AccueilAccueil  RechercherRechercher  Tumblr  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I feel like a wanna murder someaone and also I want bretzel [Rob]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Bobby Eddison
Fangirl ✓ I will go down with this ship.

Messages : 187
Date d'inscription : 11/11/2015

MessageSujet: I feel like a wanna murder someaone and also I want bretzel [Rob]   Dim 29 Nov - 18:11

I feel like a wanna murder someaone and also I want bretzel







« Bobby mon cœur, il est l'heure de se lever, on est dimanche ». Ca c'était la douce voix de ma mère, venu me réveiller en ouvrant les rideaux. Pourquoi monde cruel ? Étouffant un juron je me retournait dans mon lit pour enfouir ma tête dans l'oreiller et ne pas être agressé par la lumière du jour.
Pourquoi c'était ma mère qui venait me réveiller ? Tout simplement parce qu'à 35 ans j'habitais de nouveau chez papa et maman parce que j'étais triste et misérable et surtout très faible. Enfin faible peut être pas quand même, enfin je ne savais pas, je ne savais plus, j'étais perdu. Pourtant rien ne me prédestiné à retourner dans le cocon familiale, mais évidemment la perspective d'un divorce remet tout de suite les choses en place. Eva ne m'avait pas trompé, Eva ne m'aimait tout simplement plus. Elle avait rencontré quelqu'un à l'une de ses manifestations de geek, et plus j'y pensais plus j'aurai du voir les signes avant coureur, mais non. Pour moi tout allait bien entre nous, j'étais heureux et amoureux et il nous manquait juste d'avoir des enfants. Maintenant je suis juste triste et amoureux. La vie c'est triste. Du coup voilà comment je me retrouve à être réveillé par ma mère un dimanche matin. Parce que oui maintenant fini les grasses matinées, parce que pendant mes jours de congés ou durant le week-end je devais toujours aidé maman à faire les courses ou le ménages et pas la cuisine parce que je suis pas le plus grand cuisinier du monde mais au moins à éplucher les légumes et c'était très nul. Même pas elle me laissait du temps pour regarder Butterflies and Love ou les films d'amour que j'avais en retard.
Surtout il ne fallait pas oublier que le dimanche c'était sacré, le dimanche toute la famille Eddison se retrouvait pour un grand repas. Enfin il y avait aussi Rob. Il avait l'âge de Teddy et pourtant il était le meilleur ami de Wally. Je n'y comprenait rien, mais après ce n'était pas mon problème. Enfin un peu quand même parce que Teddy et Rob ne s'entendait absolument pas. Du coup moi je prenait le parti de mon frère – ce qui me semblait tout à fait normal – et du coup je me prenait plein de réflexion de la part de Rob. Je n'aimais pas ça, ça me rendait triste aussi. Je n'aimais pas quand les gens ne m'aimaient pas. Je ne savait pas si Rob m'aimait ou pas, mais je sais qu'il adorait se foutre de ma gueule, un peu comme Wally d'ailleurs. Ça me mettait un peu mal à l'aise surtout qu'il n'était pas de la famille et pourtant tout le monde faisait comme si c'était le cas. C'était bien trop bizarre pour moi.

Bien que le réveil fut fastidieux, ma maman m'avait quand même préparé mon chocolat chaud et des tartines de nutella et juste ça suffisait à me rendre un peu moins triste. Parce que oui j'étais encore ce genre de personne qui n'arrivait pas à boire du café et donc bref voilà je prenais un chocolat. Chacun ses préférences après tout. Puis après fallait prendre sa douche. Ce n'était pas ce qu'il y avait de plus compliqué au monde. Une douche rapide, un séchage rapide et j'étais en place pour le rasage, mais à croire que le destin était contre moi parce que je m'étais lamentablement coupé et je n'avais pas d'autre choix que de mettre un pansement Bob l'éponge sur ma joue. Non je n'avais pas 5 ans mais je n'avais que ça alors voilà et puis ça va on ne manger pas non plus avec la reine alors personne n'allait me faire chier avec ça. Enfin c'est ce que j'espérais, mais je n'étais absolument pas convaincu.
J'avais encore un peu de temps devant moi avant que tout le monde n'arrive - et surtout avant que Maman Eddison ne me mette à contribution pour son grand repas de famille – j'en profitais donc pour me ressourcer quelque temps avec mon journal intime, y écrire les derniers sentiments qui m'habitaient en ce moment, dire que j'allais mal mais un peu mieux quand même parce que le divorce avait enfin été prononcé et maintenant je pouvais vraiment passer à autre chose. Enfin c'était vraiment ce que j'espérais. J'étais lancé dans une grande phrase quand Teddy avait fait irruption dans ma chambre. « Bobby, je peux prendre ton journal pour écrire des chansons ? Oui ? Non ? Bon d'accord non, mais viens tout le monde est là, même ce petit con de Rob ». Voilà Teddy était entré dans ma chambre aussi rapidement qu'il en était sorti, mais du coup je devais vite rejoindre la salle à manger et sans vraiment prendre le temps, je laissait tout en plan sur mon bureau en sortant de ma chambre sans prendre la peine de fermer la porte.
Arrivé en bas, effectivement toute la famille Eddison était présente « Bonjour tout le monde » je lançait aussi joyeusement que possible – c'est à dire que dans un cimetière j'aurait fais un très bonne pleureuse vu son ton des plus enjoué. Je m'avançais  vers Léo pour l'embrasser sur la jour avant de prendre sa place à table.Regardant chaque convive tour à tour, en espérant que personne n'aurai l'idée d'aller en haut et que son journal serait toujours en sécurité.




