AccueilAccueil  RechercherRechercher  Tumblr  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 drink with a stranger - bobby

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Maggie Delacour
La Perfection ✓ Impossible n'est pas Maggie

Messages : 164
Date d'inscription : 18/11/2015

MessageSujet: drink with a stranger - bobby   Lun 23 Nov - 16:31

 
Drink with a strangerBobby & Maggie  
Je ne voyais plus le temps passer depuis que j'étais arrivée à Tacostown. Plusieurs semaines déjà s'étaient écoulées, j'avais du mal à y croire. Pourtant, je ne faisais plus rien, je traînais, je glandais. Je voyais des anciens amis aussi, ça me faisait du bien j'imagine. J'aurais pas du revoir Charles, ça m'avait plus traumatisé qu'autre chose. J'aurais sans doute du m'en tenir à il est parti, point barre, et laisser tomber. Mais bon, ce n'était pas ce que j'avais fait, malheureusement. Tant pis pour moi. Il était tant de me relever. Guillaume m'avait bien fait comprendre qu'il en avait marre de passer à l'appartement et de me voir en pyjama avec trois pots de glaces vides sur la table du salon. Et il avait bien raison. Il m'avait proposé de sortir ce soir, et j'avais accepté. Qui aurait cru que moi, je pourrais accepter de sortir dans un bar avec mon frère ? On était proche, mais on n'était pas du genre à se prendre une cuite ensemble. Mais bon, pourquoi pas ! Je n'avais rien de mieux à faire de toute façon. Donc j'avais dit oui, mais avant, j'avais des trucs à faire. Enfin, non, en fait, je n'avais pas grand-chose à faire, mais bon… Il fallait juste que je passe au refuge pour les animaux, parce qu'apparemment, j'allais devoir me faire à la solitude et au célibat, alors j'avais envie d'adopter un animal. Pas maintenant bien sûr, et pas comme ça, sur un coup de tête, parce que ça faisait vraiment la diva qui prend un animal comme ça, hop. Non, pas comme ça, mais j'avais envie d'aller au refuge pour voir les animaux qui y étaient.
Du coup j'étais sur le départ, une amie m'accompagnait, enfin, plutôt une amie de Guillaume qui avait pitié de me laisser y aller toute seule, mais c'était très gentille de sa part. Depuis que j'étais revenue, au final, je passais plus de temps avec les amis de mon frère. Mais bon, ils étaient cools. Bref, arrivées au refuge, on regardait un peu partout. Elle voulait aller voir les chiens, hors moi, c'était plutôt les chats qui m'intéressaient. Je regardais un peu tout ceux qui étaient là. Ça me faisait de la peine de les voir enfermés dans ces espèces de cages. Si ça ne tenait qu'à moi, je les prendrai tous. En l’occurrence, ça ne tenait qu'à moi, mais même si mon appartement était très grand, il ne l'était pas assez pour tous ces petits chats. Mais au final, il y en avait un qui attirait un peu plus mon attention que les autres. Il était tout tout petit, blanc, et avait des yeux bleus très perçants. Il était juste adorable. Je me baissais et passais mon doigt à travers les barreaux de la cage, et il venait se frotter contre moi. Il était tellement chou, mon dieu. Mais non, je n'adopterai pas de chaton aujourd'hui, mais j'allais sans doute revenir très vite. Je retrouvai l'ami de mon frère après quelques temps avec le petit chat, et on rentrait à la maison.
J'avais passé ma journée à penser à ce petit chat. Je l'avais laissé dans sa cage, et c'était pas franchement sympa de ma part. Mais je ne savais pas jusqu'à quand est-ce que j'allais rester ici finalement, je n'avais pas de projet ni rien, je n'avais pas envie de m'engager tout de suite à prendre un animal alors que j'allais déménager peut être très vite. Mais bon, au final, je me connaissais, j'allais craquer, rapidement sans doute. Mais bon, j'avais rendez-vous avec Guillaume dans une heure environ, à neuf heures. Il fallait que je me prépare. J'avais pas vraiment la tête à faire mille et un efforts, donc j'enfilai un jean et un débardeur avec une veste en cuir, plutôt basique. Et je partais tout de suite, tout juste maquillée, parce que le bar se trouvait dans un autre quartier, et que je n'avais pas envie de prendre la voiture donc j'y allais à pied. J'avais eu la bonne idée de mettre des talons bien entendu, ce qui n'était pas des plus pratiques… Mais peu importe. J'avais hâte de me détendre un peu, ça ne pouvait que me faire du bien de toute façon !
J'arrivai enfin au bar, et ça avait l'air plutôt sympa. Un espèce de pub irlandais, c'était plutôt mon truc au fond, j'aimais bien. J'entrai à l'intérieur, à la recherche de Guillaume, mais il n'avait pas l'air d'être encore là. Je me frayais un chemin jusqu'au comptoir et m'y asseyais. A peine assise, je recevais un message de mon frère, qui me disait qu'il était bloqué aux urgences pour le moment donc qu'il arriverait sans doute plus tard. Je commandais un verre, une bière brune. Merci les racines britanniques de maman. Le bar était bien plein, il y avait du monde, mais personne que je ne connaissais. Qu'est-ce que je faisais là… Je ne décrochais pas de mon téléphone, en attente de nouvelles, mais apparemment, je pouvais toujours attendre. J'avais eu le temps de finir mon verre que toujours rien, et il commençait à y avoir de l'agitation à quelques mètres de moi. Ca commençait à crier, à se bousculer. Je commandais un deuxième verre, en espérant que Guillaume n'allait pas tarder, parce que si ça dégénérait, je me voyais pas rester toute seule ici. Et en plus, j'avais besoin d'aller aux toilettes. J'aurais pas du commander un deuxième verre. Je regardai un peu partout autour de moi, à la recherche d'une âme charitable à qui je pourrais confier mon verre le temps d'un instant. Mon regard s'arrêtait sur un homme brun, la trentaine, assis tout seul à une table. Au moins, ça m'écarterait de l'agitation. Je me levais en prenant mon verre et mon sac à main. J'allais vers l'homme qui avait attiré mon attention. « Hey ! » dis-je pour qu'il lève son regard vers moi. « Je suis désolée de vous demander ça, mais est-ce que vous pourriez garder mon verre le temps que j'aille... » Oui, bon, pas besoin d'être trop précise avec un inconnu non plus. Il hocha la tête. « Merci ! » Et direction les toilettes.
Après avoir fait ce que j'avais à faire, je retournai retrouver mon verre et celui qui lui servait de gardien pour le moment. Mais entre temps je recevais un sms de Guillaume. Trop d'urgences, il ne pourrait pas venir du tout et me souhaitait une bonne soirée… Super… Moi qui pensais passer une super soirée, me voilà seule, abandonnée. Bref, je retournai à mon ange gardien, et récupérai mon verre. « Merci encore, je me voyais mal laisser mes affaires là-bas avec... » dis-je en désignant le groupe d'agités près du comptoir. « Eh bien, bonne soirée ! » Je m'éloignais en prenant une gorgée de bière. Et arrivée un peu plus loin dans le bar, je faisais demi-tour. Il fallait que je commence à prendre les choses en mains. Je n'avais pas d'ami ici, presque pas au moins, et il fallait que je fasse bouger les choses. Je retournais vers l'homme qui m'avait gardé mon verre quelques minutes avant. « Je ne vous ai même pas demandé votre nom, je m'appelle Maggie. » J'avais du mal à croire qu'une fille timide comme moi aborde un mec, comme ça, naturellement. « Pour vous remercier, je peux vous offrir un verre ? Vous avez l'air seul, et moi, je viens de me faire lâchement abandonner donc... » Autant profiter et passer du temps en bonne compagnie. Il avait l'air gentil, ce garçon.

©️ sumptuous reign.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Bobby Eddison
Fangirl ✓ I will go down with this ship.

Messages : 187
Date d'inscription : 11/11/2015

MessageSujet: Re: drink with a stranger - bobby   Dim 29 Nov - 18:24

Je vais me suicider avec des yaourts périmés







« Alfred si tu viens pas je te…..Non mais j'ai déjà commandé ta bière….T'es un enfoiré, c'était ton idée en plus. Ouais c'est ça à plus tard » raccrochant mon téléphone je regardais autour de moi. J'étais dans un bar parce que mon meilleur ami avait réussi à me convaincre de sortir. Parce que soit disant en ce moment je ne faisait que déprimer et que j'étais invivable et qu'il fallait que je me sorte les idées et surtout que j'arrête de penser à Eva. Genre moi je pensais à Eva ? Mais absolument pas, je ne pensais pas du tout à mon ex femme et à tout ce qu'elle pouvait faire en ce moment. Peut être qu'elle était déjà en train de se marier avec un autre homme, une chose était sûre elle devait certainement être heureuse dans son monde bien à elle où enfin elle avait pu me virer. En y réfléchissant bien même mon frère Joe était plus proche de mon ex femme que moi, mais je ne voulais pas trop m'aventurer là dessus, c'était un terrain bien trop glissant et puis non je ne voulais pas que le nouvel homme de sa vie soit mon frère. Ça me déprimerait encore plus. C'était bien pour ça qu'Alfred avait réussi à me convaincre de venir boire un verre avec lui. Il m'avait presque supplié, me disant que j'avais besoin de sortir et tout le blablabla et ce fourbe venait de me téléphoner pour me dire qu'il ne serait pas là ? Mais où allait le monde ? Tout foutait vraiment le camp ce n'était pas possible, en plus comme un pauvre abrutie je venais de commander deux bière alors je me voyais mal retourner au bar pour dire à ce brave petit barman que finalement je ne voulais pas boire et qu'en échange de mon argent il pouvait reprendre ses bières. J'avais beau me convaincre que c'était une bonne idée, je n'arrivais pas à bouger de ma banquette. Ce qui me rendait encore plus misérable parce que j'étais assis seul à une grande table et avec deux bière. Je voyais bien le regard d'un groupe qui n'attendait que mon départ, mais non je ne pouvais pas. Alors je faisais semblant d'être occupé, je faisais semblant de téléphoner à mes potes pour leur dire que j'attendais et que la bière était déjà à table. Est ce que cela fonctionnait ? Je n'en savait strictement rien, mais en tout cas je me sentais absolument pitoyable ce qui n'aidait absolument pas pour mon amour propre.

J'étais prêt à partir quand mon regard s'arrêta sur une jeune femme au bar. J'étais un très mauvais dragueur et surtout je ne comptait absolument pas aller la voir et pourtant je n'arrivais pas à détacher mon regard d'elle. J'allais certainement passer pour une incroyable pervers ou psychopathe, mais c'était plus fort que moi. Je connaissais ce visage, mais je n'arrivais pas à savoir où, ni comment je la connaissais. Et puis soudainement l'illumination. Qu'est ce que j'étais con bordel. Evidemment que je connaissait cette femme, c'était même l'une de mes actrices préférées, c'était Maggie Delacour de Butterflies and Love. Il fallait vraiment être stupide pour ne pas la reconnaître et pourtant personne ne semblait faire attention à elle, c'était vraiment bizarre. Maintenant que je l'avais repéré, il était impossible pour moi de détacher mon regard d'elle, j'étais comme hypnotisé. Seulement si je n'arrêtais pas, quelqu'un allait finir par croire que j'étais malade ou que je sais pas j'étais pas quelqu'un de recommandable. Je m’exhortais à regarder ailleurs, mais je n'y arrivait pas. Le pire ? C'était que maintenant elle s'approchait de moi. L'espace d'un instant j'ai cru qu'elle allait me gifler ou me balancer son verre à la figure, mais en fait non, ce n'était rien de tout ça .
Madame Delacour c'était approché de moi et m'avait demandé de garder son verre, j'étais tellement sur le cul et j'avais tellement envie de crier au monde entier que j'étais méga fan d'elle et que tout ça que je n'arrivait pas à répondre un seul mot à sa demande et j'avais tout simplement hocher de la tête. Le temps de son passage au toilette, j'en profitais pour sortir mon téléphone et téléphoner à Alfred. Là, maintenant, tout de suite j'étais en mode fan-girl et je devais absolument exprimé ma joie. Le pauvre Alfred pendant 30 secondes n'entendait que mon cri avant que je ne raccroche rapidement de peur qu'elle ne revienne et puisse avoir peur de mon comportement. Du coup en ami sympa – pas comme lui – je lui envoyait un sms pour lui expliquer que Maggie Delacour venait de me demander de garder son verre et que voilà maintenant je pouvais mourir en paix.
La voyant revenir, j'avais rapidement ranger mon téléphone et intérieurement je priais le petit Jésus de me donner une idée de conversation, pourtant c'était plus fort que moi et quand elle m'adressait la parole, je ne pouvais m'empêcher de sourire bêtement en hochant la tête à chacun de ses mots. Je devais avoir l'air d'un abrutis finis, surtout quand elle me montra les gens aux bars – ceux là même qui espéraient avoir ma place – et que je ne disais absolument rien. Et voilà que j'avais laissé passer ma chance parce qu'elle venait de partir. J'étais vraiment un looser de première, je n'avais plus qu'à mourir voilà. Et alors que j'étais en train de me cogner la tête contre la table, de nouveau j'avais entendu sa douce voix qui me donnait son prénom. Comme si j'avais besoin de ça, je savais très bien qui elle était. Mais à croire que de me taper contre la table m'avait aidé, parce que maintenant je me sentais capable de lui parler « Je sais qui vous êtes, je suis un fan absolue de la série dans laquelle vous jouez » et encore c'était un euphémisme, je ne ratais absolument aucuns épisodes et si c'était le cas je regardais en replay sur internet . «Moi c'est Bobby, mais je vous en prie asseyez vous avec moi, j'aurai moins l'impression d'avoir les regards braqué sur moi ». Ce que je disais était absolument con, parce qu'une star internationale venait de s'asseoir à ma table et donc forcément tout le monde se demandait ce qu'elle faisait avec un pauvre type comme moi mais dans ma tête je me sentais mieux maintenant que j'étais avec quelqu'un et même si j'avais envie de crier et de hurler ma joie j'arrivais à me retenir. D'ailleurs la famille Eddison pouvait être fière de moi surtout qu'elle me proposait un verre. Non mais vous vous rendez compte ? Maggie Delacour était en train de me proposer un verre à moi Robert « Bobby » Eddison. C'était une caméra cachée ce n'était pas possible autrement. Essayant de parraître le plus normal possible, je compatissais à sa soirée, surtout qu'on vivait la même « Oh bah je vous comprends bien, mon meilleur ami m'a lâchement abandonné aussi. » Alfred si tu m'entends, je vais te tuer ou pas parce que maintenant je passe une bien meilleure soirée. « Mais expliquez moi comment on peut vous abandonner dans un bar ? » Vraiment je n'arrivais pas à comprendre. Il fallait être fou pour laisser Maggie Delacour toute seule comme ça. D'accord elle n'était pas sans défense, mais quand même.« A moins qu'on vous ai forcé à venir avant de ne pas venir ? » C'était mon cas, mais je n'étais pas un cas isolé, cela pouvait arriver à plein de monde d'avoir des imprévus. La seule chose rassurante c'était que ce n'était absolument pas un rencard arrangé. Parce que la fille aurait pu venir, me voir et repartir aussitôt. Mais comme la soirée était initialement prévu avec Alfred, je pouvais au moins me rassurer sur ce point et surtout maintenant j'avais en face de moi la merveilleuse Maggie Delacour. Je mourais d'envie de lui demander de signer ma serviette ou n'importe quoi, mais je n'osais pas. Je le faisais ? Je le faisais pas ? Oh et puis tant pis, je me lançais. Sur un malentendu ça pouvait fonctionner. « Je voudrais pas passer pour un fan chiant, mais vous croyez que je pourrais avoir un autographe ? » Sur un malentendu ça pouvait passer




lumos maxima


Dernière édition par Bobby Eddison le Ven 18 Déc - 16:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Maggie Delacour
La Perfection ✓ Impossible n'est pas Maggie

