AccueilAccueil  RechercherRechercher  Tumblr  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 BOOM. Naked. ✖ Robichouu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Leo Eddison
Warning ✓ Please read the notice.

Messages : 446
Date d'inscription : 20/09/2015

MessageSujet: BOOM. Naked. ✖ Robichouu   Jeu 19 Nov - 17:40

 Leo & Rob


La fatigue. J’ai juste envie de me rouler en boule sous ma couette et dormir pendant deux ou trois jours. Au moins. Dans la lune, je referme la porte de mon casier qui émet un bruit ultra horrible. Des fois, j’oublie qu’il est en métal rouillé et qu’il pique sérieusement les oreilles. J’ai récupéré mon sac et c’est, toujours vêtue de mon uniforme bleu flashy que je quitte le Kiwi’s Diner après avoir dit au revoir à tout le monde. Ou presque. Il y en a qui sont loin, très loin et j’ai trop de flemme d’aller dans la cour arrière pour dire au revoir. Alors je fais ma mal-élevée et heureusement que maman n’en saura jamais rien. La journée a été la plus longue de toutes les journées du monde. Faut dire que hier soir c’était vendredi soir. Alors du coup, avec Wally on est sorti prendre un verre. Puis deux. Puis trois. Puis au final on est rentrée à 7h à l’appartement. Donc l’heure à laquelle nous sommes censés nous lever pour aller travailler. Ou plutôt l’heure à laquelle je pars de l’appart’ pour me rendre au boulot. Alors autant vous dire que lorsque je suis arrivée au boulot, je dormais à moitié debout et je décuvais. J’ai décuvé toute la journée mais j’ai l’habitude, ce n’est pas comme si je faisais ça tous les vendredis soirs ou presque. Puis les samedis, aussi. Je traverse la rue, presse le pas pour rentrer au plus vite à l’appartement. J’ai besoin d’une douche. Il me faut encore montrer les trois étages sans ascenseur. Oui parce que l’immeuble est vieux, qu’avoir un ascenseur ça coûte cher puis en plus… Les marches, ça entretient la forme et vous fait des cuisses en béton. Il n’y a qu’à regarder les miennes. Ou celles de mon Wally. Je suis devant la porte et je l’entends. Le monstre de poils. Gustave. Il gratte le bois, il sait que je suis juste derrière et trépigne d’impatience que j’ouvre pour se jeter sur moi et me lèche copieusement le visage. Je déverrouille et, très rapidement, ouvre la porte en me décalant sur le côté afin que l’énorme chien se jette dans le vide. Il regarde autour de lui, je suis déjà rentrée. L’idiot se précipité tout de même sur moi et me fais tomber en arrière avec des aboiements joyeux.

« Aaaaah ! Gustave ! Moi aussi je suis contente de te voir mais faut se calmer. »

Léchouille de ma joue. Uk. Dégueu. Je gratte le haut du crâne de l’animal avant de le pousser pour pouvoir me relever. Gustave n’est pas un chien d’appartement. Gustave est énorme et devrait être dans une maison avec un grand jardin pour se défouler. Mais en fait, ayant toujours vécu dans notre appartement, à Wally et moi, il est devenu un chien d’appartement. Quand on le prend chez nos parents, il regarde toujours le jardin avec perplexité et préfère s’ étaler sur le canapé plutôt que courir. La grosse boule de poils s’allonge sur le sol, de tout son long, et retourne à sa sieste journalière. Je l’enjambe afin de pénétrer dans ma chambre. Je vais aller prendre ma douche. Après je devrais être opérationnelle pour aller embêter Joe chez lui. Je suis sûre que Wally se joindra à moi, lorsqu’il rentrera. Je me débarrasse de mes vêtements, se balader nue quand y’a personne, j’aime bien, okay ? Et c’est avec la plus grand délectation que je rentre sous la douche, appréciant à sa juste valeur l’eau chaude venant décontracter mes muscles endoloris après cette nuit blanche. Je ne sais pas combien de temps je reste dans la douche mais une chose est sûre, je me suis sentie revivre ! Je m’enveloppe dans ma serviette, me sèche consciencieusement et… J’ai oublié de prendre mes vêtements. Mmmmh. Gustave n’a pas aboyé, ce qui signifie que mon cher frère n’est toujours pas rentré. Tant mieux ! C’est donc uniquement vêtue d’un shorty en dentelle que je sors de la pièce ; je vais me rendre dans ma chambre lorsque j’entends, au loin, mon téléphone sonner. Ohh ! Vite je me dépêche d’aller dans le salon et…. Non, je ne m’attendais pas à tomber sur Rob. Pas. Du. Tout. Je fronce des sourcils.