lumos maxima


Dernière édition par Bobby Eddison le Ven 18 Déc - 16:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rob Kingsley
Robinet ✓ I don't know what's happening.

Messages : 410
Date d'inscription : 07/10/2015

MessageSujet: Re: I feel like a wanna murder someaone and also I want bretzel [Rob]   Dim 13 Déc - 15:31

Et pas de booooool ! Parce que y'en avait un qui, lui, n'était pas à la table des Eddison malgré ses bonnes habitudes. À vrai dire, ça paraissait plus normal comme ça. Enfin un déjeuner dominical des Eddison avec seulement des Eddison. Parce que Rob avait beau être comme de la famille, ce n'était pas là cas et si la plupart des concernés s'en moquait ce n'était pas le cas de tous. Il fallait dire que le Kingsley était, comme tous les Kingsley, un peu sauvage et ce n'était pas facile pour les plus chochottes de sa famille d'adoption (je vais les nommer parce que j'aime balancer des noms : Bobby et Teddy, bien entendu !). Et comme les Kingsley avaient un instant animal assez développé... Rob s'en prenait plutôt logiquement aux chochottes en question. Il ne pensait pas du tout à mal, car Rob est excessivement gentil en vrai, et ne se rendait pas compte que ses moqueries pouvaient être mal vécues. Mais bon fallait quand même dire que Bobby le cherchait quand même. Prenez pour exemple ce matin-là : Rob était venu prévenir l'ainé des Eddison qu'ils passaient à table, ne sachant pas que Teddy l'avait devancé, et voilà qu'il tombe sur ... Un journal intime. Non sérieusement ... Vous trouvez pas qu'il le cherche ?
Fou de joie, Rob attrapa le journal et se jeta sur le lit de Bobby. Le Kingsley n'était pas un féru de lecture. Le dernier livre qu'il avait lu, ça devait être au collège. Et même ceux-là, il les avait pas lu en entier. Rob n'ayant aucune concentration, il lui fallait au minimum des images pour pouvoir suivre une histoire. Il n'était donc pas étonnant que les seules « livres » qu'il ait chez lui soient des bds... C'était un peu pathétique mais que voulez-vous ? Y'a des gens qui écrivaient dans des journaux intimes puis y'avait les autres. Rob n'enviait pas les personnes intelligentes de toute manière parce que franchement, ils avaient pas l'air bien plus heureux que lui. Et heureux, il l'était à ce moment précis. Allongé dans ce lit qui n'était ni le sien, ni celui d'une jolie fille d’ailleurs - mais ça a rien à voir avec le propos mais plutôt avec le fait que Rob soit 100% hétéro contrairement à Bobby qui ne pouvait vraisemblablement pas l’être à ce pourcentage mais cette parenthèse, qui n’en est d’ailleurs pas une, est déjà bien trop longue aux vues de la pertinences de cette remarque - le brun lisait sans s'arrêter. Il rigolait tout seul en lançant des « Oh naaaan ! » assez régulièrement. Puis, une fois qu'il en eu assez à son goût, Rob avait pris le journal et avait dévalé les escaliers jusqu'à arriver dans la salle à manger où les Eddison étaient déjà tous rassemblés. Un grand sourire aux lèvres, Rob planta son regard dans celui de Bobby et franchement ça puait la connerie à plein nez. Y’avait un truc dans son regard qui n’y trompait pas : il allait lui faire un sale coup. Rob prit deux secondes pour savoir comment il allait se la jouer, puis il décida (et sans aucune surprise) pour la démarche la moins subtile qui soi.