Messages : 164
Date d'inscription : 18/11/2015

MessageSujet: Re: drink with a stranger - bobby   Dim 29 Nov - 20:36

 
Drink with a strangerBobby & Maggie  
J'espérais que la soirée allait se passer mieux qu'elle n'avait commencé. Ce n'était pas vraiment mon genre d'aborder un inconnu comme ça, mais mon frère m'avait plus ou moins laisser dans ce pétrin, c'est-à-dire dans ma solitude, donc bon. Je n'allais pas partir simplement et rentrer chez moi, ce serait un peu honteux. Enfin, j'avais perdu l'habitude de traîner dans les bars, mais je me souvenais bien que rentrer, boire deux verres, et repartir sans avoir adressé la parole à qui que ce soit, ça faisait vraiment moyen. Et puis ce mec là avait vraiment l'air sympa. Bon, oui, il faisait un peu plus vieux que moi, mais bon, il avait aussi l'air aussi désespéré que moi, et il m'avait aussi rendu service après tout, donc ça serait mal venue de ma part de m'en aller comme ça. Et puis, bon, y avait ça, et il était aussi plutôt mignon dans le genre, et il valait mieux que je reste avec lui plutôt qu'être proche de la bande de types qui foutaient un bordel monstre et qu'on entendait dans tout le bar. Non, j'étais bien mieux assise avec cet homme. « Je sais qui vous êtes, je suis un fan absolue de la série dans laquelle vous jouez » Je souriais, flattée. Ça faisait plusieurs années maintenant que j'avais arrêté la série, enfin, un peu plus d'un an quoi, et qu'on me reconnaisse encore, c'était plutôt agréable. Tant qu'il n'était pas un fan hystérique qui allait me bourrer la tronche pour me ramener chez lui et me kidnapper après, tout allait bien ! Il n'avait pas franchement l'air du genre méchant. «Moi c'est Bobby, mais je vous en prie asseyez vous avec moi, j'aurai moins l'impression d'avoir les regards braqué sur moi » Je m’exécutais, et m'asseyais face à lui. Autant dire qu'il y avait de place vu la grande banquette qu'il avait pris. Il m'avait invité à m'asseoir, mais bon, pour un peu, il attendait toute une bande d'amis, et même si je ne demandai qu'à rencontrer du monde, je n'avais pas envie d'être du genre à m'incruster, comme ça, au milieu d'inconnus. « Et bien ravie de faire votre connaissance, Bobby ! » lui répondis-je tout de même avec un sourire. Je constatais les deux bières qui se tenaient devant lui. Oui, il devait sans doute quelqu'un, donc je n'allais peut être pas lui offrir un verre tout de suite. Au pire des cas, on se retrouverait peut être un autre jour, et je lui offrirai un verre à cette occasion…

Je lui faisais par de l'abandon dont j'étais victime par mon frère, enfin, sans trop en dire non plus. Parce que bon, je n'avais pas envie de passer pour la pauvre fille qui ne sort plus à cause de sa vie amoureuse pitoyable, et du fait qu'elle n'est pas envie de sortir. Aussi, et je m'en rendais compte, j'avais passé mes dernières années avec Charles, et j'avais donc perdu l'habitude de sortir en tant que femme célibataire. C'était très étrange, rien que de prêter attention aux regards des hommes présents dans le bar. Ça me changeait, mais ce n'était pas déplaisant pour autant. « Oh bah je vous comprends bien, mon meilleur ami m'a lâchement abandonné aussi. » Bon, ça me rassurait un peu. Au moins, je n'allais pas avoir à m'éclipser parce qu'une bande de jeunes gens arriveraient tous en même temps. « A croire que le destin nous a ramené ensemble, dans ce cas ! » dis-je en rigolant, sans vraiment le penser. Mais c'est vrai que la probabilité de se retrouver à deux inconnus abandonnés par leurs rendez-vous respectifs n'était pas très élevée. « Mais expliquez moi comment on peut vous abandonner dans un bar ? » Je n'aimais pas vraiment étaler ma vie privée, et en plus, il était averti de ma notoriété. Je n'avais jamais parlé de mon frère ou quoi que ce soit et je n'avais pas envie que ça se sache non plus, mais les deux pintes que j'avais déjà plus ou moins englouti me libéraient sans doute. « J'étais censée retrouver mon frère, mais il est médecin et est bloqué aux urgences ce soir. Je vous avoue que je ne sais pas trop si c'est le cas ou s'il me pousse tout simplement à sortir ! » Et ça ne m'étonnerait vraiment pas de Guillaume, le connaissant… « A moins qu'on vous ai forcé à venir avant de ne pas venir ? » Je ne pouvais m'empêcher de rigoler. « Ahah ! Oui, voilà, ça doit sans doute être quelque chose comme ça, le connaissant... » Ca ne m'étonnerait même pas, mais bon, il aurait quand même affaire à moi. Je ne sais pas comment j'allais pouvoir me venger, mais je me vengerai. Peut être en profitant de la présence de Papa et Maman pour Thanksgiving. Lui m'avait confié qu'il se retrouvait seul car son meilleur ami l'avait lâché, mais j'avais bien envie de lui retourner la question. « Et vous, abandon volontaire de la part de votre meilleur ami ? » J'espérais simplement ne pas soulever une question trop douloureuse.

Je voyais dans son regard qu'il semblait ébahi par le fait de m'avoir devant lui, or il n'y avait vraiment pas de quoi. Je veux dire, j'étais juste une pauvre fille abandonnée dans un bar, rien de plus. Enfin, j'étais contente de… Je sais pas, lui faire plaisir par ma présence, j'imagine ? C'était bizarre. « Je voudrais pas passer pour un fan chiant, mais vous croyez que je pourrais avoir un autographe ? » Je souriais. Il devait vraiment suivre la série, vu le personnage pas si présent que j'avais quand j'y étais encore. Mais je souriais surtout parce qu'on ne m'avait pas demandé d'autographe depuis bien longtemps. « Un autographe ? Ca existe toujours ces choses là ? Les gens sont plus du genre à demander des selfies ou des trucs du genre de nos jours ! Mais vous ne passez pas du tout pour un fan chiant, au contraire ! » J'attrapais la serviette en papier qui se trouvait sur la table, et fouillai dans mon sac pour en sortir un style qui trainait. Rose à paillettes, ça faisait pas très sérieux… Je gribouillais du mieux que je pouvais, en essayant de ne pas déchirer le morceau de papier. « Pour Bobby, un très bon gardien de bière, et apparemment un excellent compagnon de bar. Maggie xx » « Et voilà pour vous ! C'est pas terrible sur une serviette en papier, mais à défaut de mieux... » J'avais un peu honte. Lui qui me voyait comme une star ou je ne sais quoi, je lui signai un autographe sur la serviette d'un pub, quel manque de classe… Je finissais ma deuxième bière, et j'allais peut être me calmer pour le moment, parce que deux déjà… Heureusement que j'étais venue à pied quoi ! « Vous venez souvent ici ? Je veux dire, je viens tout juste d'arriver en ville, et je n'ai jamais mis les pieds dans ce bar, c'est vraiment sympa. » dis-je un peu plus comme une remarque à moi-même en regardant les alentours, et en remarquant une table de billard. Plutôt sympa. « Vous savez jouer au billard ? » Non pas que je lui propose une partie, mais tout simplement par curiosité. Non, proposer une partie de billard à un inconnu, ça faisait limite film romantique, ou même pire, film porno, alors pour le coup, non. Non, non, non !

©️ sumptuous reign.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Bobby Eddison
Fangirl ✓ I will go down with this ship.

Messages : 187
Date d'inscription : 11/11/2015

MessageSujet: Re: drink with a stranger - bobby   Mar 1 Déc - 17:55

Je vais me suicider avec des yaourts périmés







Si on m'avait que ce soir j'allais rencontré l'une de mes actrices préférée je n'y aurai absolument pas cru, j'aurai même rigolé à la figure de la personne, ou plutôt j'aurai pu pleurer de desespoir pensant que jamais ce genre de choses ne pouvaient m'arrivait parce que j'étais juste un gros looser de la vie et parce que sur mon visage c'était écrit en gros que j'étais fraîchement divorcé et du coup cela agissait comme la lèpres sur les gens, ils s'enfuyaient en me voyant. D'accord peut être que j'exagérais les choses, mais pas tant que ça au final. Du coup oui je n'arrive pas à croire à ce qui vient de m'arriver, à ce qui est en train de se passer et plusieurs fois je suis obligé de me pincer pour être sûr de ne pas être dans un rêve. Pourtant non j'étais bien dans un bar où Alfred devait me rejoindre avant de m'abandonner lâchement et Maggie Delacour m'avait demandé de surveiller son verre pendant qu'elle allait aux toilettes alors que clairement si elle me l'avait demandé je l'aurai suivi aux toilettes pour lui tenir la porte. Je l'aurai même fait en courant, mais dans la réalité j'avais surveillé bien sagement son verre et maintenant elle était assise en face de moi et on faisait la conversation comme deux personnes normalement constitués qui venaient de se rencontrer dans un bar.
Ce n'était absolument pas normal, il devait y avoir une caméra cachée quelque part. Ces derniers temps la vie n'avait pas été très sympa avec moi alors j'avais du mal à croire en ma chance en ce moment même, je redoutais même le retour de bâton qui ferait très mal. Pourtant j'avais beau le guetter il ne semblait pas venir. Ceci dit la soirée n'était pas terminée. Peut être que dans un moment elle allait me dire que c'était un pari avec ses amis et que j'étais le dindon de la farce, ou alors quelqu'un allait arriver et capter son attention parce que moi j'étais un peu transparent et passe-partout. Mais non Bobby ce n'était pas le moment de penser comme ça, il était temps de profiter de ma chance et d'essayer de lui parler normalement et de faire taire la fan qui était en moi. Est ce que j'étais capable de faire ? Honnêtement je n'en savais rien, mais promis j'allais essayé pour ne pas passé pour un débile profond. Faire la conversation ce n'était quand même pas compliqué. Tous les jours des milliards de personnes avaient des discussions plus ou moins sérieuses, parlaient de la vie et du beau temps, avaient des débats philosophique sur le sens profond de la vie où respiraient pour ne pas mourir alors même si j'avais en face de moi la merveilleuse Maggie Delacour j'allais bien pouvoir entamer la conversation.
J'avais commencé par me présenter – ce qui en soi était une très bonne chose – et puis tout naturellement on avait parlé de nos abandonneur mutuel. Mon meilleur ami et son frère pour elle. J'allais protester sur le fait que ce soit impardonnable qu'on puisse l'abandonner, avant de comprendre que le frère avait peut être des bonnes raisons de le faire. Effectivement une urgence à l'hôpital c'était une sacrée bonne excuse. « Mais pourquoi ferait-il ça ? C'est un peu dangereux quand même de vous abandonner et de vous laissez seule sans défense dans un bar non ? ». D'accord on était pas dans les quartiers violents de la ville, mais de nos jours on entendait tellement de chose sur ce qui se passait la nuit, des gens qui se faisaient agresser et tout cela que oui à la place de son frère je n'aurai absolument pas été rassuré de la savoir seule. Enfin je dis ça, mais Leo sort tellement souvent toute seule que je devrais pas penser comme ça. En plus Leo était beaucoup plus forte que moi et savait aussi mieux se défendre que moi. Je commençait à me demander si à ma naissance Le tout puissant, ou la physique ou n'importe qui ne s'était pas trompé sur le sexe à me donner. Mais bon ce n'était qu'un détail. Comme le fait d'avoir été abandonné par mon meilleur ami. Puis maintenant qu'elle posait la question je me demandais si Alfred avait vraiment eu l'intention de venir me rejoindre dans ce bar « Je sais pas, je pense que c'était un peu fait exprès quand même, parce que Alfred est très fourbe. » En tout cas si c'était vraiment un coup monté de sa part, il allait entendre parler de Bobby Eddison je pouvais vous le garantir.  Enfin je lui ferais les yeux méchants, il s'excuserait, sortirait une bière du frigo et voilà l'affaire serait réglé. Oui j'étais faible, mais ça ne me dérangeait pas trop, je le vivais même très bien. Puis j'avais des frères pour être fort à ma place alors ça allait.

Malgré cette petite discussion qui s'installait, je n'arrivais toujours pas à croire que j'étais assis en face de Maggie Delacour. J'avais essayé de refouler le fan qui était en moi, mais c'était tout simplement plus fort que moi, je ne pouvais m'empêcher de lui demander un autographe. Même qu'elle était tellement adorable qu'elle avait accepté. Effectivement j'aurai pu lui demander un selfie. Le seul problème c'était que mon téléphone était une antiquité alors non je ne pouvais pas en faire. Je le lui montrais comme un trophée. Il était à clapet, il était moche, mais je pouvais téléphoner avec alors ça m'allait très bien. Et puis c'était bien mieux un autographe que je pourrais encadrer, surtout si il était écrit à l'encre rose paillette.  Regardant la dédicace qu'elle me donnait, je n'avais pu m'empêcher de laisser un cri de joie m'échapper. Mettant rapidement une main devant ma bouche, je criais silencieusement avant de pouvoir retrouver un tant soit peu de calme. Ce qui m'avait pris quand même quelques minutes « Oh mon dieu, Oh mon dieu, Oh mon dieu !! Je vais l'encadrer et l'accrocher et Doux Jésus merci beaucoup vous êtes géniale, vous êtes la meilleure, je vous aime » Et quand je disais ça, je n'exagérais absolument pas, j'étais même très, très sérieux. Puis surtout j'allais le montrer à Alfred pour le rendre jaloux voilà. J'étais tellement content que je finissais ma bière d'un trait et prenait celle que j'avais prise pour Alfred. Ce soir j'étais un dingue, mais ça allait, j'avais quand même une bonne résistance à l'alcool. Je pouvais clairement mourir presque heureux. Oui parce que bon j'étais quand même triste, mais au moins j'avais l'impression que cette soirée allait très bien se passer. En plus avec Maggie on discutait comme si on était des vieux amis. Je devais sûrement être au paradis. Si c'était pas le cas, ça s'y approchait beaucoup. Mais au lieu de penser à ça, il serait peut être sympa de ma part de penser à une réponse à sa question. J'hésitais sur la réponse à donner. Soit je passais pour un alcoolique, soit pour un ermite. Qu'est ce qui était mieux ? Je ne savais pas…. « Je viens assez régulièrement oui. C'est un bar très sympa et puis pour un peu qu'on vienne assez souvent, les barmen offrent souvent des bières » Voilà j'avouais enfin que j'étais un alcoolique hahaha. Bon c'était faux. D'accord je venais souvent, mais des fois c'était juste pour prendre un café ou un coca. Avec Alfred ou avec Teddy on aimait bien venir ici après une longue journée, ou même le week end. Mais ça c'était avant mon divorce quand tout allait encore bien dans ma vie. Parce que mine de rien cela faisait un moment que je n'étais pas venu. Trop de déprime en moi pour pouvoir profiter d'une bonne bière. Aujourd'hui ça allait un peu mieux même si ce n'était pas la grande joie. Puis cette soirée avec Maggie arrangeait tout voilà. Puis si en plus elle voulait jouer au billard. J'étais nul mais c'était pas grave ça. « Je dois avouer que je suis une vraie quiche au billard. Et vous? » Je ne pouvais pas être douée dans tout les domaines non plus. Par contre si on fait un questionnaire sur les séries et les films romantiques là oui je suis au taquet. Mais le billard je n'ai jamais réussi à bien tenir la queue et je sais pas c'était trop compliqué pour moi « Si vous voulez on peut faire un concours de nuls ? Et le meilleur des nuls payent sa tournée ? » Par moment je trouvais que j'avais des idées de genie. Bon après peut être que j'étais le seul nul au billard et qu'elle se débrouillait très bien. C'était possible aussi, mais ça pourrait être drôle de faire ça ? Ou même autre chose. Pour Maggie Delacour je pourrais même porter une robe si ça pouvait la faire rire. Je ne reculais devant aucuns sacrifice pour une idole.  « ou alors un flipper ? Ou un karaoké, ou ce que vous voulez » Oui parce que je proposais de faire des choses qui impliquaient de passer le rester de la soirée ensemble mais peut être qu'elle n'avait pas du tout envie




lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Maggie Delacour
La Perfection ✓ Impossible n'est pas Maggie

Messages : 164
Date d'inscription : 18/11/2015

MessageSujet: Re: drink with a stranger - bobby   Lun 7 Déc - 15:02

 
Drink with a strangerBobby & Maggie  
J'avais cette intuition sans doute un peu étrange, mais plus ou moins fondée finalement, que j'allais passer une bonne soirée, malgré l'abandon de Guillaume. Bobby avait l'air d'un mec très sympa, d'un bon compagnon, et je n'avais aucun raison de l'abandonner en fait. Qui sait, peut être qu'arrivée à la fin de la soirée, j'aurais même envie de remercier mon frère de m'avoir abandonnée… Non, franchement, même l'ambiance du bar en elle-même était plutôt sympa. Si jamais mon frère m'avait laissé dans un bar dans un coin de rue sombre, avec des toxicos ou je ne sais quoi… Oui, non merci.  Déjà, j'ai l'impression de dépasser mes limites pour aller discuter avec un inconnu, et j'avais que le fait qu'il dise me reconnaître aider un peu… Les gens ne comprenaient pas généralement. Comme ils me voyaient à la télévision, dans des interviews, sur les tapis rouges, ils pensent que c'est facile pour moi, de me présenter comme telle. Mais en réalité, j'étais une grande timide. Du genre, là, parler à Bobby, même si il était très gentil, ce n'était pas dans mon habitude donc bon… Ca n'arriverait pas tous les jours, mais bon, j'allais peut être pas lui dire ça, qu'il faisait exception à la règle.  « Mais pourquoi ferait-il ça ? C'est un peu dangereux quand même de vous abandonner et de vous laissez seule sans défense dans un bar non ? » Parce que c'est mon frère, ce serait sans doute la meilleure réponse. Mais comme il ne le connaît pas, ça serait pas très parlant pour lui. « Oh je sais me défendre hein ! Même pas peur d'être toute seule dans un bar comme ça ! Mais plus sérieusement, je pense qu'il avait envie de me faire sortir, et c'est tout. » Oui, bon, je faisais genre comme ça, mais toute seule dans un bar, avec que des inconnus, je fais direct pipi dans ma culotte moi. Non mais franchement, un mec vient me chercher des noises, je suis un poids plume, blonde en plus, ce qui au près de la gente masculine ne me sert pas forcément… Donc bon, c'était vraiment pour le coup. Rien de plus. Et puis, je n'avais pas envie de m'éterniser sur le sujet, hors de question de parler de Charles. Au lieu de ça, je retournais le sujet et lui demandai pourquoi est-ce que lui se retrouvait tout seul. « Je sais pas, je pense que c'était un peu fait exprès quand même, parce que Alfred est très fourbe. » Je souriais. « Bon, ben apparemment, mon frère et votre meilleur ami sont à peu près les mêmes je crois bien ! » Ca me faisait plutôt rire. S'il était dans le même cas que moi, ça faisait vraiment le rendez-vous des célibataires désespérés, ce qui d'un côté était assez pitoyable, mais aussi plutôt marrant en même temps.