« Oh. Je ne t’ai pas entendu rentrer, ça va ? » Je demande, comme si de rien n’était.

En vrai, je n’ai aucune pudeur. Quand on a grandi avec 5 frères, on perd la signification de ce mot. Puis Rob il m’a déjà vu dans mon plus simple appareil. … Enfin je ne vais pas rester trois heures comme ça, ce serait vil.

Code by Silver Lungs

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rob Kingsley
Robinet ✓ I don't know what's happening.

Messages : 410
Date d'inscription : 07/10/2015

MessageSujet: Re: BOOM. Naked. ✖ Robichouu   Dim 29 Nov - 14:08

Il a ENFIN fini sa journée et Rob compte bien fuir la Mairie au plus vite direction : la plage. Il est en grave manque de surf, la faute à son nouvel emploi qui, contrairement aux précédents, est... à temps plein le tout combiné à des horaires de jour. Alors son bon petit rythme qu'il avait lorsqu'il était barman a bien entendu volé en éclat. Parce qu'avant, la journée typique de Rob, c'était ça : grasse mat, surf, sieste, boulot, fiesta et rebelote. Maintenant non seulement il doit se lever tôt mais en plus, pris entre Nathan et Amber, il a bien trop de taf... Et il y comprend absolument rien. Les deux zigottos là eux ils ont un cerveau dans leur tête, mais ils se rendent pas compte qu'à cause du vide dans la sienne de tête bah… bosser c'est dur pour Rob. Heureusement pour lui, grâce à ce même vide dans sa tête, les migraines, il connaît pas (faut toujours voir le côté positif des choses). Du coup, plutôt que de rentrer chez lui pour végéter comme un végétal dans son canapé si peu confortable, Rob, comme à son habitude, est parti faire son quota de planche quotidien. Il passe donc à l'école de surf de sa sœur où il laisse tout son matos et il décide de rester pour aider la blondinette. Aujourd'hui, il est particulièrement motivé parce que Roxy entraîne les petits et Rob adore l'assister dans ces cours-là. Il faut dire qu'entre Rob et les petits, c'est une histoire d'amour. Il adore jouer avec eux vu qu’il est lui-même un grand enfant et ils le lui rendent bien.
Après une heure à aider moult gamins à tenir sur leurs planches, Rob était parti, plein de sel et de sable, en short à fleur et tee-shirt coloré, chez les inséparables Léo et Wally Eddison. Il n'avait pas besoin de les prévenir parce qu'il squatte tout le temps chez eux tel le parasite bienvenu qu'il est. Même Gustave, le chien, le prend pour l'un des meubles de l'appartement. Un gentil meuble qui, aujourd'hui lui a ramené un bon nonos que le chien s'empresse d'attaquer. Rob, ne voyant personne dans l'appartement, s'affale comme du caca dans le canapé et il allume la télé puis la PlayStation. Il attrape son portable et envoie un texto à son besto pour lui demander quand est ce qu'il allait arriver dans son chez lui pour une petite partie de play. Il n'a pas le temps de lancer FIFA que quelqu'un, sûrement Léo, sort de la salle de bain. Elle porte juste un shorty et se plante devant Rob, toute poitrine dehors, comme si de rien n'était. Lui écarquille grand les yeux qui se dirigent tout droit vers les deux collines qui décorent le torse de la jeune femme. C'est pas de sa faute, c'est un mec comme un autre et il aime mater des seins, surtout quand ce sont ceux de son ex et femme de sa vie : Léo Eddison. Hypnotisé, le Kingsley n'arrive - et surtout ne veut - pas détourner son regard de ce beau paysage. Il entend quelque chose qui vient de loin, de très loin, et n'analyse pas les mots. Bouche bée, il reste comme ça quelques seconde avant de se souvenir que ces merveilleux seins appartenait à quelqu'un. Il relève la tête rapidement, ce rendant compte que son comportement n'a rien du gentleman qu'il n'est pas. Il cligne rapidement des paupières avec un air ahuri, comme si cela allait l'aider à se concentrer sur une quelconque conversation. Il arrive, par miracle, à poser le regard sur les yeux de Léo plutôt que sur sa poitrine et il a un air infiniment stupide lorsqu'il lui dit finalement :