« Bobbyyyyyy, regarde ce que j'ai trouvéééé. »

En disant cela, Rob avait affiché sa pire face de troll. Il était tout content et il montrait fièrement le journal de l'ainé des Eddison à l'ainé des Eddison en question. Ce grand nigaud rigolait tout seul dans un espèce de gloussement qui s'auto-contentait. Rob pouvait être une tête à claque quand il voulait et si il aimait tant se moquer de Bobby c'est parce qu'il se plaignait pour des broutilles. Ta femme te quitte ? Bah ça arrive. Tu retournes vivre chez tes parents ? Bah pourquoi pas. Tu peux pas regarder tes séries favorites ? Vas faire du surf, c'est mieux de toute manière. Rob t'as piqué ton journal intime ? Bah fallait pas en écrire un. Rob est parti en courant avec le-dit journal intime ? Bah cours lui après et essaie de le tacler au sol pour récupérer ton bien. Ceci dit bon courage pour ça parce que Rob est peut être bête mais il est sacrément rapide. Et au fur et à mesure qu'il s'éloignait ses dernières paroles se faisaient de plus en plus sourdes. Ses gloussements, eux, étaient encore bien sonores.

« Je vais aller scanner tout ça pour pouvoir les relire à vie et les montrer un jour à tes enfants ! »

Il fonça donc dans le bureau familial (enfin pas de sa famille à lui mais on se comprend) pour aller faire les copies en question. Parce que oui il va les faire et Rob a même soudainement la folle idée de les distribuer à travers la ville. Ça pourrait presque devenir le nouveau best-seller chez les adolescentes. Il serait pas étonnant qu'elles croient que l'auteure soit l'une d'elle. Bobby a quand même un côté adolescente assez prononcé, on peut pas le nier quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Bobby Eddison
Fangirl ✓ I will go down with this ship.

Messages : 187
Date d'inscription : 11/11/2015

MessageSujet: Re: I feel like a wanna murder someaone and also I want bretzel [Rob]   Ven 18 Déc - 16:35

I feel like a wanna murder someaone and also I want bretzel







Quand Teddy était venu me chercher pour me prévenir que tout le monde était arrivé à la maison je n'avais pas fait attention à mon journal intime. Dans la précipitation je l'avais lamentablement abandonné sur mon bureau à la vu de tous. Pour ma défense, pas une seconde je n'envisageais qu'un membre de ma famille se permettre de venir dans ma chambre ou l'ancienne de Teddy c'était comme vous voulez et puisse venir y fouiller. Enfin personne de ma famille, ce qui n'était pas le cas de Rob. Est ce que j'avais quelque chose contre lui ? Non pas vraiment, il était peut être gentil mais avec moi il était méchant alors du coup oui il n'était pas la personne que je préférais sur terre. Honnêtement si il prenait feu et que j'avais un verre d'eau à la main...okay mauvais exemple je lui aurai balancé l'eau avant d'aller un seau. Mais bref tout ça pour dire que ce n'était pas l'amour fou entre Rob Kingsley et moi, mais pourtant pas une seule seconde je n'aurai pensé qu'il viendrait fouiller dans ma chambre. Et pourtant…
Pourtant j'aurai vraiment du me méfier, en descendant pour dire bonjour à tout le monde, j'avais était étonne de ne pas voir Rob à table alors que d'habitude il était l'un des premiers à se servir et se resservir et bref il mangeait tout le temps quoi. Mais je ne m'inquiétais pas plus que ça. Naïvement je pensais qu'il était aux toilettes, ou je sais pas occupé avec Gustave parce qu'il s'entendait très bien avec le chien de Wally et Leo. Cependant il commençait vraiment à se faire désirer et puis on attendait plus que lui pour manger. A côté de moi j'entendais Teddy pestait contre Rob. C'était assez drôle, surtout que j'étais le seul à pouvoir l'entendre. Quand on y pensait c'était un peu triste quand même parce que bon ils avaient le même âge et pourtant c'était avec Wally que Rob s'entendait le mieux. Bon après voilà ça arrivait et ce n'était pas la fin du monde pour autant. Sauf pour moi en cet instant….
Pourquoi ? Tout simplement parce que Rob venait de revenir dans la salle à manger et je vis avec horreur et stupeur - et tout les descriptif possible pour dire à quel point je me sentais mal – qu'il tenait dans ma main mon journal intime…. Le temps de réagir j'avais du passer par toutes les couleurs de l'arc-en-ciel avant de tout simplement devenir livide. Parce qu'en plus il voulait en faire des copies ? Mais il était pas bien dans sa tête. Là, maintenant, tout de suite j'hésitais entre pleurer, me cacher, ou faire les deux. Mais clairement je ne pouvais pas, je devais récupérer mon journal.

