante, et me venger de Charles, clairement je pourrais tout déballer, cette histoire de mariage blanc et tout ça. Mais… D'un autre côté, Bobby, il avait tellement l'air heureux pour sa sœur que je n'avais pas envie de gâcher ça… « Ca m'étonnerait. Si Charles l'a demandé en fiançailles, c'est qu'il doit vraiment bien l'aimer... » Je détestais mentir, et heureusement que j'étais actrice, sinon j'en serais incapable. Mais ce n'était pas mes histoires, ce n'était pas à moi de tout raconter. Et puis, au fond, je mentais peut être pas totalement, peut être que Charles l'aimais bien… Enfin bref. « Wally c'est notre frère, le plus proche de Leo et il n'était au courant de rien » C'est vrai que je ne m'étais même pas posée la question de savoir qui est-ce que c'était Wally, mais au moins j'avais ma réponse. Mais bien sûr, je comprenais très bien, pourquoi il n'était pas au courant, parce que personne n'était au courant... « C'est aller assez vite à ce que j'ai cru comprendre. » C'était tellement bizarre. J'avais du mal à relativiser face à cette situation, mais j'essayais de me contenir au mieux. « Enfin pardon, on va arrêter sur ce sujet, je sais que ce n'est pas la chose la plus facile pour toi. Je suis désolé vraiment » Il était vraiment gentil, et non, ce n'était pas facile c'est sûr, mais ça faisait parti des choses dont je me devais de lui parler je crois bien. « Oh, ne t'excuse pas ! C'est moi qui ais lancé le sujet après tout ! » Mais mine de rien, j'étais quand même bien contente qu'on change de sujet.

On arrivait à un endroit qui faisait rêver.. Apparemment, c'était un endroit que Bobby avait l'habitude de fréquenter, et j'étais contente qu'il m'ait amené ici. C'était vraiment beau, et apaisant. Presque idyllique. Le silence s'installait un peu mais ce n'était pas gênant. C'était même presque agréable. « Avec Alfred on est né pour être gentil » Bobby brisait le silence, et ça me faisait sourire un peu. Je veux dire, il n'aurait presque pas eu besoin de le dire. Ca se voyait qu'il était gentil. Il avait l'air d'un homme toujours plein de bonnes intentions. Je ne savais pas pour Alfred, mais lui, ça ne faisait pas l'ombre d'un doute. Suite à ça, je profitais du silence rompu pour m'excuser pour l'autre soir, où j'avais à mon goût un peu trop bu, en le blâmant un peu, mais sans vraiment le penser. J'étais une grande fille, si vraiment je n'avais pas voulu de bières, je n'aurais pas bu, et c'est tout. « Le fameux prétexte de la taille. C'est presque trop facile de sortir ça » Je rigolais. Vraiment, ça se voyait que ce n'était pas une fille. « Et pourtant c'est une réalité ! » Un dur combat et une longue histoire, ces chaussures à talons ! On s'asseyait finalement. Et le silence perdurait par moment. On parlait de choses et d'autres, puis le silence revenait. C'était apaisant, c'est plaisant, je prenais plaisir à regarder le paysage qui s'étendait devant nous. J'adorais la mer, j'adorais le bord de mer plus particulièrement, et être là, c'était paradisiaque. La brise ramenait les odeurs d'eau salée, c'était agréable. Et je partais dans mes pensées, mais finalement, je me perdais à penser à voix haute. Et je ne sais pas, je lui proposais de venir en France avec moi. C'était complètement fou, et même moi je ne comprenais pas pourquoi est-ce que j'avais fait ça, c'était stupide, en plus il travaillait ce n'était pas possible. J'avais presque honte, je n'arrivais pas à le regarder. Je ne savais pas vraiment pourquoi est-ce que j'avais fait ça. Mais qu'est-ce qui t'a pris ? Mon regard se perdait de nouveau dans l'océan. Au fond de moi, j'espérais qu'il n'avait pas vraiment entendu, trop occupé à regarder le paysage. Je croisais un peu les doigts. « Je crois que je n'étais pas prêt pour ça » Moi non plus, vraiment… « Non, pardon, je suis désolée... » Et je l'étais, je ne savais pas pourquoi j'avais fait ça, pourquoi est-ce que je lui avais dit ça, c'était ridicule. Même si oui, j'aurais adoré partir en voyage avec lui, mais c'était impossible, et puis on ne se connaissait pas tant que ça non plus. C'était trop… Trop inattendu. Du grand n'importe quoi ! « Je serais plus que ravi de pouvoir t'accompagner en fait » Je tournais mon visage vers lui, un peu d'un coup. « Quoi ? » J'étais absolument surprise, et c'était à mon tour d'entendre quelque chose auquel je ne m'attendais vraiment pas. Il s'approchait de moi et et passait un bras autour de mes épaules. « Moi aussi j'aime beaucoup les moments qu'on passe ensemble » Je ne savais pas quoi faire, ni où me mettre. On était proche, peut être un peu trop, et au fond ça ne me dérangeait pas, c'était agréable, mais d'un autre côté, si, ça me dérangeait un peu, mais je n'arrivais pas à bouger. Je me contentais de l'écouter, avec beaucoup d'attention. « Ça me semble être la chose la plus naturelle du monde de passer du temps avec toi » Et j'étais vraiment contente de l'entendre dire ça en fait. On pensait la même chose, sans doute, je crois. Et au fond, ça me rassurait qu'il soit d'accord, parce qu'il aurait très bien pu partir, fuir, parce que je lui proposais quelque chose de complètement incongru. « Je... » J'ouvrais la bouche mais je ne savais même