J'étais plutôt flâtée qu'il me demande un autographe. Au donc, ça ne m'arrivait pas souvent, comme je lui disais, c'était plus de selfies de nos jours que des autographes qu'on me demandait. Je me voyais assez mal refuser, donc je lui signai un autographe sans problème, sur une serviette en papier, que je lui tendais. « Oh mon dieu, Oh mon dieu, Oh mon dieu !! Je vais l'encadrer et l'accrocher et Doux Jésus merci beaucoup vous êtes géniale, vous êtes la meilleure, je vous aime » Je ne pouvais m'empêcher de rigoler franchement. Une déclaration d'amour pour trois mots écrits sur un papier, c'était plutôt sympa ! J'aurais pu penser qu'il en faisait trop, mais il avait l'air assez honnête, genre son bonheur se lisait facilement dans ses yeux, alors c'était que ça devait lui faire vraiment plaisir. Et puis, il but sa bière d'un trait, comme ça, alors bon, ça devait vraiment lui faire quelque chose. Tant mieux. « Je suis contente que ça vous plaise alors dans ce cas ! » lui répondis-je alors avec un sourire angélique, ne sachant pas vraiment quoi dire face à tant d'entrain. Ca faisait du bien de rigoler un peu, parce qu'il fallait dire que ces derniers jours avaient été plutôt morose. Et là, cet inconnu avait le mérite de me faire rire pile poil quand j'en avais besoin. C'était tout simplement agréable. Je lui demandais alors s'il était un de ceux qu'on appelle les habitués de ce bar, enfin, c'était surtout pour savoir si j'avais la chance de passer la soirée avec quelqu'un qui connaissait les lieux, ou bien un parfait étranger, à égalité avec moi, finalement. « Je viens assez régulièrement oui. C'est un bar très sympa et puis pour un peu qu'on vienne assez souvent, les barmen offrent souvent des bières » Donc il connaissait le bar. Tant mieux, au moins, s'il revenait, ça devait sans doute signifier que ce n'était pas l'un de ses bars à partir à baston à partir d'une certaine heure, malgré les quelques personnes agitées. « Eh bien rien que pour les bières offertes, je reviendrai sans doute dans ce cas ! » Bon, et aussi pour passer de bonnes soirées en compagnie de nouvelle rencontre bien sympa comme lui par exemple. Enfin, en attendant, ce serait dommage de rester là, assis pour tout le reste de la soirée.

Je lui demandai spontanément s'il savait jouer au billard, car apparemment, c'était une  des activités proposées par le pub. « Je dois avouer que je suis une vraie quiche au billard. Et vous? » Je souriais. « Oui, non, je suis vraiment nulle. »  Je ne savais pas trop quelle idée j'avais eu de lui proposer ça, je serais vraiment passée pour une buse, enfin, ça aurait sans doute été plutôt drôle, à vrai dire. « Si vous voulez on peut faire un concours de nuls ? Et le meilleur des nuls payent sa tournée ? » Il me lançait un défi… Pourquoi pas après tout. Enfin, même si je devais bien l'avouer, il allait sans doute être celui à payer sa tournée, car même s'il disait être nul au billard, il était sans doute bien meilleur que moi ! « ou alors un flipper ? Ou un karaoké, ou ce que vous voulez » Un karaoké ? Très mauvaise idée. « Pour le bien commun de ce bar, je pense qu'on ferait mieux d'éviter le karaoké, vraiment. » Je finissais ma bière, avant de me lever. « Par contre, je suis tout à fait pour un flipper. Et le gagnant offre un verre à l'autre, faisons ça ! » Et au moins, ça me garantissait encore du temps avec lui, et pas dans ma solitude, puisque cela signifiait au moins une partie de flipper et un verre, ensuite. J'allais poursuivre ma soirée en bonne compagnie. Je suivais Bobby, ne sachant pas du tout où se trouvait le flipper, ou les flippers peut être, du bar. Je n'avais plus rien à boire, mais avec les deux bières que j'avais englouti, mieux valait-il que je me calme un peu sur la boisson, le temps d'un instant. On arrivait devant le jeu d'arcade. « Bon, il faut que je vous avoue un truc. » lui dis-je sur un ton faussement sérieux. « Je n'ai jamais joué au flipper de ma vie. » Je préférais le lui dire, histoire qu'il ne s'étonne pas trop en voyant que je ne savais pas du tout quoi faire. « Du coup, ça veut dire que vous allez devoir probablement m'offrir un verre, mais aussi que vous allez avoir très largement le droit de vous moquer de moi ! » dis-je en rigolant. Je m'approchais du jeu. Il y avait des boutons, de la lumière. Beaucoup de lumières, en fait. Je n'y comprenais rien, mais j'étais prête à me lancer. « Bon, alors, comment on démarre ce truc ? »

©️ sumptuous reign.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Bobby Eddison
Fangirl ✓ I will go down with this ship.

Messages : 187
Date d'inscription : 11/11/2015

MessageSujet: Re: drink with a stranger - bobby   Ven 18 Déc - 16:34

Je vais me suicider avec des yaourts périmés







Je me rendais compte que peut être que je l'avais vexée en disant qu'à la place de son frère je ne l'aurait pas laissé sortir toute seule. Pas que j'étais machiste ou sexiste, bien au contraire, j'étais l'homme qui avait le plus de réaction féminine possible tout en étant hétéro. Mais c'était reconnu que sortir seule pour une femme pouvait être dangereux. Ceci dit, même pour moi c'était dangereux, en fait la vie était dangereuse voilà. Je venais de trouver la conclusion parfaite et puis au final  si son frère l'avait abandonné c'était pour qu'elle sorte comme Alfred l'avait fait avec moi. La vie était dangereuse et les gens étaient fourbes...je n'étais pas sur d'aimer ce genre de conclusion en fait, je préférais largement celle de Maggie qui disait qu'Alfred et son frère était pareil. En y réfléchissant oui elle avait absolument raison. D'ailleurs je me demandais si les gens fourbes se reconnaissaient entre eux. Quoi que ça me semble un peu compliqué parce que bon 99,99 % des gens étaient fourbes….Puis un jour il faudrait vraiment que j'arrête d'utiliser le mot « fourbe », il est beaucoup trop présent dans mon vocabulaire « Oui, je suis sûr qu'ils s'entendraient très bien tout les deux. Deux comploteurs dans notre dos. ». Enfin oui ça ne faisait aucun doute qu'ils s'entendraient bien, mais j'avais surtout peur qu'Alfred puisse dévoiler bien trop de dossier et de conneries à mon sujet. Pas que j'avais beaucoup de choses à cacher, mais bon quand même. Parce que je le connaissais le bougre il serait capable de dire que mon divorce n'était qu'une vaste blague et qu'Eva était une méchante sorcière qui méritait d'être tuer par la clique de nain de Blanche-Neige. Enfin j'étais là ce soir pour essayer d'oublier cette triste histoire donc je n'allais pas m’apitoyer sur mon sort, surtout pas en compagnie d'une grande, grande star.

Après mes quelques secondes sentimentales en pensant à Eva, j'étais maintenant dans tout mes états parce que je venais de recevoir l'autographe le plus merveilleux du monde et cette fois ce n'était pas une injonction du juge pour me dire de me tenir à plus de 500 mètres de la personne. Non, non,non, c'était un vrai rien que pour moi avec une magnifique dédicace. Est ce qu j'avais envie de me mettre debout et de danser sur la table ? Oui complètement. Est ce que je le ferais ? Non certainement pas, ou alors après avoir bu un nombre assez important de bière. D'ailleurs nos verres étaient vide et je faisais signe à Wendy, l'une des serveuses, de nous remettre la même chose. C'était l'avantage d'être un habitué, c'était que du coup j'étais servi avant plein de gens qui essayait d'attirer l'attention des serveuses au comptoir. Est ce que cela faisait de moi un alcoolique ? Non pas du tout, et puis comme je le disais à Maggie c'était le meilleur bar au monde, rien que pour ça on avait envie d'y revenir. « Oui, il ne faut surtout pas hésiter à revenir ici et puis comme ça on pourra se croiser souvent » Comment ça j'étais intéressé ? Mais enfin pas du tout...bon d'accord un peu beaucoup je devais l'admettre, mais en même temps Maggie était tellement jolie et puis tellement sympa. Enfin quand même très peu de personne aurait accepté de confier son verre à un inconnu et après de parler avec cet inconnu. Genre j'aurai pu être un violeur et hop hop hop pendant qu'elle était au toilette j'aurai mis quelque chose dans sa boisson. Évidemment je n'étais pas un violeur, ma conscience me l'interdisait et puis je pense que les femmes pouvaient me maîtriser sans problème. Là où le geste était beau, c'était que Maggie avait encore foi en l'humanité et aux gens. Du coup voilà je n'avais envie de retenir que ça et de me dire que si elle revenait dans ce bar j'aurai la chance de la croiser à nouveau et puis peut être de lui présenter Alfred et puis après, on deviendrait ami et après ça serait le grand amour entre nous. Mais je crois que je m'égare un peu beaucoup là.

Je pensais vraiment qu'après cela, elle allait partir pour rentrer chez elle ou même pour faire autre chose et okay ça m'aurai rendu triste mais en même temps je ne pouvais pas la forcer à rester avec moi. Puis contre toute attente elle m'avait demandé si je savais jouer au billard. Est ce que c'était une proposition pour continuer la soirée ensemble ? En tout cas je le prenais comme tel, mais même si je lui avouait que j'étais une vrai quiche au billard. A croire que la chance était de mon côté parce que c'était le cas pour Maggie aussi. Seulement je ne m'avouais pas battu et lui proposer autre chose qu'on pourrait faire. Genre un karaoké. En vrai j'aurai adoré faire un karaoké, mais elle ne semblait pas vraiment du même avis. Dans un sens oui elle avait raison parce qu'avec la voix de Bobby ils auraient pu se retrouver jeter du bar ou alors les gens auraient balancer des tomates tellement il chantait mal. Naturellement, elle avait choisi le flipper. Parfait « Que le meilleur gagne alors » Dans la logique c'était le perdant qui devait offrir sa tournée, mais wesh avec Maggie on est des rebelles et on fait complètement l'inverse.
Prenant nos verres, je nous menais tranquillement devant le flipper tout en posant les verres sur l'appui de fenêtre. Je m'apprêtais à insérer une pièce dans le flipper pour laisser Maggie commencer mais je stoppais mon geste en l'entendant me dire qu'elle n'y avait jamais jouer. « Genre sérieusement ? Jamais, jamais ? De chez jamais ? C'est dingue ça quand même » Alors là vraiment je n'en revenait pas. D'accord jouer au flipper n'était pas une obligation et moi même je n'y jouais pas très souvent, mais j'y avait déjà joué régulièrement. Après peut être qu'elle n'en avait jamais eu le temps ? C'était possible aussi. « Jamais je n'oserais me moquer de vous. Est ce que vous pensez qu'on peut se tutoyer ? » oui parce que ça serait quand même beaucoup plus simple. « Du coup avant qu'on commencer vraiment à jouer, on va faire une partie juste pour te montrer. Tu vas voir c'est très simple » Me mettant devant le flipper, cette fois je pouvais vraiment mettre ma pièce pour commencer. La boule était prête à être tirer – sans aucun mauvais jeu de mot. « Tu vois, t'as juste à tirer sur ce truc pour faire partir la boule dans le jeu. Et ensuite le principe c'est très simple, avec les deux boutons qui sont sur le côté, tu dois faire en sorte de ne pas faire tomber ta boule. Regarde » mettant la théorie en pratique, je jouais tranquillement tout en essayant de lui expliquer comment faire et tout ça. En soi cela n'avait rien de compliqué, il fallait juste trouver le bon timing !! Pour ne pas faire patienter Maggie plus longtemps, je laissais tomber ma partie pour pouvoir la laisser jouer « A ton tour maintenant, ta première compte pour du beurre, mais après on passe aux choses sérieuses » Après un signe de tête pour me signifier qu'elle était prête, j'avais mis une nouvelle pièce dans le flipper pour débuter la partie. Et je l'encourageait comme je le pouvait en la voyant jouer. Ça allait, elle n'était pas nulle, ce n'était pas une championne non plus mais pour une première fois elle se débrouillait bien.




lumos maxima


Dernière édition par Bobby Eddison le Ven 22 Jan - 13:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Maggie Delacour
La Perfection ✓ Impossible n'est pas Maggie

Messages : 164
Date d'inscription : 18/11/2015

MessageSujet: Re: drink with a stranger - bobby   Ven 15 Jan - 23:17

 
Drink with a strangerBobby & Maggie  
La soirée se passait bien, et franchement, je croisais les doigts pour qu'elle se poursuive de cette manière. J'en avais terriblement besoin. Entre ce qui c'était passé avec Charles, et toutes ces histoires de déménagement, tout ça, ouais, une bonne soirée ne pouvait me faire que du bien. J'appréciais la compagnie de Bobby, et puis, il ne me rejetait pas quand je lui proposais de faire quelque chose plutôt que de rester assis là à se regarder dans le blanc des yeux, alors ça me portait à croire que lui non plus n'avait pas envie qu'on se quitte maintenant. Il avait l'air d'un gentil garçon, sans doute, un peu comme moi, trop gentil pour se faire abandonner pour une soirée comme celle-ci. En admettant qu'en effet, le billard n'était pas une bonne idée, étant donné qu'il n'avait pas l'air plus doué que moi, j'acceptais avec plaisir une partie de flipper. Bon, j'avais peut être accepté un peu vite, étant donné que je n'y avais jamais joué. Mais bon, je le lui dirai, ou pas… Pour l'instant, je me contentais de le suivre, remarquant qu'il avait deux verres à la main. Heureusement que je m'étais dite de me calmer sur la boisson… Mais peu importe, quitte à profiter, autant profiter à fond ! On se posait près d'une machine, qui symbolisait l'inconnu total pour moi. Je lui annonçais que je n'y avais jamais joué, et en voyant son visage se décomposer d'étonnement, je me sentais un peu gênée, à vrai dire. Je savais que je n'avais probablement pas assez profiter du temps où j'aurais du sortir dans des bars et tout ça, mais il était trop tard pour faire machine arrière. « Genre sérieusement ? Jamais, jamais ? De chez jamais ? C'est dingue ça quand même » Je crois que je rougissais un peu. Je hochais la tête de façon négative. C'était tant la honte que ça ? J'avais l'impression d'être un peu un alien. Bon, d'un côté, Maggie Delacour dans un pub, c'était un peu aliénant, oui, c'est vrai…  « Jamais je n'oserais me moquer de vous. Est ce que vous pensez qu'on peut se tutoyer ? » Il me rassurait. Oui, il me prenait sans doute bizarre parce que oui, ça craignait de n'avoir jamais joué au flipper, c'est vrai. Mais le fait qu'il me demande si on pouvait se tutoyer, ça voulait quand même dire qu'il ne comptait pas me laisser là, en plan… C'était tout bête, mais ça réussissait à me donner le sourire. « Oui, bien sûr, vous… Enfin, tu… Tu auras quand même toutes les raisons de te moquer, je peux te le garantir presque ! » Ca me faisait bizarre de le tutoyer, mais ça allait devenir plus naturel, j'en étais certaine. Je me plaçais près du flipper, en reprenant une bière à la main, près à prendre une bonne leçon de jeux d'arcade !