Avalant difficilement ma salive, je me levais sans regarder ma famille avant de courir retrouver Rob dans le bureau de papa. Ce petit con allait me le payer. Finalement je réajuster mon jugement et si il prenait feu, mon verre d'eau je le boirais en le regardant. « Rob tu as intérêt à me rendre ça tout de suite » en arrivant j'avais fermer la porte à clé et l'avais mise dans une des poches de mon pantalon pour régler tout ça avec lui sans l'intervention de Leo pour lui dire d'arrêter ou Teddy pour me défendre. Je me trouvais un courage dont j'ignorais l'existence et pourtant je sentais que je pouvais craquer à tout moment. Surtout qu'il se foutait complètement de ce que je venais de lui dire et il avait commencé à faire des copies. Okay je voyais rouge maintenant et sans prévenir j'avais foncé sur Rob. Qu'est ce que j'espérais en faisait ça ? Je ne savais absolument pas surtout qu'il avait beaucoup plus de réflexe que moi et me voyant arriver il avait tout simplement fait un pas de côté me donnant ainsi l'occasion de m'humilier un peu plus en tombant à terre. En me relevant j'étais plus en colère que jamais, seulement chez moi la colère faisait aussi peur qu'un chihuahua qui monte la garde d'une maison alors je jouais ma dernière carte...ou pas, je savais plus j'étais juste dépité. «Tu peux me dire quel plaisir tu éprouves à te moquer de la souffrance des autres ? » Parce que oui là j'étais vraiment en train de souffrir de voir mon journal entre les mains de Rob et qu'il puisse être au courant de tout ce que je ressentait par rappotr à mon divorce et le fait de retourner vivre chez mes parents. J'étais triste et je me lamentais sur moi même et alors ? C'était mon problème pas le sien. « Oui je suis pas comme toi, oui je suis plus sensible et fragile, je peux savoir ce que ça peut te foutre ? Tu es peut être le pote de Leo et Wally, tu es peut être de la famille, mais ça ne te donne pas tout les droits. » Après si vraiment Rob voulait me voir pleurer, il n'aurai qu'à attendre quelques minutes parce que si mon petit discours n'avait aucun effet sur lui, je ne voyais pas d'autre option pour le récupérer et puis oui j'étais vraiment angoissé à l'idée que quelqu'un d'autre puisse le lire. Déjà que maintenant Rob allait plus me lâcher jusqu'à la fin de ma vie. Puis j'étais pas sur que ça allait m'aider pour trouver une nouvelle copine. Ou alors je pouvais lui proposer un marché ? Oh ouais voilà, si ça fonctionnait pas, je lui proposerais un marché qui serait bien plus avantageux pour lui que pour moi mais tant pis j'étais prêt à prendre le risque et jouer le tout pour le tout.




lumos maxima


Dernière édition par Bobby Eddison le Ven 15 Jan - 12:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rob Kingsley
Robinet ✓ I don't know what's happening.

Messages : 410
Date d'inscription : 07/10/2015

MessageSujet: Re: I feel like a wanna murder someaone and also I want bretzel [Rob]   Sam 9 Jan - 16:50

Bobby avait finalement décidé de lui courir après ce qui rendait le tout encore plus drôle aux yeux de Rob. Bon ok, ok, il était méchant pour le coup. Oui, objectivement, c’est un fait. Mais encore une fois, il ne fallait pas lui en vouloir. Même si il faisait comme parti de la famille des Eddison, Rob n’en restait pas moins un Kingsley (et pas des moindres). Ceci faisait que les chamailleries familiales prenaient avec lui toujours des allures de méchancetés venues tout droit des tréfonds de l’enfer, le tout orchestré avec brio par le diable en personne. Ceci fut d’ailleurs confirmer à la réponse qu’il donna à Bobby lorsque ce dernier le menaça sans grand succès (même si le diable aurait fait bien plus sanglant comme réponse mais bon, disons que Rob est un diablotin en cours de formation).

« Rob tu as intérêt à me rendre ça tout de suite »
« Et sinon quoi ? T’écriras dans ton journal que je suis méchaaaaannnt ? »

Il éclata de rire et commença ses copies tout en gardant un œil sur Bobby qui fermait la porte du bureau à clé. Pourquoi il faisait ça ? Rob n’en savait rien et ne se posa même pas la question. Il était trop à fond dans sa blague qui le faisait vraisemblablement rire comme un petit diable (rappel uhuhuh so stylé yeah #écrivaine). Parce que oui, pour lui tout cela restait une bonne grosse blague. Une blague qui prit une tournure encore plus drôle lorsque Bobby tenta vainement de lui sauter dessus. Un peu lent et peu expérimenté en matière de chamaillerie, le pauvre Eddison se retrouva par terre face à un Kingsley plus rapide que l’éclair qui n’en finissait plus de rire. On peut carrément comprendre que Bobby explosa à ce moment-là. Nous on peut le comprendre, mais pas Rob qui n’était pas spécialiste dans la prise du recul sur les choses. Lui se retrouva un peu choqué de ce que lui sortit Bobby.

