AccueilAccueil  RechercherRechercher  Tumblr  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Let's have a kiki ✖ Charlichou ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Leo Eddison
Warning ✓ Please read the notice.

Messages : 446
Date d'inscription : 20/09/2015

MessageSujet: Let's have a kiki ✖ Charlichou ♥   Mer 11 Nov - 18:27

Charles & Leo


« Tu ne bois pas trop, tu ne parles pas aux étrangers et tu t’habilles un peu plus décemment, je te prie. » M’ordonne mon frère aîné, dans l’encadrement de la porte.

Je détourne mon regard du miroir quelques instants, hausse mes sourcils avant de rouler des yeux puis de rire. Cela ne va pas à Walter de faire le grand-frère sérieux, qui donne des conseils et surtout, qui se prend pour papa. Je termine de mettre mon mascara avant de me tourner vers mon frangin qui est maintenant avachi sur mon lit. Avec Gustave. Gustave, c’est le chien. Un énorme clébard poilu et baveux qui pourrait passer son temps à nous écraser pour avoir un câlin.

« C’est nul que tu travailles, ce soir. Je fais tout en enfilant un escarpin.
-Je saaaaais bordel de nouilles. T’aurais pu dire à Rob de venir avec toi, sinon.
-J’adore Rob, mais il n’est pas vraiment la bonne personne à prendre avec moi si je veux pouvoir rentrer avec quelqu’un. Bref. Je suis comment ?
-T’es ma soeur. » Répond-il.

Pensant à mon mascara fraichement mis, j’évite de me passer une main sur le visage et me contente donc de pousser le plus long soupir de la terre. Je frappe mon frangin avec l’oreille le plus proche mais c’était sans compter l’intervention de Gustave qui m’arrache l’objet des mains pour le déchirer et faire voler des plumes partout dans la pièce.

« Putaaaaaain ! Gustave, t’es con. Ton chien est con, Wally. »

Je le vois qui commence à s’offusquer mais je le coupe avant qu’il ne rajoute quoi que ce soit qu’il pourrait regretter.

« Donc, je suis bonne. Mais tu ne peux pas le dire parce que je suis ta soeur et que ça ferait trop incestueux, ce que je comprends parfaitement. Sur ce, je m’en vais pour vivre d’excitantes aventures en ce samedi soir et te dis à demain, 9h30 au Kiwi’s diner avec toute la famille. Je sens ton excitation de voir Teddy, sois mignon. Allez la bise ! »

J’évite le chien qui veut se jeter sur moi ; Dieu merci il est pataud et très maladroit donc il me loupe. Aisément. Ce chien est vraiment, vraiment, débile. Même sans bouger, je suis persuadée qu’il n’arriverait pas à m’atteindre, il me passerait à côté et irait se manger un mur. J’ignore comment nous avons fait pour nous retrouver avec le chien le plus débile de l’univers. Il est bien assorti à son maitre, au moins. Moi, je suis parfaite. Sans même exagérer. Sac, clefs, chaussures. Je suis prête. J’entends, au loin, mon frère me hurler de sortir couverte. Pas besoin de réfléchir trois heures pour comprendre ce qu’il me dit, on a l’esprit connecté. On est des jumeaux. Mais pas du même âge. Je claque la porte d’entrée, hésite quelques minutes à aller frapper à la porte de mon frère Joe avant de me raviser. Il n’appréciera pas que je le traîne en ce samedi soir, il a mieux à faire, d’après lui.

Rapidement, je dévale les escaliers ; j’adore le samedi soir. Même si je dois travailler demain matin à 6h, je vais arriver en retard, comme toujours mais personne ne m’en voudra parce que je suis adorable. Et qu’il suffit que je laisse mon chemisier un tout petit peu trop ouvert pour qu’on me laisse tranquille. Corail Bay. LE coin le plus cool de la Terre entière. Avec LE bar le plus génial de l’univers. Le barman, il me connait. Il me repère toujours des mecs à l’avance et à peine me suis-je assise qu’il me sert et me fait un topo de la situation.

« Alors, ce soir tu as le choix. Tu as les deux mecs de la table du fond. Ils sont seuls et je pense qu’ils cherchent quelqu’un pour s’amuser. Le grand blond, près de l’entrée, pas de copine, du genre à les collectionner, je pense. Si tu as lui. Dit-il en me désignant un homme, à l’autre bout du comptoir. Il a l’air un peu déprimé voir désespéré. Tu lui éviterais peut-être le suicide, qui sait. »

Mes yeux vont d’homme en homme. Lequel… Mmmmh… Pour faire simple, j’irais voir le blond. Maiiiiis. J’aime les challenges. Je récupère mon verre, fais un signe de la tête à Barney en désignant le pauvre homme seul et solitaire avant d’aller m’asseoir sur le tabouret à côté de lui.