Bobby se plaçait devant le flipper, et je ne demandai qu'à le regarder jouer pour essayer de comprendre ce truc. « Du coup avant qu'on commencer vraiment à jouer, on va faire une partie juste pour te montrer. Tu vas voir c'est très simple » Je souriais. « D'accord, ça me va ! » Ça allait sans doute être très drôle à voir, surtout qu'il jouait avant moi, alors même moi, j'allais pouvoir voir à quel point j'étais nulle comparée à lui. Mais bon, ça promettait d'être marrant. Et puis au pire des cas, il me paierait un verre, encore un. Non, en fait, j'avais terriblement envie de gagner pour lui payer un verre, à mon tour, parce que depuis le début de soirée, c'était un peu mon héros. Il me gardait mon verre, il m'apprenait à jouer au flipper et tout simplement, il me permettait de passer une très bonne soirée, à éviter de rester me morfondre dans ma chambre. Je buvais une grande gorgée de bière avant de le regarder jouer avec beaucoup d'attention. « Tu vois, t'as juste à tirer sur ce truc pour faire partir la boule dans le jeu. Et ensuite le principe c'est très simple, avec les deux boutons qui sont sur le côté, tu dois faire en sorte de ne pas faire tomber ta boule. Regarde » Il avait l'air de faire ça avec une telle facilité, alors que moi, je ne savais plus où donner de la tête. Il y avait des lumières de partout, tout ça. C'était très… Spécial comme jeu ? Et ça avait l'air de demander beaucoup de concentration. Et là, malgré le peu d'alcool que j'avais bu, j'étais pas tout à fait sure de réussir à me concentrer beaucoup. Mais il jouait vraiment très bien, enfin, si j'avais compris le jeu, et en soit, ce n'était pas dérangeant de le regarder jouer. Mais au bout d'un certain temps, il se retira de la table de flipper, me laissant la place. « A ton tour maintenant, ta première compte pour du beurre, mais après on passe aux choses sérieuses » Je prenais place. Ca allait être quelque chose, je le sentais. « Bon, t'as le droit de rigoler, mais pas trop quand même, d'accord ? » lui dis-je en rigolant. Et je me concentrais comme je pouvais. C'était fou comme ce jeu agissait comme un défouloir, et j'avais pas l'impression d'être si nulle que ça après tout. Enfin, je tenais un moment avec cette seule et unique partie, même si elle comptait pour du beurre. Les balles s’enchaînaient et je comprenais de mieux en mieux les règles du jeu, du moins je crois, après tout, je ne pensais pas être complètement à côté de la plaque non plus. Bref, je venais de perdre, mais je me sentais prête. « Aller, passons aux choses sérieuses. Honneur aux dames ? » Je n'attendais pas vraiment sa réponse avant d'insérer une pièce dans la machine. Je prenais une nouvelle gorgée de bière. « Bon, cette fois-ci, que le meilleur gagne ! » lui dis-je avec un sourire, avant de me lancer.

J'étais très concentrée, du moins suffisamment pour durer plus longtemps encore que la partie pour du beurre. Je ne voyais plus que mon jeu. Je n'en oubliais quand même pas la présence de Bobby, mais oui, j'étais à fond dans ce que je faisais. Je ne savais pas combien de temps j'avais joué, mais je finissais finalement par perdre. « Oh... » dis-je déçue, mais je regardais tout de même le tableau des scores, parce que si concentrée sur mon jeu, je n'avais aucune idée du score de j'avais fait. Je regardai, et d'un coup, le mot « record » apparaissait, avec des lumières, et des bruits. Je regardais Bobby d'un regard interrogateur. « Attends… Ca veut dire que… » Que j'avais battu le record de la machine, peut être, ou de la soirée. Enfin dans tous les cas, je me laissais emporter par la joie et sautais dans les bras de Bobby. Trop contente, sans doute, trop bu, peut être aussi. M'enfin bon, il ne me repoussait pas violemment non plus, donc bon… Bref, je ne m'éternisais pas non plus, je m'écartais. « Bon, on va mettre ça sur la chance du débutant ! » dis-je en rigolant. Je mettais une pièce dans la machine. « A ton tour maintenant, essaye un peu de battre la pro. » lui lançais-je en le narguant un peu, avant de me placer sur le côté de la table pour le regarder jouer. Bon, il jouait bien, il n'y avait pas à dire, et je n'arrivais pas vraiment à voir comment est-ce que j'avais réussi à battre quelque record que ce soit ! Je me concentrai sur le jeu de Bobby. « Excusez-moi, vous êtes Maggie Delacour ? » Je me retournai entendant une voix derrière moi. « OH MON DIEU ! Wow ! Je… Je suis vraiment une grande fan de ce que vous faites. Je… Je peux vous demander une photo ? » Je me retournais pour lancer un regard à Bobby, un peu désolée d'être dérangée comme cela, mais je crois que je ne pouvais rien faire contre de toute façon. Je me retournais vers la jeune fille, qui semblait tout juste avoir l'âge de traîner dans un pub. « Oui, bien sûr ! » dis-je avec un sourire. Elle prit son téléphone et prit un selfie sur Snapchat, comme la plupart des gens de son âge. Je posais quelques secondes. « Merci beaucoup ! » me dit la jeune fille, ou la jeune femme. « Pas de problème ! » Je voyais qu'elle regardait par dessus mon épaule. « J'étais vraiment triste de savoir que vous aviez rompu avec Charles Agard de Maupas, mais vous avez très bon goût pour le remplacer. » « Euh… Non ! Vous n'y êtes pas du tout ! » répondis-je, en comprenant qu'elle parlait de Bobby. Mince. Là, ça allait se gâter. Surtout si elle avait vu que je lui avais sauté dans les bras quelques minutes auparavant. Et encore plus si elle avait pris des photos. Avoir une certaine notoriété, c'était aussi synonyme de bonnes galères. « Oh, je vois. Merci encore en tout cas et bonne soirée ! » Je souriais. Elle n'avait clairement pas l'air convaincue. Pour un peu, elle allait penser que c'était un plan cul ou un autre truc horrible de ce genre. Je me tournais vers Bobby. « Je... » C'était tellement gênant comme situation. Qu'est-ce que j'étais censée lui dire moi ? « Je suis vraiment désolée pour ça... » C'était tellement… Je ne savais pas dire ce à quoi je pensais. Ni quoi lui dire. Je m'en voulais d'avoir même détaché mon attention du jeu, alors que lui était resté me regarder. « Bon, alors, ça donne quoi ? »

©️ sumptuous reign.

_________________


Dernière édition par Maggie Delacour le Sam 23 Jan - 23:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Bobby Eddison
Fangirl ✓ I will go down with this ship.

Messages : 187
Date d'inscription : 11/11/2015

MessageSujet: Re: drink with a stranger - bobby   Ven 22 Jan - 13:15

Je vais me suicider avec des yaourts périmés








Si on m'avait que ce soir j'apprendrais à jouer au flipper à Maggie Delacour je n'y aurai pas cru une seule seconde. Et pourtant c'était bien ce qui était en train de se passer et je trouvais ça complètement magique. C'était magique et en même temps irréel. J'avais l'impression d'être dans une rêve dont je ne voulais pas me réveiller et pourtant je savais que ce n'était pas un rêve parce que je m'étais déjà pincer plusieurs fois. Au lieu de passer la soirée avec Alfred, je l'a passait avec l'une de mes actrices préférées. Sérieusement, qui pouvait se vanter d'avoir cette chance ? Pas tout le monde, aujourd'hui c'était moi le chanceux et je comptais bien en profiter et garder en mémoire chaque seconde de cette soirée.

J'avais fait la première partie pour lui faire voir comment ça fonctionner et lui expliquer rapidement le principe du jeu !! En soi le flipper n'avait vraiment rien de compliqué, même si elle n'y avait jamais joué, je ne doutais pas qu'elle s'en sortirais très bien. En plus elle avait accepté qu'on se tutoie et ça c'était la grande classe, vraiment cette soirée s'annonçait très bien. « Promis je rigole mais je ne me moque pas. Mais tu vas très bien t'en sortir » Au final elle ne s'en sortais pas si mal pour une première fois. Bon évidemment ça première partie avait été un peu courte, mais c'était normal et puis elle comptait pour du beurre, donc tout allait bien ce n'était pas grave. Mais maintenant il était temps de passer aux choses sérieuses. Avant que je lui propose elle m'avait devancé en disant que c'était aux femmes de commencer. Je ne pouvais que lui donner raison, de toute façon j'étais un gentleman et je ne n'aurai certainement pas débuter notre concours.  « Je t'en prie commence ! Que le meilleur des Bobby gagne ». D'accord j'étais gentleman mais bon je voulais gagner quand même. J'étais assez confiant sur mes chances de gagner. Après tout j'étais un joueur confirmé et elle une débutante. Pourtant au fur et à mesure de la partie je me sentais nettement moins confiant. Je ne savais pas comment elle faisait mais on avait l'impression que la bille était toujours attiré vers le haut. Pas très rassuré je regardais le score qui se rapprochait dangereusement du record. Okay si j'étais un mauvais joueur je serais en train de dire qu'il y avait hippopotame sous gravillon et que Maggie avait trafiqué le flipper avant d'y jouer. Ou alors elle avait prétexté ne pas savoir jouer alors qu'en fait c'était une championne confirmé. Okay finalement il y avait de forte chance que je perde. Cette partie n'en finissait plus et je voyais mes chances de gagner défiler devant moi.

Maggie avait à peine achevé sa partie que le flipper c'était mis à faire plein de lumière et plein de bruit et pour moi c'était mauvais signe, très mauvais même « Je crois bien que c'est ce que tu crois » oui, oui elle venait bien de battre le record ultime et j'étais pas prêt et j'étais encore moins prêt quand elle se jetais dans mes bras. Est ce que j'étais contre ? Non certainement pas. Est ce que j'appréciais ? Oui énormément. Mes bras s'était naturellement refermés autour d'elle pour la félicitait avant de la lâcher. Parce que pas que j'étais contre pour la garder dans mes bras, mais bon on était quand même dans un bar et il y avait du monde et puis elle était connu et donc ça pouvait vite partir avec les rumeurs les plus folles et puis voilà quoi. Mais je devais avouer que j'étais quand même assez perturbé et content et voilà. « une sacrée chance quand même, j'en reviens pas. » depuis des années que je venais dans ce bar jamais personne n'avais réussi à battre ce record et pourtant avec Alfred on avait vu des gens s'acharner et tout tenter. Et voilà, il suffisait que Maggie arrive avec sa chance du débutant pour tout détruire. A mon avis j'allais me faire avoir lamentablement. Mais tant pis c'était le jeu. « Je crois que ça risque d'être très compliqué quand même. » Prenant place à mon tour devant le flipper, je tentais de faire abstraction à tout ce qui se passait autour de moi pour pouvoir être à fond dans ma partie et avoir une chance de battre le nouveau record de Maggie.
Seulement mon attention fut rapidement mise à rude épreuve par quelqu'un qui venait de reconnaître Maggie. En soi rien de très grave qui pouvait m'empêcher de jouer et puis moi même plus tôt je l'avais reconnu et puis voilà maintenant on passait la soirée ensemble. Seulement même en jouant je ne pouvais m'empêcher de tendre une oreille sur ce qu'il se passait à côté tout en essayant de garder un œil sur le jeu. Autant dire que ce fut un échec cuisant et bien vite j'avais lâché l'affaire et abandonner la partie pour capter ce qu'il se passait avec la fan de Maggie. Appuyé sur le flipper je regardais la scène avec un regard amusé, jusqu'à ce qu'on parle de moi. Okay alors la meuf elle pensait vraiment que j'étais le nouveau mec de Maggie ? En soi je n'aurai pas été contre, mais déjà j'étais en plein divorce et je le vivais super mal. Maggie était une actrice hyper connu qui avait aussi des centaines de soupirants et puis voilà quoi j'étais Bobby le mec le plus triste de la terre, jamais personne n'aurai l'idée de penser que je pouvais être le nouveau copain de Maggie. Quand bien même la jeune femme en question semblait penser que j'étais un bon remplaçant. Je prenais ça pour un compliment, ça voulait quand même dire que j'étais beau gosse non ?
En tout cas c'était drôle de voir la réaction de Maggie. Elle semblait mal à l'aise de penser que je pouvais être son nouveau copain et de devoir dire que ce n'était pas le cas alors que j'étais à côté. Si je le prenais mal ? Absolument pas, bien au contraire. Si j'étais le genre de gars qui avait confiance en lui, j'aurai passé l'un de mes bras autour de Maggie pour dire à cette femme que oui effectivement j'étais son nouveau mec. Mais ce n'était absolument pas le cas et j'attendais patiemment que cette jeune femme s'en aille tranquillement. Ce qui fut assez rapide finalement. « Non ne t'inquiète pas. J'ai presque fait la même chose un peu plus tôt dans la soirée » bon d'accord c'était elle qui m'avait demandé la première de garder son verre mais bon après en lui demandant un autographe et tout ça j'avais fait ma fangirl de base et voilà maintenant on jouer au flipper. Donc non ce n'était pas grave et puis c'était sympa de voir qu'elle n'était pas blasé d'être reconnu dans la rue ou de prendre des photos avec des fans. Puis revenant à nos affaires elle me demandait ce que ça donnait ma partie de flipper. Huuum comment dire… « Bah j'ai lamentablement perdu » et encore le mot était faible, heureusement que j'étais faible et que la défaite était une amie de toujours, du coup je le vivais plutôt très bien. « Du coup c'est moi qui paye ma tournée » est ce que j'étais mécontent ? Absolument pas, ça me faisait même plaisir de passer plus de temps avec Maggie. Après tout ce n'était pas tout les jours qu'on avait la chance de boire avec son actrice préférée.

Retournant à notre table, je faisais signe à la serveuse pour qu'elle vienne nous resserivir la même chose. Okay c'était peut être risqué de boire autant mais c'était pas grave. Après tout on était là pour ça non ? Du moins si Alfred m'avait fait sortir de mon appart c'était pour que je m'amuse un peu et que j'oublie mon divorce et ça fonctionnait plutôt bien. « Même si elle n'est pas terminé je tiens déjà à te remercier pour cette soirée » je m'avançais peut être un peu et puis peut être aussi qu'elle allait vouloir partir dans pas longtemps, mais dans tout les cas je voulais la remercier parce que vraiment c'était une bonne soirée « Tant que j'ai le courage, je me demande si tu penses qu'on puisse un jour ou l'autre se refaire une soirée comme ça » c n'était pas du tout mon genre de faire ça, mais en même temps j'en avais envie parce que Maggie était vraiment sympa et voilà quoi. Non promis je n'allais pas la demander en mariage, j'avais quand même retenu certaine leçon de mon divorce. Puis non ce n'était même pas pour ça et aaaarg si je commençais à m'embrouiller en pensée ça risquait d'être compliqué pour me faire comprendre. « Tu n'es pas obligé de dire oui parce que je te fais pitié hein, même si tu dis non ça me va. J'avoue un oui c'est mieux, mais enfin tu vois ce que je veux dire » voilà qu'est ce que j'avais dit ? Je m'étais embrouillé dans mes pensées et du coup en parlant on arrivait le même résultat. J'étais vraiment pathétique quand même. « Et je vais peut être arrêter de parler pour rien. Enfin bref à la santé de la grande gagnante » Je levais mon verre pour trinquer avec elle avant de boire ma bière pour éviter de dire encore plus de conneries.




lumos maxima


Dernière édition par Bobby Eddison le Mar 26 Jan - 17:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Maggie Delacour
La Perfection ✓ Impossible n'est pas Maggie

Messages : 164
Date d'inscription : 18/11/2015

MessageSujet: Re: drink with a stranger - bobby   Sam 23 Jan - 23:27

 
Drink with a strangerBobby & Maggie  
J'étais vraiment satisfaite de cette soirée. La bande de mecs qui faisaient un bazar pas possible un peu plus tôt c'était calmé, et on avait décidé de s'occuper en faisant du flipper avec Bobby. J'allais sans doute être ridicule, et oui, il allait sans doute avoir de quoi rire. Enfin, il m'avait montré comment la machine fonctionnait. Je crois que j'avais bien réussi à comprendre, blonde mais pas débile, faut pas croire ! Et il fallait bien que je m'y mette de toute façon. Mon premier essai comptait pour du beurre, comme il l'avait dit. Ça allait, je crois. Ce n'était pas catastrophique. Mais j'étais prête à passer aux choses sérieuses. Les dames d'abord, c'était la base un peu. Alors je commençais, cette fois, ce n'était pas pour du beurre. J'étais concentrée, oui, je devais bien l'admettre, j'avais l'esprit de compétition. Mais je m'apprêtai tout de même à perde, je veux dire… Ca paraissait logique étant donné que Bobby avait l'air doué au flipper, et j'avais envie de lui payer un verre, de toute façon. Mais finalement, je crois que je n'avais pas réellement fait attention au temps que j'avais passé à jouer la partie sur la machine. Je me rendais seulement compte que j'avais apparemment battu un record. Trop fière de moi, je sautais dans les bras de Bobby. Oui, c'était peut être intime, mais j'imagine que le nombre de bières que j'avais déjà bu m'avait plus ou moins lancé dans ses bras. Peu importe, je m'en rendais compte et je m'éloignai. Ce n'était qu'une étreinte, après tout. Et puis, ce n'était pas comme s'il m'avait repoussé, bien au contraire ! Mais c'était à son tour maintenant. IL n'avait plus qu'à me battre, si on pouvait dire. « Je crois que ça risque d'être très compliqué quand même. » Je souriais, évidemment que ça allait être compliqué, mais il n'allait pas pour autant se dégonfler, j'espère bien ! « Mais non enfin ! C'est pas si énorme que ça, si ? » lui répondis-je avec un sourire. J'étais prête à regarder le maître en la matière en action.