«Tu peux me dire quel plaisir tu éprouves à te moquer de la souffrance des autres ? »
« Hein ? » En temps normal, Rob aurait surement rigolé encore plus. Dans sa famille c’était comme ça. Ce genre de phrase c’était juste un signe que la blague marchait à merveille. Pete et Georgie étaient d’ailleurs les rois en matière de mélodrame de ce style et Rob y était habitué. Pourtant cette fois-ci, il s’arrêta presque. « Oui je suis pas comme toi, oui je suis plus sensible et fragile, je peux savoir ce que ça peut te foutre ? Tu es peut être le pote de Leo et Wally, tu es peut être de la famille, mais ça ne te donne pas tous les droits. » Rob ne rigolait plus mais ce n’était pas parce que Bobby faisait soudainement preuve d’une certaine dureté. Allez savoir pourquoi, allez savoir comment, peut être que c’était dû à ces 20 minutes passer à lire le journal du grand bébé Eddison, mais Rob se rendait soudainement compte qu’ils n’avaient pas la même opinion sur ce qu’il se passait à cet instant précis. Pour Rob, tout ceci n’était qu’une blagounette rigolote. Pour Bobby, c’était presqu’une agression. Ce qui était tout bonnement ridicule, très clairement c’était de la rigolade. Non ? Comme pour dissiper le malentendu, Rob dit alors, toujours un peu choqué par cette espèce de quiproquo. « Mais c’est pour rire Bobby. » Et comme Rob restait Rob, il ajouta en tentant un sourire un peu gêné : « Mais franchement… un journal intime à plus de 30 ans ? Sérieux ? »

Non ? Ca le faisait pas rire ? Non mais c’était un peu drôle quand même… non ? Même pas un ptit sourire ? Ne voyant pas la réaction tant espérée arriver, le Kingsley finit par rendre les armes. Il enleva donc le mode « chieur » pour passer en mode « psychologue » (et n’ayant aucune connaissance en la matière, il était donc un très piètre psychologue).

« Bon ok, ok, j’arrête. Mais tu sais le côté positif d’avoir lu un peu de ce machin… » Il leva le journal de Bobby en l’air comme pour appuyer, sans aucun naturel, ses propos. « …  c’est que je comprends que t’es vraiment mal là. Mais lâche du lest aussi, j’sais pas quoi… fais des photocopie avec moi et brule les ! C’est fun de bruler des trucs tu sais. »

Ne jamais écouter Rob lorsqu’il parlait de : feu, flammes, allumettes, essence ou toutes autres substances inflammables. Il était pas passé loin d’être pyromane le type et il avait quand même réussi à faire flamber plus de bâtiments qu’il n’osait l’avouer…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Bobby Eddison
Fangirl ✓ I will go down with this ship.

Messages : 187
Date d'inscription : 11/11/2015

MessageSujet: Re: I feel like a wanna murder someaone and also I want bretzel [Rob]   Ven 15 Jan - 12:07

I feel like a wanna murder someaone and also I want bretzel







Rob était comment dire….Le diable en personne voilà. Je pouvais comprendre pourquoi Wally et Leo était super potes avec lui. Ils avaient ce même sens de l'humour chelou et puis ils étaient tout simplement pareil. A part que Leo avait de la compassion, ce qui ne semblait pas faire parti du vocabulaire de Rob. Aujourd'hui je comprenais aussi pourquoi Teddy détestait cordialement Rob. Il avait le don d'appuyer là où ça faisait très mal et en plus de remuer pour bien faire souffrir. Pourtant jusqu'à présent j'avais fait attention de ne pas me mêler de sa guerre avec mon frère, mais là il faisait tout pour que je le déteste aussi. Je sais pas, j'étais quelqu'un de gentil, j'essayais de ne pas faire chier mon monde et voilà on pouvait me laisser déprimer tranquillement et écrire un journal si je le voulais.
Après l'avoir poursuivi dans la maison, Rob s'était refugié dans le bureau de la maison pour pouvoir faire des photocopies. Okay j'étais horrifié, mortifié, momifié  et je voulais à tout pris récupérer mon journal, mais Rob n'était pas d'accord évidemment et il ne profitait pour se moquer encore plus de moi. Le pire ? C'était qu'il n'avait pas tort, ce soir j'allais sûrement dire qu'il était méchant et tout un tas de truc pas gentil. Par contre je me gardais bien de lui dire qu'il avait raison. Je ne voulais pas lui donner cette satisfaction et surtout être encore plus ridicule que je ne l'étais maintenant.