« Hein ? T'as dit quelque chose ? » Au bluff Kingsley, vazy au bluff, c'est ta dernière chance pour sauver la face ! Si seulement ces seins ne lui faisaient pas de l'œil, il arriverait à se concentrer, mais au lieu de ça ils attirent son regard comme des aimants irrésistibles. Alors, il tente de bluffer, oui, mais son regard ne fait que monter et descendre entre les yeux et la poitrine de la jeune femme. Ses mots n'ont aucun sens car les pensées qui traversent son cerveau sont très éloignées d'une conversation anodine.

« Je... Euh... Tu... Ouais euh... J'ai allumé la play en attendant euh... Wally arrive. »

Il dit ça mais en réalité, il en sait rien du tout. Parler de son meilleur ami a tout de même le côté positif de ramener Rob sur terre. Il faut dire qu'il est tranquillement en train de mater la petite sœur de ce dernier et que dans tous les cas la vision de seins et la pensée même de Wally ne sont pas bien accordés dans sa tête. C'est même totalement contradictoire car Rob n'a vraiment pas envie de se taper son meilleur ami. Puis imaginé Wally avec des seins fait partir toute la magie de la chose… A cette pensée, un frisson d'horreur le parcourt partant de ses orteils pour se propager dans tout son corps finissant sa course folle jusqu'au bout de ses cheveux. Il a un besoin viscéral d'en revenir à quelque chose de bien plus banal, alors il s'affale un peu plus dans le canapé et commence à parcourir le menu de FIFA tout en lançant à Léo comme si de rien n’était un :

« Ça va ? »

Mais chassé le naturel et il revient au galop. C'est plus fort que lui, Rob lance un nouveau regard aux attributs que Léo lui montre sans complexe. Bien entendu pris sur le fait, Rob finit par s'avouer coupable et par signer sa reddition, il lève les bras en l'air pour montrer qu'il n'a aucun contre argument à donner.

« Bon okay okay, je me rends compte de ce que je fais aussi mais c'est des seins ! Tu peux pas me demander de pas mater une poitrine, surtout si c'est la tienne quoi ! » Il la pointe du doigt d'un regard accusateur et il est prêt à lancer l'excuse facile de la gente masculin. « C'est de ta faute tout ça, moi je suis qu'un homme. »

Excuse facile et complètement fausse mais ça les arrange bien tous les mecs de dire ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

BOOM. Naked. ✖ Robichouu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Yopla Boom Tagada Tsoin Tsoin ^^
» Corrie Ten Boom
» Un grand "boom" entendu en Moselle, à l’Est de Metz
» « Le boom des troubles alimentaires » — TCA
» LE BOOM Festival 2016 - thème : Le Chamanisme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tacostown :: Tacostown :: Ostrich neighborhood :: Habitations-