Mais apparemment, je n'allais pas pouvoir le regarder si longtemps que ça. Peu de temps après qu'il est commencé à jouer, je me faisais accostée par une jeune femme qui m'avait apparemment reconnue. Ca ne me dérangeait pas, en soit. C'était plus ses questions au sujet de Charles et sur qu'elle dise que Bobby soit son remplaçant qui me dérangeait. J'espérais que Bobby n'avait pas entendu, ça pouvait être gênant. Pas que ça m'aurait déplu qu'il soit le remplaçant de Charles, si on peut appeler ça comme ça mais… Enfin non, bref, pas besoin d'y penser. Je retournais vers Bobby, et je me sentais vraiment désolée pour lui. C'était à double tranchant, désolée s'il avait entendu ce que la jeune femme venait de dire, et désolée de l'avoir laissé là, aussi, alors que lui était resté me regarder avec beaucoup d'attention. « Non ne t'inquiète pas. J'ai presque fait la même chose un peu plus tôt dans la soirée » Il était gentil, presque trop gentil en fait. Quelqu'un m'aurait fait ce coup là, j'aurais dit que ce n'était pas grave, comme lui, mais j'aurais menti. Parce que bon, quand on passe un bon moment comme ça, on n'a pas envie que n'importe qui vienne l'interrompre, comme cette jeune femme venait de le faire. « Oui, enfin, je suis venue vers toi en premier lieu. C'est pas que je n'aime pas être reconnue ou quoi, mais bon… C'est vrai que quand je suis accompagnée, ça peut être un peu… gênant. Enfin bref ! » Peu importe de toute façon, elle était partie maintenant, et j'étais là, prête à repartir pour continuer cette bonne soirée. Et comme je n'avais pas pu suivre du tout sa partie, si ce n'est les quelques premières secondes, je lui demandé tout naturellement comment est-ce que son tour c'était passé. « Bah j'ai lamentablement perdu » J'étais plus ou moins surprise, et désolée pour lui. J'espérai vraiment que ce n'était pas de ma faute, et du fait qu'il avait été déconcentré par ma faute… C'était sans doute le cas, cependant. « Oh non ! Je suis… désolée de t'avoir fichu une bonne raclée ? » lui dis-je alors, faisant mine d'être faussement désolée, même si au fond, ça m'embêtait un peu pour lui, quand même. Enfin je rigolais quand même sur ces derniers mots. « Du coup c'est moi qui paye ma tournée » Je souriais. Clairement, j'aurais aimé lui payer un verre parce que bon… C'était le je ne sais pas combientième qu'il me payait, donc ça me semblait logique qu'on partage un peu, on ne se connaissait pas, après tout ! Mais il avait l'air content de m'offrir un verre, donc je le suivais sans rien dire jusqu'à notre table, de retour. Une chance que personne ne nous l'ait piqué vu le monde qu'il y avait ici.

On s'asseyait donc, et la serveuse venait assez rapidement nous resservir. « Même si elle n'est pas terminé je tiens déjà à te remercier pour cette soirée  Ça me faisait vraiment plaisir qu'il me dit ça. C'était si étrange, j'avais l'impression de passer la soirée avec un vieil ami, et pas avec un garçon que j'avais rencontré un petit peu plutôt dans la soirée. « C'est moi qui te remercie. Si t'avais pas été là, je serai sans doute rentrée chez moi bien plus vite, et j'aurais passé la soirée au lit à regarder une de ces comédies romantiques en mangeant des chocolats ou quelque chose comme ça… Je suis bien mieux ici avec toi ! » Et ma ligne le remercier aussi, en somme ! Mais j'étais honnête en lui disant ça. Je n'étais pas du genre à mentir de toute façon, et là, je passais vraiment une bonne soirée. Il m'aidait bien à ne plus penser à mes petits problèmes actuels. Mais sincèrement, j'étais touchée de l'entendre dire ça. « Tant que j'ai le courage, je me demande si tu penses qu'on puisse un jour ou l'autre se refaire une soirée comme ça » Je souriais, et rougissais peut être un peu aussi. J'avais pas vraiment l'habitude de sortir comme ça, et d'avoir des… rendez-vous ? Enfin je ne savais pas trop si c'était un rendez-vous ou pas qu'il venait de me proposer, mais en tout cas, j'avais perdu l'habitude de ce genre de choses. « Tu n'es pas obligé de dire oui parce que je te fais pitié hein, même si tu dis non ça me va. J'avoue un oui c'est mieux, mais enfin tu vois ce que je veux dire » Je rigolai, il ne m'avait pas laisser le temps de lui répondre, mais je n'avais pas pitié ou quoi que ce soit, loin de là ! « Et je vais peut être arrêter de parler pour rien. Enfin bref à la santé de la grande gagnante » En souriant, je levais mon verre à mon tour. Je buvais une gorgée, même si je crois qu'il était peut être temps que j'arrête. Mais j'avais envie de m'amuser, et c'était ce que je faisais. Il faudrait que je pense à appeler Guillaume demain, pour le remercier et l'engueuler un peu aussi, mais surtout le remercier pour cette soirée. « Tu me fais rire, je te dois bien ça. Mais oui, j'aimerai beaucoup repassé une soirée comme celle-ci un de ces quatre, avec plaisir ! Et je le dis pas du tout en me sentant obligée ou quoi que ce soit, je te promets ! » J'étais franche avec lui, je n'avais pas l'intention de lui mentir. Je passais une bonne soirée, et s'il était possible d'en passer une autre comme ça, oui, j'étais absolument d'accord. Je me sentais si bien que je ne pouvais pas lui refuser cela. « Et puis, de toute façon, on est obligés de repasser une soirée ensemble. Parce que tu dois absolument prendre ta revanche au flipper, et je m’entraînerai d'ici là, comme ça, ça n'aura plus rien à voir avec la chance du débutant. » Et je perdrais, sans doute, parce que là, il savait comme moi que ce n'était vraiment qu'un coup de chance, rien de plus. Mais bon, avec un petit peu d'entraînement, ça pourrait au moins m'éviter d'être trop trop nulle, peut être… « Et aussi parce que tu m'as payé beaucoup trop de bières et que je t'en dois quelques unes du coup, donc bon. Mais je vais peut être me calmer à ce niveau-là, parce que je tiens pas très bien l'alcool, et j'ai déjà la tête qui tourne donc voilà ! » dis-je en prenant une gorgée de bière. Oui, non, pas normal. Je perdais absolument toute crédibilité, mais bon, c'était une bonne excuse pour qu'on se revoit, au moins ! Et d'un coup d'un seul, j'avais une idée. « Tiens tu peux me donner le papier que je t'ai signé plutôt ? Promis je te le rends ! » Il avait eu l'air si content quand je lui avais signé cet autographe que je ne savais pas s'il allait accepter de me le rendre ou non, mais apparemment si, puisqu'il me le tendait. Je le prenais et ressortais le crayon que j'avais utilisé un peu plus tôt. Je notais mon numéro de téléphone sur le morceau de papier, avant de le lui rendre et de ranger le crayon dans mon sac. « Voilà ! Comme ça, la prochaine fois que tu te fais abandonner ou que tu veux te faire ridiculiser par une débutant au flipper, tu m'appelles ! Je reste dans la région pour un moment pour l'instant, normalement au moins ! » Donner mon numéro personnel à un inconnu, non, ce n'était vraiment pas quelque chose que je faisais souvent. Mais là… Je ne sais pas, j'avais un si bon feeling, que pourquoi pas, finalement ? Non et puis, voilà, j'avais vraiment envie de le revoir, de repasser une soirée comme celle-ci et si je ne lui donnais pas un moyen de me contacter, ça allait être compliqué. A moins qu'on parte sur le principe du petit bonheur la chance et qu'on se retrouve par hasard dans ce bar au même endroit. Alors voilà, parfois, il fallait provoquer le destin, c'est tout. Je reprenais une gorgée de bière. « Parle moi de toi. Je veux dire, ma vie est à peu près étalée dans les journaux, donc tu dois tout savoir de moi, mais moi, je ne sais rien de toi, rien du tout ! » J'avais envie de le connaître. J'étais pas du genre curieuse ou quoi, mais je ne sais pas, j'imagine que j'étais intéressée peut être… Enfin, je ne sais pas, c'était assez bizarre, mais oui, j'avais envie d'en savoir plus sur lui que ce que je savais là, maintenant.

©️ sumptuous reign.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Bobby Eddison
Fangirl ✓ I will go down with this ship.

Messages : 187
Date d'inscription : 11/11/2015

MessageSujet: Re: drink with a stranger - bobby   Mar 26 Jan - 17:07

Je vais me suicider avec des yaourts périmés







Faire une partie de flipper avec quelqu'un qui n'y avait jamais joué et parier sur le perdant était en théorie une idée de génie. Mais voilà c'était seulement en théorie, c'était bien pour ça que je voulais y vivre, parce qu'en théorie tout se passe bien. Alors que dans les faits ce n'était absolument pas ça. Quand j'avais montré à Maggie comment jouait, je devais avouer que je pensais qu'au bout de quelques instants elle avait faire tomber la boule et après moi je n'aurai qu'à montrer tout mon talent. Sauf que non, par je ne sais quel miracle, elle avait battu le meilleur score du flipper. Honnêtement, si c'était Alfred qui avait réussi cet exploit ce soir à la place de Maggie, j'aurai pleurer de désespoir, non seulement je divorçais mais en plus mon meilleur ami me tuait au flipper. Là c'était Maggie et du coup tout de suite c'était plus sympa surtout sa manifestation de joie.
Maintenant que c'était mon tour, je n'avais qu'à sauver les meubles, parce que même si Maggie ne s'en rendait pas compte, oui c'était vraiment énorme contrairement à ce qu'elle pouvait penser. Mais j'étais motivé et peut être que je n'allais pas être totalement ridicule. Cependant comme en ce moment j'étais un looser je ne donnait pas cher de ma peau. Et à croire que le malheur ou le karma ou je sais pas quoi s'acharnait sur moi. Parce que j'avais à peine commencer ma partie, qu'une fan avait reconnu Maggie et était venu l'accoster pour prendre des photos et puis tout ça, tout ça. Du coup je devais avouer que tout cela m'avait complètement déconcentré et j'avais rapidement perdu et j'attendais patiemment que les deux femmes aient fini pour pouvoir revenir dans l'action.
C'était mignon parce que Maggie s'excusait de tout cela, comme si ne pas me regardait en train de prendre une raclée au flipper c'était horrible. Dans un sens, elle avait gagné quelque chose à ne pas voir ça. Et puis concrètement ce n'était pas de sa faute si elle était connue et reconnue. Surtout que oui j'avais fait exactement la même chose que cette jeune fille, même si Maggie prétendait que dans un premier temps c'était elle qui était venue m'aborder. Dans un sens c'était pas faux ouais mais bon je l'avais aussi reconnu quand elle était au comptoir et j'avais lutté avec moi même pour ne pas hurler et faire ma fangirl numéro 1. « Comme tout le monde tu aimerais pouvoir prendre un verre tranquillement ou faire tes courses sans être arrêté toutes les 5 secondes » Après tout Maggie était comme tout le monde. D'accord elle avait choisi un boulot médiatique et tout ce qui suivait avec, mais ce n'était pas non plus une raison pour que les gens se montrent aussi intrusif dans sa vie.

Parce que j'étais un perdant honnête on était revenu à table pour que je puisse lui offrir un verre et puis aussi j'en profitais pour lui dire que grâce à elle je passais une excellente soirée. Pas parce que j'étais avec la grande Maggie Delacour mais tout simplement parce que j'étais avec Maggie et qu'on s'amusait bien et qu'on rigolait et voilà  j'étais content. Pour une fois l'abandon de ma personne par Alfred était bénéfique. Pour un peu je lui offrirai un cadeau s'il était sage. Voilà. Et j'étais content parce qu'elle aussi passait une bonne soirée et voilà tout le monde était content. Grâce à elle j'arrivais à oublier mon divorce le temps d'une soirée et ça faisait du bien. «Comme quoi, au début on a maudit les personnes qui nous avaient abandonné et au final c'est une très bonne chose.» et après je ne savais pas si c'était l'alcool qui agissait à ma place ou alors parce que j'avais tout simplement arrêté de réfléchir mais j'avais osé lui demandais si elle serait partante pour une autre soirée. Dans ma tête ça ne sonnait pas comme une demande de rendez-vous, mais plus j'y pensais et plus ça en avait l'air et en fait je me rendais compte que ça me dérangeait pas. Après peut être que ce n'était pas le cas de Maggie était c'était pour ça que j'avais bien vite ajouter qu'elle n'était pas obligé d'accepter même par pitié et tout ça, tout ça. Pour le coup j'avais vraiment envie de me cacher dans un trou de souris, mais à la place prenais une nouvelle gorgée de bière. La bière, cette amie de toujours au même titre que mon pot de glace. J'étais aussi prêt à partir en courant au moment où elle aurait fini de me dire que non ça ne l'intéressait absolument pas, mais en fait c'était tout le contraire. Elle était d'accord et même que je la faisais rire. Tiens Eva prends toi ça dans la gueule je sais faire rire les gens contrairement à ce que tu dis. Aussi elle voulait que je prenne ma revanche au flipper ? Oh bah je n'étais pas contre, mais je comptais bien gagner la prochaine fois et ne pas me laisser ridiculiser quand même bien Maggie avait décidé de s'entraîner pour ne plus mettre ça sur la chance du débutant et du coup voilà j'étais content. Ma soirée était merveilleuse. « Je suis ravi que tu acceptes en tout cas. » Pour un peu j'en rougirais mais en fait j'avais juste un sourire béat sur le visage qui se transformé en perplexité quand elle me demandait la serviette avec son autographe. Comme elle avait promis de me la rendre, je lui donnait sans me faire prier et je suis plus que surpris d'y découvrir son numéro en la récupérant. Okay peut être que le karma n'était pas contre moi finalement et que j'avais une bonne étoile au dessus de ma tête. « Même pour aller manger une glace ou pour une promenade je peux te téléphoner ? » Oui, oui j'avais décidé de tenter ma chance jusqu'au bout et parce que la glace c'était toute ma vie. J'en mangeais en toute saison et surtout devant les films romantiques que j'aimais tant et puis ça pouvait être sympa aussi de pouvoir voir Maggie dans un autre contexte que dans un bar et voilà. Dans tout les cas, avoir son numéro de téléphone c'était la promesse de pouvoir la revoir et rien que ça c'était génial pour moi.
La chose à laquelle je ne m'attendais pas par contre, c'était le fait qu'elle veuille en savoir plus sur moi et ma vie… Comment dire que c'était pas ce qu'il y avait de plus passionnant au monde ? « Oh tu sais, il n'y a pas grand-chose à dire. Je n'ai pas une vie trépidante » c'était peu de le dire, c'était même insignifiant et pourtant je me lançais quand même. « Donc moi c'est Bobby, j'ai 35 ans et je suis en plein divorce » okay en fait peut être que je n'aurai pas du dire d'entrée de jeu que j'étais en train de divorcer. Généralement c'était le genre de chose qu'on essayait de cacher non ? En plus je le vivais assez mal de divorcer et je sais pas. Mais bon maintenant que c'était dit je ne pouvais pas revenir en arrière et je continuais sur ma lancée « Je travaille à l'usine Megusta Salsa au service ressource humaine. Je m'occupe des fiches de paies parce que je serais bien incapable de virer quelqu'un » j'étais un peu trop gentil pour ça et surtout trop empathique aussi parce que je m'imaginais trop à la place des gens qui se faisaient virer et ça c'était tout sauf bon. Alors qu'au moins en m'occupant des fiches de salaire j'étais tranquille « J'ai 4 petits frères et une petite sœur. On a aussi un Rob. C'est pas un Eddison, mais c'est tout comme parce qu'il est tout le temps à la maison. » on était une famille nombreuse et j'étais fier de moi j'avais réussi à taire que j'étais retourné vivre chez mes parents. « Et puis voilà je pense que c'est tout » j'en avais déjà dit pas mal et peut être que tout ça allait la faire fuir ou pas. J'espérais pas quand même. « Tu vois la vie d'un Bobby Eddison n'est pas si intéressante que ça » bien au contraire, je me trouvais d'un ennui mortel par rapport à tout ce qu'elle pouvait vivre au quotidien mais bon ce n'était pas grave. C'était la vie hein.




lumos maxima


Dernière édition par Bobby Eddison le Jeu 28 Jan - 16:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Maggie Delacour
La Perfection ✓ Impossible n'est pas Maggie