Au final j'avais quand même réussi à me rendre ridicule parce qu'en voulant récupérer mon journal je m'étais jeté sur Rob, sauf qu'évidemment j'avais loupé mon coup parce qu'il était plus rapide que moi et qu'il avait des meilleurs réflexe. Voilà Rob était meilleur que moi. C'était ma triste réalité. Enfin concrètement tout le monde était meilleur que moi, je n'étais qu'un pauvre gars de 30 ans qui vivait chez ses parents.
Sauf que voilà j'en avais ma claque qu'on se foute de ma gueule. J'étais à deux doigts de pleurer, mais je ne voulais pas donner ce plaisir à Rob et puis maintenant qu'il connaissait ma vie dans les moindres détails, je n'avais plus à faire semblant et j'avais juste envie de baisser les bras et de lui demander à quel point ça lui faisait plaisir de se moquer des gens comme ça. Merde, j'étais pas comme lui et alors il était où le problème ? « Je trouve pas ça très drôle. » même pas du tout, du tout. « Ca te ferais rire si je jetais tes plus grandes souffrances à Teddy pour qu'il en fasse des chansons ? » Concrètement c'est le genre de chose que je ne ferais jamais, mais c'était pour essayer de lui faire comprendre à quel point ce qu'il venait de faire m'avais mis encore plus bas que terre. D'accord j'étais pas le mec le plus fun du monde et j'étais sûrement une proie facile mais merde ce n'était pas une raison pour s'en prendre à moi comme ça. Et pour ce qui était d'écrire un journal bah c'était comme ça… « Ca m'aide à extérioriser les  choses. Toi tu manges, moi j'écris, chacun son truc. » même que ça me faisait beaucoup de bien. Parce que d'accord je passais beaucoup de temps à me plaindre auprès de ma mère, Alfred et Leo, mais écrire avait quelque chose d'un peu plus libérateur. Alors peut être que c'était stupide d'avoir un journal à 30 ans mais tant pis moi ça m'allait très bien que Rob le comprenne ou pas.
A croire que ma façon de voir les choses et surtout de m'être senti humilié de la sorte l'avait fait réfléchir parce que même si il ne s'excusait pas, il avait reconnu le fait de ne pas avoir fait quelque chose de sympa et il avait décidé d'arrêter. Premier victoire pour moi. Je n'en revenait pas. Peut être que Rob n'était pas si méchant que ça. Je n'allais certainement pas parler de mes problèmes avec lui, mais il avait fini par comprendre que oui je vivais très mal mon divorce. De là à brûler des choses...je sais pas, c'est un peu dangereux non ? « tu crois que ça pourrait aider ? » j'avais quand même des gros doutes. Si la pyromanie avait quelque chose de libérateur ça se saurait non ? Et si on arrivait pas à maîtriser le feu ? Et si on tuait des gens ? Okay peut être que j'exagérais les choses. « Je ne sais pas trop comment lâcher du lest. Je ne suis pas comme toi Rob. » non j'étais même clairement son opposé, mais peut être qu'il avait raison ? Après tout il avait l'air d'être tellement heureux dans sa vie, peut être que je devrais essayer sa méthode. Okay c'est bon je veux brûler des choses. « Mais je veux bien essayer, peut être que c'est drôle » Au point où j'en étais, je me dis que tout est bon à prendre pour essayer d'évacuer l'échec de mon mariage et ma pathétique vie. « Par contre, on devrait sortir du bureau, j'ai pas envie de faire cramer la maison. » Je voulais définitivement pas aller en prison. J'avais entendu parler du coup de la savonnette et psychologiquement et physiquement je n'étais absolument pas prêt pour ça. Puis j'étais bien trop fragile pour aller en prison.




lumos maxima


Dernière édition par Bobby Eddison le Mer 17 Fév - 11:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rob Kingsley
Robinet ✓ I don't know what's happening.

Messages : 410
Date d'inscription : 07/10/2015

MessageSujet: Re: I feel like a wanna murder someaone and also I want bretzel [Rob]   Dim 7 Fév - 15:28

Rob avait stoppé son chahut et Bobby et lui avaient maintenant presqu'une conversation normale. Ce n’était pour ainsi dire jamais arrivé par le passé. Pourtant ils se côtoyaient depuis toujours, et, depuis toujours, les seules interactions qu'ils avaient eu s’étaient réduites au taquinage constant de Bobby par ce cher Rob, taquinage gentillet tout du moins. Bon certes Rob avait tendance à pousser le bouchon un peu trop loin et Bobby avait surement tendance, lui, à sur-ressentir un peu les choses… C’était dommage qu’il faille en arriver à une course poursuite suivie d’une crise de nerfs de l’ainé des Eddison pour que Rob ouvre enfin les yeux. Il se sentait un peu con, fallait bien l’avouer, parce qu’il n’était pas un bully de nature et qu’il n’était pas fondamentalement méchant non plus. Bobby manquait quand même de second degré.