« Bonsoir. Je fais en posant mon verre sur le comptoir. Vous savez, ça devrait être interdit, d’être triste un samedi soir. »

Barney, sachant ce qu’il doit faire, ressert un verre à l’inconnu. Ouuuuh je suis sûre que je peux y arriver.

« C’est pour moi ; vous avez l’air d’en avoir besoin. Je porte mon propre verre à mes lèvres. Oh, Leo, by the way. »

Code by Silver Lungs

_________________


Spoiler:
 


Dernière édition par Leo Eddison le Jeu 26 Nov - 20:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Let's have a kiki ✖ Charlichou ♥   Mer 11 Nov - 20:13

I need to pee.

Je suis actuellement mitigé. D'un côté, j'ai envie de sortir la bouteille de vodka, de pousser les meubles et de brancher Elton John à fond et de chanter avec mon coeur, mes poumons et mes tripes Sorry seems to be the hardest word en plein milieu de mon salon en boxer. Et d'un autre côté, j'ai juste envie de m'asseoir dans ma baignoire à walpé et de parler Minions. Sinon, tout va bien dans ma tête. Du coup, je fais bien attention de fermer mes volets avant de me désaper. Puis je pousse la table basse contre le mur, et la table normal aussi et je fais tomber les coussins du canapé par terre. Après je lance Youtube sur la télévision et vas-y Elton. C'est toi qui chante, c'est moi qui pleure.

Je commence à me balancer doucement et à marmonner les paroles. Au début, c'est nul. Moi j'attends le refrain ! « It's saaad, so saaaaad ! IT'S A SAD SAD SITUAAATIOOON ! AND IT'S GETTING MORE AND MORE ABSUUURD. » Oui oui. La voix de crécelle et l'accent français forcé, c'est moi. Les voisins savent qui je suis, maintenant. Mais merde, on est samedi soir ! J'ai le droit de faire une soirée karaoké slash déprime si je veux. OUI OU MERDE ? Merde ! Les voisins je les emmerde, moi je suis triste ! « SO SAAAAAD ! »

Pourquoi je suis triste, vous vous demandez peut-être ? On est samedi, et c'est le samedi que les épisodes de la série dans laquelle je joue sont diffusés. Et bon, aujourd'hui c'était l'épisode où André - aka moi - quitte Gabriella et Sidney. Et vous savez pas quoi ? Gabriella, cette salope, elle va DIRECT coucher avec mon meilleur ami dans l'épisode d'après ! NON MAIS JE SUIS TROP CHOQUE OK ? Moi je rentre en France m'occuper de mon grand-père mourant, en lui promettant de la demander en mariage à mon retour et elle... ELLE ! AAAARH ! Non, il ne confond pas fiction et réalité. Il est juste con. André mérite mieux. Il aurait dû rester avec Zoey. Ou Jane. Oh non ! NON ! Il aurait dû rester avec Mary. Mary elle était grave bonne, et elle lui prenait pas la tête avec des histoires de sentiments à deux balles.

La chanson se termine et je pousse un soupir en regardant d'un air d'autoroute la télévision. Est-ce que je veux écouter la version de Joe Cocker maintenant ? ... Bah ouais, grave putain ! Je lance la vidéo et la laisse charger, me dirigeant dans la cuisine pour chercher de quoi noyer ma peine. Eeeeet. Sa mère la pute ! Y a plus de vodka. « Putain je suis vraiment un boloss ! » Je jette la bouteille dans la poubelle, du coup, et ouais, je m'en bats les couilles du tri sélectif et ouvre la porte du frigo. Vais-je noyer ma peine avec du jus d'orange ou du lait ? Loool. Nope ! Du coup je retourne dans le salon. Je suis toujours nu, Joe Cocker chante et je n'ai rien à boire. Très bien ! Je ramasse mes vêtements qui sont en boule par terre et les remets, file très brièvement dans la salle de bain pour pisser, me laver les mains, mettre du parfum de beau gosse et coiffer mes soyeux cheveux, et ok on dit que j'suis prêt. T'façon j'en ai rien à branler, tout ce que je veux c'est boire.