Messages : 164
Date d'inscription : 18/11/2015

MessageSujet: Re: drink with a stranger - bobby   Mer 27 Jan - 18:28

 
Drink with a strangerBobby & Maggie  
Ça faisait si longtemps que je n'avais pas passé une soirée aussi géniale, aussi drôle, aussi intéressante je crois bien. J'avais appris à jouer au flipper et j'avais rencontré Bobby. Je pense que c'était une bonne chose pour moi. Enfin il faut le dire, je ne connaissais pas grand monde à Tacostown, je n'avais pas encore eu l'occasion de faire trop de rencontres. Les gens avaient souvent du mal à croire que j'étais une grande timide, mais c'était bien le cas. Je n'aimais pas parler et m'avancer vers des inconnus. Et si j'avais abordé Bobby ce soir, c'était uniquement parce que je n'avais pas envie de faire pipi dans ma culotte. Sans quoi, faudrait que je remercie un de ces quatre... « Comme quoi, au début on a maudit les personnes qui nous avaient abandonné et au final c'est une très bonne chose. » Oui, et mon frère aussi, faudrait que je remercie mon frère. Autant je l'avais haïs au début, comme le disait Bobby, autant maintenant, je relativisais… Enfin, ceci dit, il m'en devait quand même une, parce que finalement, mon frère n'étant pas Madame Irma, il ne pouvait pas prédire que j'allais rencontrer quelqu'un avec qui j'allais passer la soirée. J'aurais très bien pu me retrouver à rentrer toute seule, dans le noir, ou faire une très mauvaise rencontre, comme quelqu'un qui aurait mis de la drogue dans mon verre, ou que sais-je d'autre ? Mais Bobby n'était pas une mauvaise fréquentation. Je ne le connaissais pas, non, c'est vrai, mais je ne sais pas… Quelque chose passait dans son regard. J'arrivais facilement à avoir confiance en lui, je ne croyais pas une seule seconde qu'il puisse être mauvais ! Et puis, il venait quand même de me demander si on pouvait se revoir. J'avais rougi, mais j'avais accepté. « Je suis ravi que tu acceptes en tout cas. » Le sourire qu'il arborait sur son visage me fit sourire à mon tour. « Je n'aurais vraiment aucune raison de refuser, pour le coup ! » Mais vraiment. Enfin, je sais pas, je me sentais si bien à discuter comme ça avec lui que je voyais pas comment lui dire que non, je n'avais pas envie de le revoir. Et de toute façon, ce n'était pas le cas. J'avais très envie de le revoir, et j'étais même un peu gênée parce qu'au final, on venait de s'accorder sur le fait qu'on irait sans doute à un rendez-vous ensemble, plus ou moins. Mais dans ce genre de cas, le garçon invitait, normalement, alors je lui avais donné mon numéro, en lui disant qu'il pouvait se sentir libre de me contacter quand il le voulait. « Même pour aller manger une glace ou pour une promenade je peux te téléphoner ? » Je rigolais. Ca paraissait vraiment génial comme truc. Les choses les plus simples sont les meilleurs, et je ne sais pas, ça avait l'air, si simple et si naturel… « Surtout pour aller manger une glace, tu veux dire ! J'adore ça ! Ou une promenade, ça serait parfait aussi ! » Et je ne mentais pas. Franchement, je préférais de loin une promenade en mangeant une glace qu'un restaurant beaucoup trop chic où il faut rentrer le ventre et serrer les fesses pour rentrer !

Et voilà, en fait, je me disais que si on allait le revoir, je voulais le connaître un peu mieux. Lui me connaissait, il me voyait à la télé, il suivait peut être mon actualité sur les réseaux sociaux tout ça, je n'en savais trop rien. Mais oui, j'avais envie d'en savoir plus sur lui. Il m'intéressait, vraiment, ce n'était pas juste de la politesse. « Oh tu sais, il n'y a pas grand-chose à dire. Je n'ai pas une vie trépidante » Il me faisait rire. Personne n'avait une vie trépidante par définition, je veux dire, on ne vivait pas dans une série télévisée ou dans un film, on était tous les deux des gens normaux, et justement, c'était ça qui m'intéressait chez lui. Il était juste simple et normal en fait. « Donc moi c'est Bobby, j'ai 35 ans et je suis en plein divorce » Je me sentais super mal d'un coup. De lui avoir posé la question. Je ne savais plus ni quoi faire ni où me mettre. Je laissais échapper un « Oh... » de surprise, mais je me sentais vraiment mal pour lui. Mais je n'arrivais pas à trouver les mots, à savoir quoi lui dire. « Je travaille à l'usine Megusta Salsa au service ressource humaine. Je m'occupe des fiches de paies parce que je serais bien incapable de virer quelqu'un » Voilà, encore une preuve qui me montrait bien que ce n'était vraiment pas un garçon mauvais. Mais d'un autre côté, je le comprenais. J'avais plus d'une fois vécu des licenciements dans les différents projets auxquels j'avais participé, et à chaque fois que je ne pouvais m'empêcher de me dire que jamais je ne pourrais faire ça.  « J'ai 4 petits frères et une petite sœur. On a aussi un Rob. C'est pas un Eddison, mais c'est tout comme parce qu'il est tout le temps à la maison. » Un grande famille… Il en avait de la chance. J'avais Guillaume, c'est sûr, mais j'ai toujours voulu avoir une petite sœur, ce qui n'arrivera jamais, malheureusement. « Et puis voilà je pense que c'est tout » Je buvais une gorgée de bière en le regardant. « Tu vois la vie d'un Bobby Eddison n'est pas si intéressante que ça » « Moi je te trouve intéressant. »  Je crois que je ne pouvais pas lui répondre de manière plus spontanée, c'était un peu sorti tout seul même. Enfin, j'aurais peut être du peser mes mots, je ne sais pas. « Enfin, je veux dire, je trouve ta vie intéressante. C'est très bizarre à dire, mais en fait, je trouve que ça change… La plupart des gens que je côtoie en général n'ont rien d'autres à raconter que les soirées mondaines auxquelles ils ont assisté. Donc tu vois, ça, c'est pas intéressant. » C'était même énervant, et soulant à la fin, de voir tous ces gens qui font tous la même chose. Enfin franchement, super, un tel avait porté un beau costard, une autre une jolie robe, et après ? Non, ce que lui racontait, ça avait déjà beaucoup plus d'intérêt, selon moi au moins. « J'ai jamais mis les pieds dans une usine, je crois. » dis-je en rigolant, et il trouvait probablement ça un peu stupide ou bizarre, je ne sais pas, surtout si lui y travaillait. Enfin, je ne sais pas,est-ce que c'était commun, d'aller dans des usines ? « Et je trouve ça super cool que tu aies autant de frères et sœurs. J'ai un frère aussi, enfin, tu l'as déjà compris, je crois. » Je me rattrapais, parce que j'allais lui dire des trucs que je lui avais déjà dit, finalement, parce que c'était ce même frère qui m'avait amené ici, et qui ne m'avait jamais rejoint. Il l'avait peut être pas retenu, je n'en sais rien, mais pas besoin de l'ennuyer. C'était de lui qu'on parlait de toute façon. « Et... » Je m'arrêtais et prenais une nouvelle gorgée de bière. Est-ce que j'étais censée lui parler de son divorce ou pas. Je veux dire, il avait choisir de partager ça avec moi, plus ou moins, mais est-ce qu'il s'attendait à ce que j'en dise quelque chose ? Ou est-ce que je devais ne rien faire et ne rien dire ? Non, ça ce n'était pas mon genre. « Je suis vraiment désolée pour ton divorce. » Je pense que c'était la meilleure chose à dire, non ? Mais l'alcool prenait le dessus un peu, je crois, et je ne pouvais m'empêcher d'étaler ma pensée. « Enfin si tu veux mon avis, à première vue, t'es le dernier mec qui devrait vivre un divorce. T'es gentil, adorable, mignon, drôle, enfin, t'as tout pour plaire. Je sais pas qui est-ce qui peut être assez idiote pour te quitter, mais elle est vraiment pas cool... » Je m'arrêtai un peu net. J'en avais trop dit. Beaucoup trop. Je lui avais même dit ce que je pensais de lui, plus ou moins. Et c'était très gênant. Et je me permettais de porter un jugement sur sa femme, ou son ex-femme ou je ne sais quoi que je ne connaissais pas, ça n'allait plus du tout !« Mais en fait, t'avais peut être pas envie d'avoir mon avis… Et tu vois, voilà, je commence à dire n'importe quoi je suis vraiment désolée. » Je me sentais si mal que je finissais ma bière d'une traite, ce qui, ça non plus, n'était vraiment pas mon genre. J'avais peur qu'il porte un jugement sur moi. Si ça se trouve, il allait me prendre pour une grosse bitch qui portait des jugements comme ça, sans savoir. Je sentais que mes joues étaient devenues rouges, je me sentais mal, je ne savais plus quoi dire, j'avais envie de disparaître, et de changer de sujet. « Enfin bref, tu as 35 ans ? Tu les fais vraiment pas ! »

©️ sumptuous reign.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Bobby Eddison
Fangirl ✓ I will go down with this ship.

Messages : 187
Date d'inscription : 11/11/2015

MessageSujet: Re: drink with a stranger - bobby   Jeu 28 Jan - 16:49

Je vais me suicider avec des yaourts périmés








Clairement oui pendant un long moment j'avais maudit Alfred pour m'avoir abandonné et sans me donner de raison en plus. En l'espace d'un appel il était passé de meilleur ami à personne à éliminer sur le champs. Bon d'accord peut être pas éliminer parce que je serais bien incapable de tuer. Ou alors pour Leo ? Oui pour Leo je pourrais tuer, je lui avais même dit que je volerais un enfant pour elle si c'était ce qu'elle voulait. Pour Alfred maintenant je me posais la question. Surtout qu'il savait dans quel état j'étais en ce moment et que la seule chose que je voulais c'était de traîner dans mon canapé en regardant ma série préférée – dans laquelle jouait Maggie – ou alors de regarder des films et de manger des tonnes et des tonnes de glace. Puis en fait non, il avait réussi à me convaincre de sortir, il m'avait abandonné et maintenant j'étais en train de le vénérer parce que grâce à lui j'étais en train de passer une merveilleuse soirée avec Maggie. C'était genre encore mieux que dans mes rêves ou dans mon imagination quand je me demandais ce que je ferais si j'avais la chance de la croiser. En tout cas dans mes scénarios ça se finissaient toujours mal pour moi parce que j'étais un boulet fini et au vu de la soirée en fait je m'en sortais plutôt pas mal. Si je passais une excellente soirée, elle m'assurait que c'était également le cas pour elle et surtout elle avait accepté qu'on puisse ce revoir. La vie n'était-elle pas merveilleuse après tout ? Ce soir oui en tout cas.
En plus d'avoir accepté de me revoir, Maggie m'avait également donné son numéro de téléphone. Okay peut être que c'était un faux, mais peut être pas et si elle passait une bonne soirée et avait accepté de me revoir, me donner un faux numéro serait quelque peu contradictoire et puis embêtant aussi. Mais en fait je me prenais sûrement la tête pour rien. Je pouvais l'appeler quand je voulais parce qu'elle allait rester un moment ici. Tant mieux, du coup au-delà du flipper je lui demandais si une glace et une promenade lui convenait bien. Parce que je trouvais que c'était beaucoup plus sympa que d'aller dans un grand resto – pour lequel je n'avais pas les moyens de toute façon – et puis la glace c'était genre la meilleure chose au monde alors on pouvait difficilement y dire non ! « Comme ça, je pourrais te faire découvrir la ville » bon pas qu'il y avait grand-chose à découvrir à Tacostown mais bon il y avait quand même quelques endroits bien sympathiques et très charmants en longeant la plage et tout ça. Du coup oui ça serait une occasion idéale.

Puis était venu le moment où elle voulait que je lui parle de moi. Dans un sens c'était légitime parce que bon en tant que fan je savais beaucoup de choses sur elle, mais l'inverse n'était pas vrai. Pas que j'étais réticent à parler de moi, mais bon il n'y avait pas tellement de chose à dire et puis surtout ce n'était pas très intéressant. Mais je me prêtais quand même au jeu et essayait de dire ce qui me semblait le plus important on va dire. Bon elle savait déjà que je m'appelais Bobby mais bon c'était marrant de le dire une nouvelle fois, juste au cas. Et d'entrée de jeu je balançais que j'étais en train de divorcer. Peut être que j'aurai du m'en abstenir, je savais pas mais en même temps c'était un peu ce qui faisait parti de moi et du coup ben voilà. Après elle pouvait faire ce qu'elle voulait de cette information. Puis j’enchaînais sur mon boulot à l'usine. J'avais la chance de ne pas avoir le boulot le plus contraignant du monde et qui ne m'obligeait pas à faire constamment la même chose. La seule chose que je n'aimais pas dans mon boulot, c'était mes collègues. Mais ça c'était uniquement parce que je ne m'entendais pas avec eux et aussi parce qu'ils étaient méchants et aimaient bien se foutre de ma gueule. Grand bien leur fasse, dans mon  journal intime il y avait des pages d'insultes contre eux. De toute façon je n'avais pas vraiment besoin d'eux pour faire mon boulot, mais c'était plutôt le contraire. Le seul problème c'était que je n'étais pas assez méchant pour les envoyer chier ou donner des mauvaises informations. Après j'avais trop mauvaise conscience ou que ça puisse nuire à l'entreprise tout simplement. Je lui parlais aussi de notre famille nombreuse et puis voilà, je ne voyais pas ce que je pouvais rajouter d'autre.

Honnêtement pendant que je parlais, je m'attendais à la voir piquer du nez ou bailler discrètement parce que j'étais d'un ennui mortel, mais en fait pas du tout, elle semblait vraiment écouter tout de ce que je lui racontais. Mieux encore, elle me trouvais intéressant. Pour le coup je ne m'y attendais vraiment pas et je lui faisais un grand sourire et puis peut être aussi que je rougissais parce que je n'avais pas vraiment l'habitude qu'on me trouve intéressant. Dans la famille c'était toujours Teddy ou Wally qui intéressaient les gens, moi j'étais juste dans l'ombre et ça m'allait très bien. « C'est sur que je ne suis pas la personne qui pourra te parler des soirées mondaines où des fêtes que j'organise jamais. Mais pour tout le reste oui il n'y a pas de soucis. » les seules soirées un peu classe que j'avais pu faire c'était avec le boulot et encore ce n'était pas non plus le truc de très haut de gamme et comme notre famille ne roulait pas non plus sur l'or et n'était pas l'une des plus en vue de la ville on ne recevait pas non plus d'invitation. Par contre oui, si elle voulait parler du dernier film qu'elle avait vu, du dernier livre qui l'avait fait pleurer ou tout et n'importe quoi il n'y avait pas de soucis. J'étais même plutôt doué pour ça. Même en musique je pouvais m'en sortir grâce à Teddy et Alfred. « Si tu veux visiter l'usine un jour il n'y a pas de soucis. Mais tu sais avant d'y trouver mon boulot je n'y avais jamais mis les pieds non plus » D'accord visiter une usine ce n'était pas ce qu'il y avait de plus glamour, mais après tout pourquoi pas. Après n'y avoir jamais mis les pieds n'est pas une honte en soi. Concrètement oui si je n'avais pas décroché mon boulot là bas, je serais resté vierge de toute usine. Maintenant c'était juste un endroit où j'aimais me perdre de temps en temps et discuter avec les employés plutôt que les cadres qui me servaient de collègues. Ils étaient plus accessibles et sympas de toute façon, un peu comme une grande famille mais sans les liens du sang. « Oh tu sais, c'est surtout un joyeux bordel notre famille, surtout qu'on ne s'entend tous pas très bien. D'ailleurs il est ton grand frère ou ton petit ? » personnellement j'aimais tout mes frères et surtout ma sœur, mais oui j'avais plus tendance à parler à Teddy et Leo, Wally quand il était dans de bonnes disposition, mais avec Joe et Ron on était pas très proche, la faute à une trop grande différence d'âge j'imagine ou des centres d'intérêts complètement différents. Après c'était sûr qu'il y avait de l'animation pour les repas de famille.
A un moment, Maggie voulait rajouter quelque chose mais semblait hésiter. Je ne disais rien et la laissait parler, elle pouvait dire ce qu'elle voulait, je n'allais pas la manger ou lui reprocher de dire quelque chose. Okay je m'attendais pas à ce qu'elle revienne sur mon divorce, mais après tout j'en avais parlé le premier. Elle était désolé pour et je devais avouer que je l'étais pour moi aussi. Enfin dans ma vision des choses j'avais toujours pensé qu'un mariage c'était pour la vie. Je m'étais juste illusionner. Par contre je ne m'attendais pas du tout à ce qu'elle venait de dire. Genre elle me trouvais vraiment adorable et mignon et tout ça ? Okay alors là mon visage était tout simplement devenu cramoisi et je savais plus où me mettre. Je ne m'attendais pas à autant de compliment et ouais j'étais waouu… « Honnêtement je ne sais plus quoi dire. Tu m'as dit trop de compliment d'un coup et j'étais pas prêt. » vraiment pas prêt et voilà et ouais j'étais pas prêt. « Mais en fait c'est un mal pour un bien. Notre couple ne fonctionnait plus depuis un moment, je voulais juste pas ouvrir les yeux. Puis elle est tombé amoureux d'un autre. » Malgré nos difficultés, j'étais resté aveugle et je ne voulais pas voir qu'on avait plus rien en commun avec Eva. J'étais aussi persuadé que de ne pas avoir eu d'enfant rapidement avait eu raison de notre passion. Moi j'en voulais, elle non et oui je lui en avait voulu. Maintenant je n'avais plus qu'à passer à autre chose. « Ne t'excuse surtout pas, c'est moi qui ai évoqué mon divorce et ton avis était très éclairant. Je te remercie pour ta franchise Maggie » Autant avant en parler m'aurai fait pleurer comme une madeleine, autant maintenant j'arrivais quand même à prendre un peu plus de distance. Évidemment que j'étais toujours aussi triste de ce divorce, mais j'arrivais à me faire à l'idée. J'avais envie de rassurer Maggie sur le fait que parler de ça ne m'avait pas déranger, mais je ne savais pas comment et en fait je posais tout simplement ma main sur la sienne comme pour lui dire de ne pas s'inquiéter et que voilà quoi. Finalement je retirais ma main au moment où elle évoquait mon âge « Oui, mais ça c'est parce que j'ai réussi à trouver la pierre philosophale de Nicolas Flamel » oui je disais une grosse connerie mais c'était vraiment pour qu'elle se détente et la faire rigoler. « Je dois aussi avouer que ma crème de jour à base de bouse de dragon est très efficace. Je ne t'en propose pas, parce que tu as tout simplement un teint de rose et que tu n'en a absolument pas besoin. » Non, Maggie était juste la perfection incarnée. Elle était jolie et drôle et sympa et voilà j'étais sous le charme tout simplement « Maggie, je suis désolé de dire ça, mais je vais devoir rentrer, sinon je ne serais pas très frais au boulot » je n'avais vraiment pas envie de partir, limite mon boulot je m'en foutais, mais j'étais un peu trop consciencieux pour penser ce que je disais « Je peux te raccompagner ? » alors je posais la question, mais honnêtement je n'avais pas envie qu'elle dise non et peut être aussi que je voulais pas la laisser seule ici. Oui bon d'accord je m'inquiétais de ce qui pouvait lui arriver.