« Ca te ferait rire si je jetais tes plus grandes souffrances à Teddy pour qu'il en fasse des chansons ? » A cette question Rob haussa les épaules et fit sa plus belle turtle face. Une chanson sur lui ne le dérangeait pas foncièrement (Rob était un livre ouvert de toute manière, chanson ou pas tout le monde savait tout) mais son problème était tout autre. « Bah... Je sais pas, ça dépend si ça bouge ou pas... Il fait des chansons trop molles Teddy j’trouve. »

Chacun ses priorités. Rob ne rigolait pas avec la musique et c’était un fait, il aimait pas le répertoire de Teddy. Donc oui c’était encore ce qui l’embêtait le plus avec la question de Bobby, ratant complétement le point que l’employé de Megusta Salsa avait voulu faire. Petit conseil pour faire comprendre les choses à Rob : Il faut se munir de beaucoup de patience et de courage. Après ce conseil un peu pourri - faut pas s’en cacher- on salue le nouvel essai de Bobby pour faire rentrer dans la tête de Rob que ce journal est important pour lui. Rob, pas franchement concentré, le regarder d’un air un peu hagard. Il commençait à s’ennuyer.

« Ca m'aide à extérioriser les choses. Toi tu manges, moi j'écris, chacun son truc. » Là où Bobby se plantait en beauté c’était que Rob était certes un bon mangeur mais que ce n’était pas par ce moyen-là qu’il affrontait ses problèmes. Le Kingsley pouffa d’ailleurs de rire. Ca avait quelque chose d’amusant de s’imaginer manger pour oublier surtout que lui il était plus porter sur le whisky quand il s’agissait de peine de cœur. Dans ce cas-là il faisait d’ailleurs pitié à voir, à pleurer et boire tout en criant le nom de sa belle partie à jamais, dramatisation, chouinage, whisky, again, c’était du tragicomique comme on en faisait peu… Non franchement, manger ça aurait été moins pathétique. « Ah non moi je mange pas, je bois sinon j'aurais pas cette taille de guêpe ! » La boisson ne semblait pourtant pas être la solution la plus appropriée à Bobby, alors Rob avait fini par lui dire de bruler des trucs. Non seulement c’était la première chose qui lui était passé par l’esprit mais en plus il devait avouer que ça l’amusait aussi par avance. Rob se mit d’ailleurs de ce pas à faire des photocopies alors que, derrière lui, Bobby doutait encore et toujours. Il devait vraiment mettre son cerveau sur pause, ça lui ferait du bien. « Tu crois que ça pourrait aider ? » Du tac au tac Rob avait répondu avec un énorme sourire aux lèvres assorti d’un entrain non dissimulé : « Mais ouaaiiis ! » Alors que Rob continuait ses photocopies, Bobby lui en était encore au doute. Très franchement, Rob l’écoutait maintenant que d’une oreille. « Je ne sais pas trop blablablabla la maison. »

Sur ces paroles, Rob choppa la pile de photocopies et dégaina son briquet juste avant de mettre le feu aux feuilles faisant ainsi tout le contraire de ce que Bobby lui avait sagement dit. Prenez le pour un psychopathe ou pas, mais il se mit alors à éclater de rire (un peu jubilatoire, il aimait vraiment brûler des trucs c’était pathologique…). « AHAHAHAAHAHA! J'adoooore ! » Alors que les feuilles se consumées, il les balança dans la poubelle qui contenait… d’autres feuilles qui prirent feu à leur tour. Mais Rob ne s’en soucia pas plus que ça. Un grand sourire aux lèvres, sautillant de joie, il était déjà en train de prendre une autre pile de copie qui se formait doucement sur le rythme de l’imprimante en action. Il la tendit à Bobby. « A toi ! Vazy essaie tu vas voir ! » Non franchement, il allait adorer, c’était le moment de lâcher du lest.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Bobby Eddison
Fangirl ✓ I will go down with this ship.

Messages : 187
Date d'inscription : 11/11/2015

MessageSujet: Re: I feel like a wanna murder someaone and also I want bretzel [Rob]   Mer 17 Fév - 11:27

I feel like a wanna murder someaone and also I want bretzel








Parler de sentiments avec Rob c'était comme essayer de faire comprendre à un oiseau qu'il nous fait chier le matin en venant gazouiller devant notre fenêtre. C'était certes très mignon mais c'était surtout très chiant et on avait envie de le secouer pour essayer de lui faire comprendre. Pour le coup je pense que Rob a quand même capté un truc aujourd'hui en voyant ma réaction. Peut être qu'enfin il a compris que je le vivais pas toujours super bien quand il me faisait chier et surtout qu la goutte d'eau qui avait fait déborder le vase ça avait été le vol de mon journal intime. Le fait qu'il voulait en faire des coppies n'étaient pas non plus pour me faire plaisir, mais je ne savais pas comment l'arrêter. On était coincé dans le bureau de la famille et il faisait des photocopies comme si c'était la chose la plus drôle du monde. En fait, il me faisait penser à un savant fou qui venait de trouver la formule machiavélique sur laquelle il travaillait depuis des années et ouais vraiment ça faisait quand même flipper., surtout que je ne savais plus quoi faire pour qu'il arrête.