Et je n'ai même pas à changer de rue pour trouver de quoi satisfaire mon envie. Ça va, ça fait plaisir. Je vais pouvoir boire sans modération, parce que j'ai juste la rue à traverser pour rentrer. Si jamais, je demande au barman de me raccompagner... Je jette un coup d'oeil au barman. Euw. Ah bah non, en fait. Il a pas assez de seins pour me raccompagner. Dsl. Je vais m'installer au comptoir et commande ma première vodka. Là, mon côté Minion se réveille : j'ai envie de lever les bras en l'air en criant : YAAAAAAY. Mais je reste sage, dit merci et prends mon verre. Maya, Fiona, André, l'Australie et Obama, je vous dédie ce verre. AMEN. Cul sec et second verre. Maintenant j'arrête de déprimer et je commence à réfléchir. Enfin... Je commence à réfléchir de façon alcoolisée hein. Faut pas abuser non plus. Duh.

Du mouvement à ma gauche me fait relever la tête. Oh. Pas Euuw. Oh ! Hastag bombe sexuelle en approche. Je fronce les sourcils. Oui ? Bonsoir. « Bonsoir. » Oui, bah bonsoir j'ai dit ! « Bonsoir. » Coucou je suis français et sexy, oui, je veux bien coucher avec toi ce soir. « Vous savez, ça devrait être interdit, d’être triste un samedi soir. » J'esquisse un sourire et hoche légèrement la tête. « Vous avez un remède contre la tristesse, peut-être ? » Je réponds sur le même ton que la jolie brune, à savoir le ton du flirt. Je garde un sourire en apercevant le sien. Puis le barman m'apporte un verre. Très bien, très bien. C'est vraiment très généreux de sa part ! « C’est pour moi ; vous avez l’air d’en avoir besoin. » Ok, je ressemble à un clochard c'est ça ? Bah merci. La grosse bise, je me casse. J'ouvre la bouche pour la remercier mais elle m'interrompt pour se présenter. Oui, les australiennes sont malpolies. Mais elles sont grave jolies, donc ça va. « Oh, Leo, by the way. » J'acquiesce et lève mon nouveau verre vers elle. « Charles. » La buvance. La reposance. Je tourne légèrement mon siège vers elle pour lui montrer que je suis intéressé poli. Mais je suis intéressé aussi. Je jette un coup d'oeil dans la salle pour voir mes potentiels concurrents de ce soir. Il est clair qu'elle n'est pas là pour jouer aux cartes... Et il est clair que d'autres de ses compatriotes ne sont pas là pour jouer aux cartes. Alors pourquoi moi ? « Alors... A quel point j'ai l'air déprimé de la vie pour que tu te décides de m'aborder moi ? » Je demande, le sourcil levé. « Parce que je ne suis pas triste. » Dit le type qui chantait tout nu dans son salon il y a trente minutes. « Je suis juste désespéré. C'est complètement différent ! » Oui oui. Je ris doucement et continue de regarder la brune. NON ! Je ne la viole pas du regard, je vous jure. C'est en tout bien, tout honneur. « J'aime bien ta robe. » Elle serait sans doute mieux sans. Mais. Mais... « Et tes yeux. D'ailleurs tu as une carte ? Parce que je suis perdu dedans. » Catch phraaaase. Non mais il est désespéré, je vous rappelle.
acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Leo Eddison
Warning ✓ Please read the notice.

Messages : 446
Date d'inscription : 20/09/2015

MessageSujet: Re: Let's have a kiki ✖ Charlichou ♥   Mer 11 Nov - 21:35

Charlie & Leo


« Bonsoir. » Répond-il.

Iiiiiiiiih. O.M.G. Il est français. Je répète, il est français. Rien que de savoir ça, cela me met en joie. Il faut dire que les mangeurs de grenouilles ne courent pas les rues de la ville alors quand on peut mettre la main sur l’un d’entre eux… Et mignon, qui plus est ! Non parce que la nationalité et l’accent ne font pas tout, il faut aussi ressembler à quelque chose. J’esquisse un léger sourire en coin, décidément, je suis sûre de mon coup, j’ai bien fait de le choisir. Garder son calme.

« Vous savez, ça devrait être interdit, d’être triste un samedi soir.
-Vous avez un remède contre la tristesse, peut-être ? »

Il mord à l’hameçon. Easy. Ne pas répondre, juste lui faire un sourire charmeur avec un très léger haussement de sourcils. Cela suffit amplement, les mots ne sont pas toujours utiles. Croyez-moi. J’ai… De longues années de pratique derrière moi. Je laisse Barney servir ma nouvelle proie qui, pour le moment, n’a pas de prénom. Patience. Sans le vouloir, je l’empêche de parler mais c’est pour la bonne cause, pour pouvoir m’introduire. Enfin introduire ma personne. Cela sonne mieux.