lumos maxima


Dernière édition par Bobby Eddison le Jeu 4 Fév - 21:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Maggie Delacour
La Perfection ✓ Impossible n'est pas Maggie

Messages : 164
Date d'inscription : 18/11/2015

MessageSujet: Re: drink with a stranger - bobby   Ven 29 Jan - 23:21

 
Drink with a strangerBobby & Maggie  
Je me sentais bien, vraiment. Je n'avais pas envie que cette soirée se termine de si tôt. J'étais bien ici, avec Bobby. Je rigolais, je ne pensais plus à tous les différents problèmes que j'avais de mon côté. J'avais juste l'impression d'être tranquille et apaisée. J'avais perdu l'habitude de sortir comme ça, de fréquenter les bars, mais là… Je ne sais pas, j'avais tout simplement l'impression de sortir avec un vieil ami. C'était simple et pas compliqué. Bobby était très gentil, et même si je n'avais pas eu l'intention de rester avec lui, ou de rester même dans ce bar quand j'avais su que Guillaume ne viendrait pas de toute façon, j'étais contente d'avoir changé d'avis. A première vue, oui, on aurait pu dire que je prenais un risque de passer la soirée avec quelqu'un qui était averti de ma notoriété, bien que je ne me prenne pas pour une grande star, mais je ne sais pas. Il y a des fous partout, il aurait très bien pu s'arranger pour récupérer mon numéro de téléphone et le publier après, ou bien le vendre à des journalistes, ce genre de choses. C'était déjà arrivé à une amie comédienne, et malgré ça, je lui avais quand même donné mon numéro. Bobby m'inspirait confiance en fait, tout simplement, et c'est sans doute pour ça que je me sentais si bien avec lui. J'allais peut être le regretter, qui sait, de lui donner cette confiance aveugle, mais je ne pensais pas. Il avait l'air sincère et honnête. Du moins, je serai vraiment dessus si j'apprenais avoir eu tord de penser que je passais vraiment une excellente soirée. Et puis, on était tous les deux d'accord pour se revoir de toute façon. Bizarrement, j'étais déjà impatiente de le revoir. De voir ce qu'on pourrait faire, si on allait aller manger une glace, se promener, ou n'importe quoi. Je savais qu'il pouvait me surprendre, qu'il allait me surprendre sans doute. Et j'étais vraiment contente qu'il me propose de me faire découvrir la ville. Je pensais qu'il pouvait être un bon guide. Guillaume m'avait déjà pas mal présenté la ville, mais ce n'était pas un natif, comme pouvait peut être l'être Bobby, et il devait connaître pleins de trucs sympas, j'en étais persuadée. J'avais vraiment l'impression d'avoir de la chance. Et oui, j'avais vraiment envie d'en apprendre plus sur lui. Il m'intéressait vraiment, tout simplement. Et puis, il semblait un garçon assez simple, donc je voulais savoir si ce n'était qu'en apparence ou bien s'il y avait une histoire derrière cette sérénité apparente.

J'étais surprise de voir qu'il se livrait à moi avec tant de simplicité. Je veux dire, je pensais pas qu'il me parlerait de son divorce comme ça. Enfin, en général, c'est pas le genre de trucs que l'on dit en premier à quelqu'un qu'on vient tout juste de rencontrer, mais j'appréciais sa franchise. Je le trouvais intéressant, et j'étais honnête quand je le lui disais. Il avait vraiment l'air d'un mec bien, stable, posé, et je comprenais pas comment un mec comme lui pouvait avoir à subir un divorce. J'étais contente qu'il m'en parle en un sens, mais moi, je n'arriverai pas à lui parler de ma situation avec Charles. Parce qu'elle était compliquée et que même moi je n'y comprenais rien du tout. Je savais pas ce que j'étais censée penser de lui, ce qu'on allait faire, est-ce qu'on allait devoir s'oublier, continuer de se voir, j'arrivais pas à prendre la bonne décision. Et non, je n'avais pas envie d'en parler avec Bobby. De toute façon, s'il suivait mon actualité, il était sans doute au courant qu'on avait rompu, et si ça se trouve, il pensait même que je sortais avec mon collègue de la tournée de la pièce à cause des magazines. Mais peu importe. « C'est sur que je ne suis pas la personne qui pourra te parler des soirées mondaines où des fêtes que j'organise jamais. Mais pour tout le reste oui il n'y a pas de soucis. » Je souriais. Je me sentais mieux à l'idée de me dire qu'il était bien différent des gens que je côtoyais dans le monde de la télévision, du show biz, de ces choses là. Finalement, je n'avais pas tant que ça d'amis qui s'en éloignait, du moins, les anciens amis que j'avais me contacter généralement avec une idée en tête, du genre me demander de faire de la proposition pour tel ou tel truc. « Ne t'inquiète pas, je n'ai vraiment pas besoin de parler de ce genre de soirée plus que je ne le fais déjà ! » Son travail à l'usine, sa famille, tout ça ça avait l'air super cool. Je veux dire, je m'étais tant éloignée de ma famille. Je n'avais pas non plus de boulot à plein temps à proprement parler. Parfois j'avais un peu l'impression de vivre une vie de bohème un peu, mais ce n'était pas son cas à lui. « Si tu veux visiter l'usine un jour il n'y a pas de soucis. Mais tu sais avant d'y trouver mon boulot je n'y avais jamais mis les pieds non plus » Je souriais de nouveau. J'avais l'impression qu'avec lui, j'allais pouvoir découvrir des choses qui m'étaient complètement inconnues. « Oui, j'adorerai visiter l'usine avec toi. » Oui, avec lui, parce que toute seule, je n'en voyais pas l'utilité. Et puis, ça serait juste plus sympa, parce que toute seule, je ne voyais pas pourquoi est-ce que j'irai visiter une usine comme ça, même si elle faisait partie intégrante du patrimoine et de la culture de Tacostown, au final. « Oh tu sais, c'est surtout un joyeux bordel notre famille, surtout qu'on ne s'entend tous pas très bien. D'ailleurs il est ton grand frère ou ton petit ? » Je rigolais. Qu'est-ce que j'aurais aimé avoir une famille dans laquelle on aurait pu avoir un joyeux bordel, mais nous, à la maison, on restait assez simple. A part Guillaume, qui était pourtant un docteur, et qui savait s'amuser, mes parents n'étaient pas du tout comme ça. « C'est mon grand-frère, il a quatre ans de plus que moi. On se chamaillait beaucoup quand on était petit, mais maintenant on s'entend vraiment très bien. Et c'est lui qui m'a amené ici à Tacostown, donc bon... »


Je tournais ma langue sept fois dans ma bouche avant de parler, parce que oui, j'hésitais. Je n'avais pas envie qu'il pense que le fait qu'il évoque son divorce ne me fasse rien, et que je n'en parle pas. Mais lui n'avait peut être pas vraiment envie d'en parler, en fait. Mais je ne pouvais pas rester là et faire comme s'il n'avait rien dit, parce que ce n'était tout simplement pas mon genre. S'il me l'avait dit, c'était sans doute qu'il avait besoin ou envie d'en parler, non ? Mais de toute façon, que je le veuille ou non, j'avais trop bu pour mentir. Je n'étais pas ivre, loin de là, mais je voulais lui dire ce que je pensais. Qu'il ne méritait pas quelque chose comme ça, et que la femme qu'il quittait ne le méritait pas lui. Je lui avais même dit ce que moi, je pensais de lui, que c'était un type bien. Et en y réfléchissant bien, je m'excusais parce que non, je n'avais pas à lui dire ça, ça ne me regardait pas du tout et je me sentais très mal de lui avoir dit ça. J'avais envie de me cacher, peut être de partir en courant, là, maintenant. « Honnêtement je ne sais plus quoi dire. Tu m'as dit trop de compliment d'un coup et j'étais pas prêt. » Je me sentais assez mal en fait, je l'avais mis mal à l'aise et c'était vraiment pas ce que je voulais. J'avais envie de m'excuser un million de fois, de changer de sujet, de penser à autre chose… « Mais en fait c'est un mal pour un bien. Notre couple ne fonctionnait plus depuis un moment, je voulais juste pas ouvrir les yeux. Puis elle est tombé amoureux d'un autre. » La garce. C'est tout ce que j'arrivais à penser à ce moment là. « Je suis vraiment désolée... » Au fond, je le comprenais, je crois, et j'arrivais à me mettre à sa place. Charles… Enfin voilà, lui aussi était allé voir ailleurs. La situation n'était pas la même, et de toute façon, on n'était pas mariés, mais j'imagine que la sensation d'être abandonné par l'être aimé devait être la même dans les deux cas. « Ne t'excuse surtout pas, c'est moi qui ai évoqué mon divorce et ton avis était très éclairant. Je te remercie pour ta franchise Maggie » J'étais contente qu'il me dise ça, même si je savais que je n'aurais pas du dire ce que j'avais dit. Ce n'était pas ma place de lui dire ce genre de chose, on se connaissait à peine après tout. Mais je voyais bien qu'il était sincère en disant que je n'avais pas besoin de m'excuser. Et le fait qu'il pose sa main sur la mienne… Je ne savais pas exactement quoi penser à ce moment là, mais si ce qu'il cherchait à faire était de me rassurer, il avait réussi, je me sentais mieux. J'étais gênée, je baissais les yeux. Et je changeais de sujet, parce que je ne voulais plus parler de ça. J'avais été surprise d'entendre son âge, parce qu'il faisait vraiment beaucoup plus jeune, en fait. Il faisait plus âgé que moi, oui, mais pas autant.  « Oui, mais ça c'est parce que j'ai réussi à trouver la pierre philosophale de Nicolas Flamel » Je rigolais. Il avait ce don de facilement réussir à détendre l'atmosphère, et ça faisait du bien.  « Je dois aussi avouer que ma crème de jour à base de bouse de dragon est très efficace. Je ne t'en propose pas, parce que tu as tout simplement un teint de rose et que tu n'en a absolument pas besoin. » Je riais de nouveau, mais plus intimidée, cette fois-ci. Je rougissais à son compliment. C'est vrai que ce serait triste à mon âge d'utiliser des produits miracles, mais de là à dire que je n'en avais pas besoin… « Merci, c'est gentil ! »

L'heure avançait, mine de rien, et il y avait déjà pas mal de personnes présentes dans le bar qui prenaient le chemin de la maison. J'avais terminé mon verre. « Maggie, je suis désolé de dire ça, mais je vais devoir rentrer, sinon je ne serais pas très frais au boulot » Comme s'il avait lu dans mes pensées. « Non ne t'inquiète pas, il est temps que je rentre aussi. Demain je dois… Rester au lit, et manger n'importe quoi, regarder la télé… C'est pas évident comme programme hein ! » dis-je en rigolant avant de prendre ma veste en cuir et de me lever. On se dirigeait vers le comptoir pour finalement payer nos consommations, bien que Bobby ne me laissait pas payer grand-chose au final, ce qui était très sympa de sa part. « Je peux te raccompagner ? » Je ne m'y attendais pas, vraiment. « Tu peux. » Je voyais pas pourquoi est-ce que je lui dirai non. La soirée se terminait, oui, mais je n'avais pas envie de le quitter maintenant. Je ne sais pas, je me disais que si je le quittais, je me disais que j'allais tout simplement me remettre à penser à Charles et à toutes ces choses qui m'empoisonnaient la vie ces derniers jours. Hors avec lui, je n'y pensais tout simplement pas. On sortait du bar. « Enfin, tu sais, j'habite un peu loin, à pieds au moins, je n'ai pas envie de te retarder non plus... » Parce que je n'avais pas de voiture ni rien, et que moi, ça ne me dérangeait pas, mais pour un peu qu'il habite complètement à l'opposé… Voilà. Mais à vrai dire, j'aurais aimé qu'il me dise que non, que ça ne le dérangeait pas du tout. « J'ai mal aux pieds. » dis-je assez spontanément alors qu'on était dehors. Quelle idée d'avoir mis des talons aussi. Je m'arrêtais, et me penchais pour détacher mes chaussures. Je m'en fichais pas mal de rentrer pieds nus, et puis, ce n'était pas à cette heure que j'allais croiser des photographes dans la rue. En plus, si ça se trouve, Bobby avait sa voiture, je n'en savais rien. Je prenais mes chaussures à la main. Du coup, j'étais plus petite que Bobby, avec les talons en moins. « Ah, c'est mieux quand même. » J'étais vraiment contente finalement, d'être venue à pieds. Parce que si j'étais venue en voiture, non, Bobby n'aurait pas pu me raccompagner. « Tu m'appelleras alors ? » Aller hop, encore une question qui sortait toute seule. Mais dans ma tête, je pensais à ce genre de garçons qu'on voit souvent, qui prennent le numéro d'une fille sans en jamais rappeler. Et j'espérais vraiment que Bobby ne soit pas comme ça. Vraiment. Je crois que finalement, je n'avais pas envie d'être juste une fille avec qui il a passé une soirée dans un bar.

©️ sumptuous reign.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Bobby Eddison
Fangirl ✓ I will go down with this ship.