pas quoi dire, je n'arrivais pas à articuler un mot de plus, parce que oui, j'étais étonnée, et presque abasourdie par tout ça. « Par contre avant de vraiment te donner une réponse faut que je vois avec mon chef pour poser des vacances » La réalité me frappait de plein fouet. Alors que je commençais me faire à l'idée qu'on puisse partir ensemble, et qu'on allait passer un fabuleux voyage, je me rendais bien compte que rien n'était fait… « Oui… Oui, oui, bien entendu ! » Je pense que même si j'essayais de faire des efforts, la déception était tout à fait perceptible dans ma voix. Au fond, même si je savais que c'était une idée folle, j'espérais pouvoir partir avec lui… Vraiment… « J'en ai pas pris depuis un moment donc ça ne devrait pas poser de problème » Ca me rassurait, un peu. Mais je ne voulais pas m'emballer. Rien n'était fait d'avance, et je ne voulais pas me faire des idées et commencer à penser à tout ce qu'on allait pouvoir faire et devoir annuler tout ça. Non, je ne penserai à rien tant que je ne serais pas sûre à 200 % qu'on allait partir ensemble. « D'accord, tu n'auras qu'à m'appeler, et si c'est bon, je me chargerai du reste ! » Et une fois encore, j'allais sans doute attendre son appel, comme j'avais attendu son coup de téléphone pour qu'on se retrouve aujourd'hui. Enfin, non, j'allais essayer de ne pas trop attendre parce que si ça se trouve, il ne m'appellerait pas, parce que comme moi, là maintenant, il était impatient, dans la folie de l'instant, mais finalement, il allait y réfléchir et se dire que non, ça ne valait pas le coup. Je pensais trop, je réfléchissais beaucoup trop. « T'as pas trop peur que je fasse mon touriste trop chiant ? » Je souriais. « Oh, non pas du tout ! » Au contraire, ça serait quelque chose qui aurait plutôt tendant à me faire rire je crois bien. « Et puis, c'est un peu pour ça que je te propose aussi, pour que tu puisses faire ton touriste chiant, parce que si tu connaissais déjà tout, ça ne serait pas intéressant ! » Et voilà, je repartais dans mes pensées, comme si je pouvais être persuafée qu'on allait partir ensemble. Il fallait que j'arrête. Je me perdais dans mes pensées, et… Et son bras autour de mes épaules, je n'arrivais pas à savoir ce que ça signifiait vraiment, je comprenais pas, c'était comme si mes neurones avaient décidé de se détacher les uns des autres, il n'y avait plus rien qui fonctionnait. Je me tournais vers lui le temps d'un instant. « T'es sûr que… Enfin, t'es pas obligé d'accepter. Je t'ai proposé ça un peu spontanément, mais ne te sens pas obligé de dire oui si tu n'en as pas envie ou si tu as autre chose à faire je comprendrai complètement ! » J'avais peur qu'il accepte parce que comme il avait dit, c'était un garçon gentil et qu'il n'oserait pas me dire non. J'avais peur qu'il me prenne un peu par pitié, comme la folle qui proposait ce genre de chose à un mec qu'elle connaissait si peu. Et puis nos visages étaient proches, bien trop proches à mon goût. Je tournais la tête pour regarder de nouveau l'océan, et disais en rigolant un peu : « Je te promets que généralement je demande pas à un garçon de partir avec moi en voyage dans un autre pays au bout du deuxième rendez-vous... » Je me rendais compte de ce que je venais de dire. Je portais mes mains à ma bouche comme si j'avais dit la plus grosse des bêtises, et je sentais que mes joues devenaient rouges, vraiment très rouges. Et s'il ne voyait pas ça comme un rendez-vous ? Clairement, je me montais la tête toute seule, et je me sentais dans le besoin de corriger ce que je venais de dire. « Enfin, la deuxième fois que je le vois de ma vie… » Si je pouvais je disparaîtrai dans un trou à cet instant précis. J'avais l'impression d'être le plus gros des boulets, de dire n'importe quoi, et c'était affreusement désagréable. « Mais, là, je ne vois vraiment personne d'autre, à part des amis éventuellement, mais qui sont déjà en France… Donc bon… Ca ne vaudrait pas le coup. » lui confiais-je. Et c'était vrai. J'aurais voulu partir avec Guillaume, parce qu'on aurait pu aller voir notre famille ensemble, mais il ne peut pas, et à part Bobby… Je ne voyais vraiment pas à qui est-ce que j'aurais pu le demander… Et j'espérais vraiment, finalement, que ça allait pouvoir se concrétiser.

©️ sumptuous reign.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Si tu lâches un renard et qu’elle revient te voir, c’est l’amour. Si tu fais de la bouillasse et qu’elle fout le camp, le destin en a décidé autrement [Maggie ♥]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Si tu lâches un renard et qu’elle revient te voir, c’est l’amour. Si tu fais de la bouillasse et qu’elle fout le camp, le destin en a décidé autrement [Maggie ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Si tu lâches un renard et qu’elle revient te voir, c’est l’amour. Si tu fais de la bouillasse et qu’elle fout le camp, le destin en a décidé autrement [Maggie ♥]
» Décidément tout fout le camp...
» Les livres de littérature de jeunesse autour du personnage du RENARD
» sphécidé [Ammophila]
» defense renard...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tacostown :: Tacostown :: Corail Bay :: The beach-