« Charles. 
-Enchantée. »

Vraiment. Je le suis. Chaaaarles. C’est tellement… Français ! Charles. Chââââââââârles. C’est tellement plus sexy que la version anglaise en mode prince de Galles. Justement, le français se tourne un peu vers moi. Il est intéressé. Je suis intéressée. Si ça ce n’est pas parfait ? C’aurait été encore plus simple que je ne le pensais. Je pose mon regard sur mon whisky durant quelques instants, fais tourner le liquide ambré dans le verre avant de venir ancrer mon regard dans celui de Charles.

« Alors... A quel point j'ai l'air déprimé de la vie pour que tu te décides de m'aborder moi ? Parce que je ne suis pas triste. Je suis juste désespéré. C'est complètement différent !
-Oh oui, complètement. Réponds-je avec un petit rire. Laisse-moi deviner… Une femme ? Bonne raison pour noyer sa peine dans l’alcool. »

Si ce n’est pas ça… Peut-être qu’il est malheureux parce qu’il n’y a pas de baguette en ville ? Comment ça, c’est méchant ? Juste un peu. Ou quelqu’un est mort. Mais si c’était le cas, je ne pense pas qu’il serait aussi open. Donc. Je suis géniale, d’accord ? Négligemment, j’entortille une mèche de mes cheveux bruns autour de mon index. Geste tout con. Mais pourtant bourré de sous-entendus.

« J'aime bien ta robe. Et tes yeux. D'ailleurs tu as une carte ? Parce que je suis perdu dedans.
-Oh, que de compliments. Je ne relèverai pas cette phrase qui devait faire fureur vingt ans plus tôt. Juste parce que je suis d’humeur magnanime ce soir. » Je fais en buvant une gorgée de mon whisky.

Maintenant que j’ai toute son attention, je me contente de mieux le regarder. De beaux yeux. Mmmmh… Il a l’air plutôt grand et assez bien bâti. Cela ne peut que me plaire. Je ne regrette vraiment pas d’avoir choisi le français au grand blond. Qui s’est d’ailleurs trouvé une proie, lui aussi. Quelle soirée fructueuse !

« Dis-moi, Charles… Que fait un français aussi loin de sa terre natale ? Surtout ici, dans notre petite ville. On peut dire que tu es une espèce rare, en ville. »

Et je vais l’avoir pour moi cette nuit. Compris ? Ca, ça ne fait pas l’ombre d’un doute. Je termine ma boisson, repousse le verre sur le comptoir ; Barney, très attentif, le remplace aussitôt. Il me connait si bien… Toujours présent pour étancher ma soif et celle de Wally.

« Charles… Je dis, en essayant d’avoir un accent français. Mmmmh… On te l’a sûrement déjà dit mais c’est extrêmement sexy, Charles. J’ai appris le français, au lycée. Autant dire que je ne me souviens de presque rien à part… Laisse-moi réfléchir… Bonjour… Merci… Je ne comprends pas… Très pratique. Et… »

Je bois un peu, esquisse un petit sourire amusé :

« Voulez-vous coucher avec moi ce soir. Ce qui, dans certaines circonstances, peut être très utile. »

Comme ce soir ? Parfaitement. On ne parlera pas de mon accent, je n’ai jamais été douée avec le français. Puis cela remonte à presque dix ans, autant dire, une éternité !

« Désolée, mon accent est probablement effroyable. Je n’ai jamais eu la chance de pratique la langue française. »

Dans tous les sens du terme.

Code by Silver Lungs

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Let's have a kiki ✖ Charlichou ♥   Mar 24 Nov - 23:36

I need to pee.