Finalement je m'étais énervé. Enfin énervé à ma manière quoi. Donc autant dire que ça n'avait pas fait beaucoup de bruit, mais au moins j'avais réussi à capter l'attention de Rob et enfin il avait compris que oui j'étais vraiment mal et que oui ça me faisait du bien. En l'occurrence j'avais eu tort de dire que lui manger pour oublier puisqu'en fait il buvait. « Un jour je devrais peut être tester ta méthode ». Je n'étais pas le plus gros buveur de la planète mais si le temps d'une soirée ça me permettait d'oublier pourquoi pas. Pour ce qui était de ma taille de guêpe, je n'avais pas non plus à me plaindre donc de ce point de vue là au moins j'avais encore des chances de rencontrer à nouveau quelqu'un.
Le positif de tout cela – parce que oui même avec Rob il y avait du positif - c'était que maintenant on arrivait à avoir une conversation plus ou moins normale et il voyait vraiment ma détresse et peut être même pas dépression – mais ça c'était encore un autre sujet. Il ne voulait plus diffuser mon journal partout dans la ville, non maintenant il avait dans l'idée de le brûler. Selon lui je me prenais trop la tête et je devais lâcher du lest, donc la solution c'était de tout faire cramer. J'avais quand même des doutes et puis surtout ça me semblait un peu dangereux. Qu'est ce qu'il se passerait si on mettait le feu et que cela se propageait sans qu'on puisse réagir ? On serait considérait comme des pyromanes et on finirait notre vie en prison et non je n'avais pas envie de ça, mais en même temps son idée me tentait de plus en plus.
Rob avait senti que je commençais à craquer et trouver son idée sympa et finalement avant que j'ai le temps de dire quoi que ce soit il avait sorti son briquet et commencer à y mettre le feu. Je me rendais compte alors qu'il n'avait absolument pas écouter ce que je lui avais dit. D'accord brûler des choses avaient l'air marrant, mais j'aurai préféré le faire dans un endroit beaucoup plus sûr et non pas dans un bureau « Rob tu cherches à tuer toute la famille Eddison ? Le faire dehors aurait été beaucoup moins dangereux » encore une fois avec son tas de feuille et son briquet j'avais l'impression de voir un savant fou. La différence c'était que cette fois ça ne me faisait moins flipper et je prenais les feuilles que Rob me tendait pour y mettre le feu à mon tour !! Je peinais à me l'avouer, mais il était vrai que ça avait quelque chose de libérateur. Outre la fumée qui piquait un peu les yeux, c'était génial « J'aurai du faire ça depuis longtemps en fait » d'accord ce n'était absolument pas écologique mais sur le moment je m'en foutais complètement !! Je m'amusais comme un gosse à brûler les copies de mon journal. « tu es un génie Rob » bon okay peut être que j'y allais fort en disant ça, mais c'était pas grave, ça passait crème.

Après un bon moment à brûler tout ce qui nous tombait sur la main et surtout après qu'on ai plus de feuilles pour la photocopie on était bien obligé de s'arrêter et je sais pas, je me sentais con maintenant, toute l'euphorie était retombé et regarder les cendres se consumait c'était nettement moins drôle. « Et maintenant on fait quoi ? » c'était quand même lui le génie du mal et de la connerie donc il aurait forcément un autre lapin à sortir de son chapeau. Ou alors je redevenais le Bobby raisonnable ce qui semblait quand même être la meilleure solution « On devrait retourner à table, les autres font se demander ce qu'on fait. » Ou pas. Honnêtement je pense que personne ne se posait vraiment la question. Ou peut être Teddy. « Merci Rob » ouais voilà c'était mon moment sentimental. Qu'il se rassure je n'allais pas le prendre dans mes bras. J'étais peut être sensible mais quand même pas à ce point. Ceci dit avec sa thérapie par le feu j'avais réussi à brûler une partie de mon mariage raté aussi donc bon lui dire merci c'était la moindre des choses.




lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I feel like a wanna murder someaone and also I want bretzel [Rob]   

Revenir en haut Aller en bas
 

I feel like a wanna murder someaone and also I want bretzel [Rob]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» what about today and how do you feel now???
» Quelle voix !!!! J'adore
» [5è] Policier : une murder party ?
» quel "feel good" livre à me conseiller
» [Divertissement] Lyrics de vos chansons coup de <3.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tacostown :: Tacostown :: Salsa's district :: Habitations-