Messages : 187
Date d'inscription : 11/11/2015

MessageSujet: Re: drink with a stranger - bobby   Jeu 4 Fév - 21:17

Je vais me suicider avec des yaourts périmés









Non vraiment parler des soirées mondaines ce n'était pas mon truc, après comme je lisais beaucoup la presse people, je savais qui avait été invité ou et ainsi de suite, mais mes connaissances s'arrêtaient là et j'étais soulagé que Maggie ne veuille pas en parler. Ca montrait encore une fois que même si elle en faisait partie, elle était très loin de se monde de paillette et d'apparence. Puis oui, elle devait en avoir ras les chaussettes de devoir parler que de ça avec les gens de son entourage. Parce que bon, il fallait quand même l'admettre, les soirées mondaines c'était les trois quarts de son boulot. Après parler du mien n'était pas le truc le plus intéressant du monde, surtout que je travaillais dans une usine qui fabriquait des tacos donc bon pour le glamour on repassera et contre toute attente, ça semblait l'intéresser.
Enfin je savais pas si c'était vraiment le bon mot, mais en tout cas elle m'avouait qu'elle n'avait jamais mis un pied dans une usine. Est ce que c'était une honte ? Non absolument pas, je trouvais même ça normal en fait et cela ne m'empêchait pas pour autant  de lui proposer de faire la visite de l'usine. Évidemment elle n'était pas obligé d'accepter et encore une fois elle me surprenait en acceptant. Maggie était tout simplement pleine de surprise et juste adorable.
La conversation avait ensuite dévié sur la famille. Chez les Eddison on était nombreux, vraiment nombreux et comme si c'était pas assez on avait presque adopté Rob. Le gars il était tout le temps à la maison. Pourquoi ? Je ne savais pas, mais c'était comme ça. Après ça me dérangeait pas quand il me laissait tranquille, mais c'était assez rare. Si nous on était nombreux, chez Maggie ce n'était pas le cas, elle avait un grand frère et voilà. Dans une sens je l'enviais et en même temps non. Mais au moins elle avait une personne sur qui comptait à tout moment, surtout que lui aussi était à Tacostown « Tu as fait un bon choix en venant ici » peut être que ce n'était pas vrai de son point de vu, mais moi ça me faisait plaisir.
Puis finalement on était revenu sur mon divorce. Maggie s'excusait d'en avoir parlé, pourtant ce n'était pas de sa faute, c'est moi qui l'avait mentionné le premier et voilà. Je sentais qu'elle était mal à l'aise et j'essayais de la rassurer comme je le pouvais. Après tout ce n'était pas la fin du monde et c'était le genre de chose qui arrivait à beaucoup de gens à travers le monde. Bien sur je ne lui dirais pas que j'étais pire qu'une loque quand Eva m'avait dit la vérité, mais maintenant je commençais à reprendre du poil de la bête et à remontrer la pente tout doucement.
Du coup elle avait préféré carrément changer de sujet en parlant de mon âge. C'était peut-être la meilleure chose à faire et du coup j'essayais de la faire rire et de détendre un peu l'atmosphère en lui disant que je partageais le secret de la pierre philosophale avec Nicolas Flamel et que ma crème de jour était à base de bouse de dragon. Le résultat était là et j'avais réussi à la faire rire. J'étais assez faire de moi je devais l'avouer. Pourtant en voyant l'horloge accroché au bar, je ne pouvais m'empêcher de lui dire que je devais partir.

Clairement je n'avais pas envie de partir et de laisser Maggie, je passais tellement une bonne soirée que j'aurai aimé qu'elle ne se finisse jamais. Malheureusement ce n'était pas possible et surtout je savais que si je ne rentrais pas maintenant, demain au boulot j'allais être un gros boulet à m'endormir sur mon clavier et j'avais pas envie de donner plus de munitions à mes collègues qu'ils n'en avaient déjà contre moi. Alors oui même si je voulais rester, j'étais obligé de prendre congé de Maggie. Seulement je voulais pas juste partir comme ça et allez ciao à la prochaine.
Déjà parce que ça ne me ressemblait absolument pas de faire ça et puis aussi je voulais profiter encore un peu de sa compagnie. « Moi je trouve que c'est un très beau programme, pour tout avouer c'est celui que je préfère pendant mes week-ends » On ne pouvait pas rêver mieux pour une journée j'avais envie de dire. Bon après tout dépendait aussi de l'état d'esprit dans lequel on se trouvait. Genre en ce moment Léo, Teddy et Alfred m'interdisait de faire ça. Puis bon en habitant chez les parents c'était plus délicat aussi. Mais pour ma part c'était un bon programme. Parce que j'étais un gentleman, naturellement je lui proposais de la raccompagner. Alors si mon frère ou Alfred avait été présent ils auraient pu pensé que c'était mon délire de fan absolu de savoir où Maggie habitais pour pouvoir faire mon psychopathe de base et suivre chacun de ses mouvements et pour  l'épier à tout moments. Mais en fait non ce n'était absolument pas ça.
Je voulais juste m'assurer qu'elle rencontrerait sans aucuns problèmes et surtout qu'elle ne ferait pas de mauvaises rencontres. Même si Tacostown était une ville plutôt tranquille, on était pas pour autant à l'abri des déséquilibré et tout ça et puis oui c'était surtout pour continuer à parler avec elle, ni plus ni moins. J'étais ravi qu'une fois encore elle accepte ma compagnie pour un peu moment de plus, même si elle habitait à côté je m'en foutais, honnêtement j'étais prêt à faire un détour de 50 km ce soir juste pour être sur qu'elle rentrait bien « Oh non ne t'inquiète pas pour ça. Je n'habite pas très loin. » dire ça ne m'engageait pas à grand-chose par rapport à où habitait Maggie. Puis peut être que c'était la même route que je prenais et du coup voilà tout allait bien et même si c'était pas le cas bah c'était pas grave.

Pendant qu'elle remettait sa veste, j'avais été payé nos consommation et j'en avais profité pour dire à la prochaine à Danny. On se retrouvait finalement dehors avec Maggie et l'air frais me faisait le plus grand bien. Je ne m'en était pas vraiment rendu compte tant que j'étais dans le bar, mais il faisait vraiment chaud. Les mains dans les poches, je regardais Maggie enlevait ses chaussures après sa surprenante déclaration. C'était tellement naturel et spontanée que je ne pouvais pas m'empêchait de sourire. Et puis en fait je lui offrais mon bras pour qu'elle puisse s'appuyer pour ne pas perdre l'équilibre. Je lui aurai bien proposé de la porter sur mon dos mais elle portait une jupe et puis ça serait peut être malvenu mais en même temps c'était un peu dangereux quand même d'être pied nu non ? « T'es sûre que ça va aller. Ne marche pas sur du verre ou je sais pas quoi de bizarre » vraiment j'étais à deux doigts de lui proposer de marcher sur ma veste ou je sais pas, de lui prêter mes chaussures, mais ça serait franchement bizarre et puis après je me disais que les femmes avaient l'habitude de faire ça non ? Je me souviens qu'Eva faisait souvent ça quand on sortait d'une soirée ou d'un resto parce que ses talons la faisait souffrir. C'était soit disant un mal nécessaire pour toutes femmes. Ouais peut être, mais pour moi ça restait du sadisme. Du coup avec ses talons en moins, Maggie était plus petite que moi. Non je n'étais pas complexé par ma taille, mais c'était sympa quand même voilà.
On marchait tranquillement vers chez Maggie, quand une fois encore ses paroles et sa franchise me firent sourire. En même temps je pouvais vraiment comprendre sa méfiance envers les hommes. Surtout quelqu'un rencontré dans un bar « Il faudrait que je sois tombé sur la tête pour ne pas le faire » ou alors mort tout simplement, mais bon même si j'aimais me plaindre que la vie c'était de la merde, je n'étais pas prêt à mourir, je voulais encore profiter de ce que pouvait m'apporter le destin « tu as ma parole » okay venant d'un inconnu qu'elle ne connaissait pas encore 3h plus tôt c'était facile à dire et pourtant j'étais plus que sincère dans mes paroles.

Bien trop vite à mon goût on était arrivé devant chez elle. Ca me rendait quand même un peu triste et puis surtout c'était le genre de situation que je ne savais absolument pas gérer. Parce qu'avant de partir qu'est ce que j'étais censé faire ? Lui serrer la main ? Lui faire la bise ? La prendre dans mes bras ? Faire telle ou telle chose était soit trop familière soit pas assez et c'était trop un casse-tête pour moi. Mais en tout cas on était devant chez elle et cette fois se dire au revoir était inéluctable. « Encore merci pour cette soirée Maggie » c'était la deuxième fois que je lui disais, mais vraiment j'avais passé une bonne soirée. Puis finalement je m'étais décidé sur comment lui dire au revoir. Je m'approchais pour déposer un baiser sur sa joue. C'était simple, c'était mignon et voilà ça me faisait plaisir « Dors bien Maggie ». Je la regardais rentrer chez elle, avant de tourner sur moi-même pour rentrer tranquillement chez moi.




lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Maggie Delacour
La Perfection ✓ Impossible n'est pas Maggie

Messages : 164
Date d'inscription : 18/11/2015

MessageSujet: Re: drink with a stranger - bobby   Mar 9 Fév - 15:28

 
Drink with a strangerBobby & Maggie  
La soirée touchait à sa fin, à mon plus grand regret. J'avais passé un excellent moment, et oui, en toute franchise, j'espérais pouvoir retrouver Bobby un des ces jours, pour une promenade comme il l'avait dit, ou n'importe quoi d'autre, finalement. Il était de bonne compagnie. Et puis, je en sais pas… parler avec lui comme ça de tout et de n'importe quoi, j'avais l'impression de le connaître depuis très longtemps, alors que finalement, il n'était qu'un inconnu à qui j'avais proposé de garder mon verre le temps que j'aille aux toilettes, Et avec qui j'avais décidé de m'asseoir un moment. Bon, finalement, ce moment avait duré un peu longtemps, mais bon… Non, ça ne me dérangeait pas. Et puis, de toute façon, si je n'étais pas restée parler avec lui, je serai retournée chez moi et j'aurais passé la soirée au lit, ce qui était un peu triste pour une jeune femme de vingt-cinq ans… J'avais envie de m'intégrer ici, à Tacostown, parce que oui, c'était une ville qui me plaisait, et après ces quelques années à travailler en tant que comédienne, ça me faisait du bien de me retrouver dans une petite ville comme ça, et surtout de passer du temps avec Guillaume. Bon, oui, d'accord, pas quand il m'abandonne comme ça, mais ça n'arrivait pas si souvent que ça après tout, ça n'était même jamais arrivé je crois bien, mais peu importe. Mais là, si j'avais l'intention de rester, il fallait que je rencontre des gens, et Bobby était un bon début. Enfin bref. On continuait de discuter et il me disait finalement que j'avais fait un bon choix en venant ici. Voilà qui confirmait mes pensées. Oui, je ne pensait pas avoir fait une erreur en décidant de venir ici. Je sais bien qu'à la base, c'était provisoire, et dans l'espoir de retrouver Charles, mais finalement, je commençais à m'en foutre un peu, de Charles. Au final, j'avais l'impression que Bobby me donnait envie de passer à autre chose, de penser à autre chose surtout. Et ce n'était pas plus mal.

Mais voilà, il était temps de rentrer. Je n'avais pas vu le temps passer, vraiment. Bien accompagnée, comme on dit, j'avais passé un si bon moment que j'en avais oublié de surveiller l'heure, et oui, il se faisait tard. Bon, ce n'était pas non plus comme si j'avais des trucs très très important à faire le lendemain. Au mieux j'allais sortir faire un footing ou un truc comme ça, rien d'autre. Mais Bobby travaillait, bien sûr, donc non, je ne voyais aucune raison de le retenir, et je ne me voyais pas rentrer toute seule donc je partais avec lui. Je lui faisais par de mes plans pour le lendemain, avec ironie, mais au final, c'était peut être ce que j'allais vraiment finir par faire... « Moi je trouve que c'est un très beau programme, pour tout avouer c'est celui que je préfère pendant mes week-ends » Je souriais. C'était pas fréquent les garçons qui aimaient bien ce genre de… passe-temps, si on peut appeler ça comme ça. Enfin, si ça se trouve, il disait ça pour se moquer de moi, bien que ça n'avait pas trop l'air d'être son genre, ou peut être pour ne pas me blesser du fait que j'allais procrastiner pendant une journée entière, encore une fois, alors que lui allait travailler. Oui, bon, je me sentais un peu coupable. Enfin si un de ces quatre il voulait se joindre à moi pour ce genre d'après-midi, ça m'allait très bien. Bref, j'étais contente qu'il me propose de le raccompagner. Même si plus tôt je lui avais dit que j'étais capable de me défendre seule, ça me rassurait moyennement de rentrer toute seule, là, maintenant. Et puis c'était un moyen de passer encore un peu plus de temps avec lui, donc bon…

Enfin, j'avais beau avoir envie de rentrer avec lui, en toute honnêteté, je n'avais pas non plus envie de lui faire faire un détour, et qu'il rentre trop tard. Bon, oui, d'accord, ça m'embêterait s'il me disait que finalement, c'était trop loin pour lui et tout ça, mais bon… « Oh non ne t'inquiète pas pour ça. Je n'habite pas très loin. » Je souriais. Tant mieux pour moi. « Ah bon, ça va alors ! » Il faudrait quand même que je lui rende l'appareil un de ces quatre, parce que bon… C'était quand même vraiment gentil de sa part, et on ne se connaissait pas tant que ça, donc bon… Enfin j'étais quand même super contente. On sortait du bar, et je n'étais vraiment pas à l'aise sur mes chaussures. Tant pis, je les enlevais. Je crois que l'alcool me faisait un peu agir de cette façon, mais peu importe. Je les enlevais, et Bobby me donnait gentiment son bras pour m'aider à me stabiliser, que je devais dire que cette aide était la bienvenue. Il faisait quand même relativement froid, mais bon… Encore une fois, de toute façon le lendemain, je resterai au lit, donc si j'étais malade, tant pis ! « T'es sûre que ça va aller. Ne marche pas sur du verre ou je sais pas quoi de bizarre » Même pas peur ! En toute honnêteté, j'avais tellement froid aux pieds que je ne sentais pas le sol sous mes pieds. Alors les morceaux de verre… Je pense que je ne m'en rendrais compte qu'une fois à l'appartement. « Ca va aller, t'en fais pas ! » C'était quand même gentil de sa part de s'inquiéter, mais bon, ça irait. Je m'en fichais un peu, c'étaient que mes pieds après tout. Mais encore une fois, mes paroles dépassaient ma pensée, et en toute franchise, je lui demandai s'il allait me rappeler. Je regrettais presque aussi tôt ma question, mais je ne pouvais pas vraiment revenir sur mes mots. Je n'avais pas envie de lui mettre la pression, après tout, il faisait ce qu'il voulait, mais oui, moi, j'avais vraiment envie qu'il me rappelle. Et puis, moi, je n'avais pas pris son numéro ni rien, donc ce serait à lui de venir vers moi, moi je ne pourrait rien faire du tout, et ça allait être compliqué d'attendre. Mais d'un autre côté, au moins, je saurais si ça allait servir à quelque chose de lui donner mon numéro. « Il faudrait que je sois tombé sur la tête pour ne pas le faire » Je riais un peu, mais j'étais touchée en même temps, c'était gentil de sa part. « tu as ma parole » Et non, il n'avait pas l'air d'être le genre de mec à ne pas tenir parole. Ça me rassurait en un sens, j'espérais qu'il n'allait pas me laisser attendre pendant trop longtemps, mais au moins, je lui faisais confiance à ce niveau-là. « Cool ! » Voilà. C'était tout ce que je trouvais à lui répondre, c'était minable.

Enfin on arrivait chez moi, ce qui m'évitait une situation un peu gênante, vu ma réponse. « Bon, ben voilà, on y est. » Bon, voilà. Et maintenant ? C'était un peu bizarre de se quitter comme ça. Je veux dire, je me voyais mal lui faire « bon aller, salut » et rentrer comme ça, comme si de rien n'était. Un blanc s'installait un peu. Mes chaussures toujours en main, j'étais gênée, et je ne savais vraiment pas quoi dire. Ca m'embêtait qu'il s'en aille, vraiment. Mais bon, là, c'était inévitable. A bien y penser, je n'avais jamais eu à me retrouver dans ce genre de situation, puisqu'à part Charles, je n'étais jamais vraiment sorti dehors avec un garçon, comme ça. « Encore merci pour cette soirée Maggie » J'étais un peu rassurée de voir que je n'étais pas obligée de prendre la parole moi en première. Je lui en étais presque reconnaissante. « C'est moi qui te remercie, vraiment. J'ai passé une excellente soirée grâce à toi ! Et puis, j'ai appris à jouer au flipper, c'est quand même un grand pas en avant ! » lui dis-je avec un sourire. Bon, et voilà, maintenant il fallait partir, mais je n'arrivais pas à rentrer dans le bâtiment, comme ça. Et alors que je ne m'y attendais vraiment pas, il se pencha et déposa un baiser sur ma joue. J'étais gênée, un peu. Et heureusement qu'il faisait nuit car je sentais mes joues qui brûlaient en rougissant. « Dors bien Maggie » Je trouvais ça super mignon. « Oui, toi aussi. A bientôt j'espère... » dis-je en entrant finalement dans l'immeuble, le laissant là. Voilà, on en était là. Je ne savais pas vraiment ce que ce baiser signifiait, sans doute rien, mais je ne sais pas. Oh j'avais sans doute trop bu pour y réfléchir de toute façon. Mais j'avais du mal à savoir quoi penser quand même. Enfin un bisou sur la joue, en France c'était quelque chose de tout à fait commun, mais ici en Australie… Enfin bref, je me prenais sans doute un peu trop la tête. Je montais à l'appartement, en envoyant un sms à Guillaume, lui disant qu'il devait me rappeler de le tuer demain pour m'avoir abandonné, mais au final, pas du tout. Parce que s'il avait été là, je n'aurais sans doute pas eu l'occasion de faire la connaissance de Bobby, et maintenant que cette soirée était passée, j'aurais peut être bien regretté...

©️ sumptuous reign.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: drink with a stranger - bobby   

Revenir en haut Aller en bas
 

drink with a stranger - bobby

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Visitons l'Écosse
» Et une de plus ....
» 2013: 08/01, Miami
» "Mille après Mille," ce grand classique québécois !
» Le pastafarisme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tacostown :: Tacostown :: Ostrich neighborhood-