Pow pow pow ! Vous savez qui a une touche ce soir ? Non, pas Bibi. Ni Bibiche, lui il a Régine. Bref. Donc, qui a une touche ce soir. NON ! Pas le pécheur non plus ! C'est moi. Charles Manfred Antoine Jérôme Agard de Maupas. Hastag cocorico motherfuckers ! Enfin non, ne fuckez pas vos mothers c'est mal. Breeef. Putain. Tout ça pour dire ? Une jolie créature brune s'approche de moi, les seins en avant de façon pas subtile du tout. Franchement ? Ça me dérange pas, moi j'aime bien ! « Bonsoir. » Qu'elle fait. Mmmmmh. Ouiiii. Finalement, j'ai bien fait de quitter Elton John et Joe Cocker et de sortir de chez moi ! « Bonsoir. » Non. NON ! Je ne me la pète pas. Mais bonjouar, je paarle français. Vous voyez le petit emoji qui secoue frénétiquement de haut en bas ses sourcils avec un air équivoque dans le fond de l'oeil ? C'est tout à fait moi à l'instant, mais en plus subtil parce que mon voisin s'appelle subtil ! « Vous savez, ça devrait être interdit, d’être triste un samedi soir. » Hin-hin, bah tiens ! J'esquisse un sourire. En fait, c'est écrit sur ma face de BG que je viens de vendre mes poumons sur une chanson de tristance ? « Vous avez un remède contre la tristesse, peut-être ? » Je fais, intéressé, en me tournant légèrement vers elle. Le complice dans la salle, a.k.a. le barman eeuw, m'apporte un autre verre et je le remercie d'un sourire. Ok. Le remède. En fait elle va juste me faire boire pour me voler tous mes sous, j'ai compris tkt.

« C’est pour moi ; vous avez l’air d’en avoir besoin. Oh, Leo, by the way. » Salut bébé, pour toi j'ai une énooorme paire de pépites ! « Charles. » « Enchantée. » Je lui fais un clin d'oeil et bois un peu. Ça veut dire de même, ça veut excuse you je suis un mâle et je garde un peu de virilité de côté. Hastag don't be slappin my penis. Mon verre reposé, je ne reste pas inopinément silencieux et prends la parole. On ne va pas se regarder dans le blanc des yeux jusqu'à ce que... La foudre s’abatte sur nous, duh. Alors je lui demande à quel point j'ai l'air déprimé, parce que je suis qu'un pauvre type narcissique d'une part et d'une autre part parce que je suis curieux. Il y a un type blond plutôt beau gosse plus loin, qui a l'air d'avoir tout aussi faim, et la logique aurait voulu qu'elle aille manger avec lui... Mais non. PS : c'était une jolie métaphore ! « Laisse-moi deviner… Une femme ? Bonne raison pour noyer sa peine dans l’alcool. » Je fronce un peu les sourcils, dubitatifs. « Euuh... » Vraiment très dubitatif ! Comment dire ? Il y a de ça. Il y a un peu de Fiona, et de Maggie certes. Mais il y a aussi de la trahison dans Butterflies of love. Et cette foutu histoire de visa. Alors je finis par hocher la tête et adopter mon air mystérieux. « On a encore rejeté ma demande en mariage ! » Je fais en riant. Ceci est une blague. Ceci est de l'humour français. On ne relève pas. On passe à la drague française. Hop hop hop.

« J'aime bien ta robe. Et tes yeux. D'ailleurs tu as une carte ? Parce que je suis perdu dedans. » Do you have a map ? Because I'm lost in your eyes ! Eeet elle se fout royalement de ma gueule et de mes phrases passe-partout du siècle passé. Eh oh. Elle a de la chance, quand même. J'ai été élevé dans un château, je devrais la séduire avec une danse triviale en costume à froufrous... Alors on est plutôt bon ! « Dis-moi, Charles… Que fait un français aussi loin de sa terre natale ? Surtout ici, dans notre petite ville. On peut dire que tu es une espèce rare, en ville. » Cette fois, je les fronce pour de vrai mes sourcils. Parce que... En soit, j'étais plus qu'au courant qu'elle me faisait du rentre dedans. Mais direct BAM oké ? Oké. Va te coucher. « Je suis acteur... Alors je voyage ici et là, selon où le vent me mène. » Je réponds avec un sourire avec des dents. C'est plus ou moins la vérité, alors c'est pas un mensonge. CQFD.

« Charles… » Elle tente avec un accent français. Je plisse les yeux. Elle est fichtrement attirante lorsqu'elle fait ça. Je ne garanti pas sa sécurité si elle continue, qu'on se le dise ! « Leo ? » Je réponds. Continue, tu vas prendre cher anyway. « Mmmmh… On te l’a sûrement déjà dit mais c’est extrêmement sexy, Charles. J’ai appris le français, au lycée. Autant dire que je ne me souviens de presque rien à part… Laisse-moi réfléchir… Bonjour… Merci… Je ne comprends pas… Très pratique. Et… » Et... ? Oui, il a les yeux qui pétillent là. « Voulez-vous coucher avec moi ce soir. Ce qui, dans certaines circonstances, peut être très utile. » Là-dessus, je glousse. Mais de façon très viril, avec la pomme d'Adam et tout. Oui Julie, on peut glousser de façon virile. Bisou. « Oui. » Je dis en acquiesçant. Oui ça peut être utile ou oui, je veux bien coucher avec elle ce soir ? Bah les deux, tkt. J'avale un peu difficilement ma salive, évite de la violer du regard et de trop fixer sa bouche. S'il n'en tenait qu'à moi, je lui ferais l'amour ici même sur ce bar dans l'instant... Mais je suis un homme décent, et je me reprends du mieux que je peux ! « Mais je suis pas sûr que tu ais appris ça au lycée. » Petits rires. Finiçance de verre. Alcool qui rend le monde flou. Rapprochement cocasse... « Désolée, mon accent est probablement effroyable. Je n’ai jamais eu la chance de pratiquer la langue française. » ... Coup de grâce. Les coins de mes lèvres s'étirent en un sourire désabusé et je ne me gène plus pour l'observer ouvertement. Elle vient de me donner le pass pour son corps, oké ? Je ne suis ni un pervers, ni un homme avec l'esprit mal placé. Je sais juste lire les signaux correctement. « Il y a un début à tout, tu sais ? » Je tente de façon séductrice avant de me rapprocher sans aucune subtilité d'elle. Je lâche mon verre, attrape son visage de mes mains avant de fondre mes lèvres sur les siennes. C'est le début dans sa vie où elle pratique la langue française avec notre célèbre French kiss. Parce qu'elle est bonne, et qu'elle le vaut bien.
acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Leo Eddison
Warning ✓ Please read the notice.

Messages : 446
Date d'inscription : 20/09/2015

MessageSujet: Re: Let's have a kiki ✖ Charlichou ♥   Jeu 26 Nov - 19:37

Charlie & Leo


I kneeew you were trouble when you walked in. Aucune idée pourquoi j’ai soudainement cette chanson en tête, à un moment complètement impromptu ; probablement que Wally l’a écoutée plus tôt dans la journée et que j’ai eu droit à un concert dans le salon. Lui sur la table basse et moi sur le buffet. Anyway. Penser à mon grand-frère alors que je suis en train de faire du rentre-dedans à une beau garçon n’est clairement pas une bonne idée. Par contre, parler français, l’est. J’ai jamais vraiment eu l’occasion de pratiquer mais c’est toujours ultra craquant quand un étranger parle sa langue avec un accent. Genre… Charles ! Pas besoin d’aller chercher bien loin, son accent français est la chose la plus adorable et sexy que j’ai jamais entendue de ma vie. Je n’exagère absolument pas, non. Alors je m’essaie à la langue de Molière avec succès, je peux le voir dans ses yeux que j’ai touché la corde sensible. Par-fait. Jamais de ma vie je n’ai eu un coup aussi facile. Ja-mais. Et ça ne me déplaît pas. Bon, on enfonce un peu plus le clou ? Les « merci, au revoir »  c’est bien mignon mais. Mais ça a ses limites.

« Voulez-vous coucher avec moi ce soir. Ce qui, dans certaines circonstances, peut être très utile. »

Et les « certaines circonstances » c’est une comme ce soir. Là de suite. Où est la subtilité ? Oh, des fois, il faut aller au but plutôt que de tourner autour du pot pendant une éternité. Je trouve que cette métaphore est extrêmement bien trouvée. Je laisse glisser mon regard sur mon verre et le whisky que je fais distraitement tourner avant de boire une gorgée pour pouvoir le terminer. En face de moi, la réaction de Charles ne s’est pas faite attendre : il rit. Il a un rire que l’on pourrait placer entre adorablement mignon et sexy. Nous pencherons pour le sexy. Avec le plus grand détachement, je passe une main dans mes cheveux, l’air de rien.

« Oui. »

Un sourire satisfait étire mes lèvres. Je sais que dans le fond, c’est un oui à mon invitation extrêmement explicite. On ne pourra pas m’en vouloir de lancer des signaux pas clairs, au moins.

« Mais je suis pas sûr que tu ais appris ça au lycée.
-Non, je l’avoue. J’ai peut-être trop écouté une certaine chanson. Désolée, mon accent est probablement effroyable. » Je dis avec un petit rire.

Bien. Il est maintenant grand-temps de passer aux choses sérieuses. Je me rapproche un peu de Charles, mon regard ancré dans le sien ; sachez que je ne le lâcherai plus des yeux jusqu’à ce qu’il se soit jeté sur moi. Parce que c’est évident que c’est lui qui le fera.

« Désolée, mon accent est probablement effroyable. Je n’ai jamais eu la chance de pratiquer la langue française.
-Il y a un début à tout, tu sais ? »

Gagné. Je souris en coin, contente de moi et de Charles, qui, contre toutes attentes, réagit exactement comme je le voulais. Comme quoi, j’ai réellement un excellent remède contre la déprime, je ne mentais pas. L’instant qui suit, les grandes mains du français viennent encadrer mon visage et ses lèvres se posent sur les miennes pour échanger un baiser muy passionné. Il embrasse bien. Très bien, même. Je glisse mes mains contre sa chemise, sur son torse et constate -avec ravissement- qu’il m’a l’air plutôt bien musclé. C’est toujours agréable, d’accord ? Je colle presque complètement mon corps contre celui du brun, la tension est palpable. Je ne verrai aucun inconvénient à ce qu’il me fasse sauvagement l’amour là de suite mais ce serait plutôt malvenu de faire ça. Encore une fois, c’est Charles le premier qui prend l’initiative et, après avoir séparé nos bouches l’une de l’autre, m’entraine en dehors du bar bondé. Sa main serre la mienne, je le sens fébrile. Au moins autant que moi. Je dois me contrôler pour ne pas l’agresser sexuellement en plein milieu de la rue et heureusement pour moi il habite juste en face. Littéralement. Ascenseur. Sans que je ne m’y attende vraiment, le beau brun m’attrape, me soulève et me plaque contre une des parois métalliques. Je lâche un léger gémissement contre sa bouche ; son bassin ondulant de façon complètement éhontée contre le mien. Je mordille sa lèvre inférieur ; il s’arrête bientôt, ce putain d’ascenseur ? Ting ! Pas trop tôt. Il me relâche brièvement, juste le temps que nous sortions pour ensuite entrer chez lui. Et ça recommence. Mes doigts s’attaquent à la boutonnière de sa chemise tandis que les siens défont rapidement la fermeture éclair de ma robe qui tombe à mes pieds et reste là, en plein milieu de… Une pièce. Je ne prête pas vraiment attention à ce qui m’entoure, pour tout dire. La chemise finit elle aussi par terre. Je peux laisser mes mains parcourir ce torse dénudé et, particulièrement attirant. L’une d’elle fait sauter le bouton du jean de Charles pour venir se glisser dans le vêtement…. Ce qui a pour effet de redoubler son ardeur après que ses mains se soient brièvement crispées sur mes hanches. En peu de temps, je me retrouve sans plus aucun vêtement et sur un lit. Muy bien ! Lui aussi ne reste pas habillé bien longtemps parce que après tout, nous ne sommes pas là pour faire du tricot.

Bien le bonjour à l’ellipse !

Code by Silver Lungs

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Let's have a kiki ✖ Charlichou ♥   Dim 3 Jan - 23:26

I need to eat.

Can you feel my love?
Bombs away,
Bombs away,
Bombs away
Can you feel my love ?
Bombs away,
Bombs away,
Bombs away,
Say Geronimo !

Après l'orgasme, la chose qui me frappe le plus c'est la faim. Je ne suis qu'un homme. Mon ultime but dans ma vie c'est de niquer tout ce qui bouge et manger tout ce qui respire.

La seconde chose qui me frappe le plus, c'est que je ne sais comment traiter la jolie inconnue qui est dans mon lit. Parce qu'après le moment plus qu'intime qu'on vient de partager, je ne sais que lui proposer. Est-ce que je dois lui proposer mes bras forts, virils et puissants pour qu'elle puisse reposer sa divine conscience et son non moins divin corps, ou bien lui tendre poliment ses habits et appeler un taxi pour qu'il la raccompagne à sa maison ?

Je l'observe quelques minutes avec un sourire niais, parce que quand même on est vachement bien, avant de me pencher pour l'embrasser oklm tkt. Après, je plante mon regard dans le sien et c'est avec tout l'amour que j'ai en moi que je marmonne : « J'ai la dalle. ». Et c'est également avec tout l'amour que j'ai en moi que je la force un peu à venir avec moi dans la cuisine. Oui. Je suis un ingrat et j'ai besoin de compagnie. Allez, hop hop !

Une fois qu'elle est installée, je sors le nutella et les brioches. Oui, c'est un petit dej avancé ! « Quelque part dans le monde, c'est vraiment l'heure du petit-déjeuner ! » Je me justifie vivement. Je vous rappelle qu'au passage, j'ai un peu bu et je viens de m'envoyer en l'air. En clair, je suis méga flex dans ma vie. Assez pour servir Leo et la prendre pour mon journal intime. « En vrai, j'étais pas si triste que ça. Tout est de la faute de Elton John, et de la loi qui dit qu'on n'a pas le droit de se balader nu dans la rue ! » Parce que je suis mécontent, je croque violemment dans ma tartine de Nutella. Hastag fuck la vie ! « Et aussi ma copine m'a trompé, dans la vraie vie et dans la série où je joue. Et mon Visa va pas tarder à mourir et je vais devoir retourner en France et j'ai pas envie. Mais la seule solution que j'ai trouvé, c'est d'épouser une Australienne. » Parce qu'épouser Maggie, ça marche pas. Elle est aussi française, et j'pense pas que la double nationalité ça fonctionne. Ah oui, et accessoirement elle m'a trompé !! Mon regard reste vaguement sur Leo, et il me faut une minute encore avant que la lumière se fasse dans ma tête. « Oh !! Tu veux m'épouser ? Je pourrais te satisfaire sexuellement, et financièrement. En vrai, j'habite dans un château en France ! Tu pourrais avoir une vie de princesse avec moi, j'te juuuure ! » Et juste pour la convaincre, j'attrape le truc en fer et en plastique qui referme le paquet de brioche, en fait un cercle et vais mettre un genou à terre devant elle, un grand sourire sur les lèvres. « S'il-te-plaît ? »
acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Leo Eddison
Warning ✓ Please read the notice.

Messages : 446
Date d'inscription : 20/09/2015

MessageSujet: Re: Let's have a kiki ✖ Charlichou ♥   Ven 8 Jan - 23:50

Charlie & Leo


2h55. Il est tôt. Mais je suis censée commencer le boulot dans 6 petites heures. Alors deux options s’offrent à moi : j’attends qu’il s’endorme puis m’en vais en silence, ni vue ni connue parce que eh, je ne suis pas émotionnelle et je ne le reverrai sûrement plus jamais de ma vie. Ou alors je dors un peu et ensuite je m’éclipse. Non pas que je n’ai pas passé un moment agréable, bien au contraire ! Mais… Je ne recherche pas plus non merci au revoir ? Oui, parfaitement. Mmmmh… Le moment est à la réflexion. Mais il me stresse. Il me regarde. Il n’a vraiment pas l’air d’avoir envie de dormir. Pourtant avec tout ce qu’il a donné, il devrait être épuisé. Et je n’exagère même pas un seul instant. Fais dodo, cola mon p’tit Charles. Non ? Non. A la place il se penche pour m’embrasser. Weird. Ce garçon est weird. Il est censé dormir et me laisser m’en aller. Comme n’importe quel plan cul qui se respecte. Apparemment ce n’est pas dans l’habitude des français, ils doivent fonctionner différemment.

« J'ai la dalle. »

Okay. Je n’étais clairement pas prête à ça non plus. Je plisse mes yeux, pince mes lèvres sous l’effet de la perplexité qui s’empare de moi. Eh bien… Qu’il mange ? Oh, il se lève. Wait. Il veut aussi que je me lève. Est-il sérieux ? Il l’est. Oh et puis, pourquoi pas ! Je me lève à mon tour pour le suivre jusqu’à la cuisine. Nue. Mais ça va, le frenchie n’est pas non plus habillé, c’est journée à poil. Ou nuit. Ce n’est pas comme si on venait juste d’avoir des rapports sexuels. Et de toute façon, je n’ai jamais été pudique, c’est juste impossible lorsque l’on a grandi avec cinq frères qui, à un certain moment de ton existence, t’ont vue sans le moindre vêtements. A un âge, c’est du YOLO. Après c’est plus accidentel… Pardon Bobbie pour ce jour traumatisant. Amen.

« Quelque part dans le monde, c'est vraiment l'heure du petit-déjeuner !
-Oh mais il n’y a pas d’heure pour le petit-déjeuner. Surtout lorsque cela implique du nutella. Tu demanderas à mon frère Bobbie. » Je réponds avec un sourire amusé.

#Bobbiemangequedunutellaquandildéprime. Paie ton hashtag au passage. En tout cas, si quelques heures auparavant il été déprimé dans sa vie, j’ai l’impression que Charles se porte beaucoup mieux. Merci à l’alcool et aux endorphines. Comme quoi, la vodka et le sexe peuvent résoudre tous les problèmes ! Et j’ai droit aux confidences sur l’oreiller. Ou dans la cuisine, comme vous préférez.

« En vrai, j'étais pas si triste que ça. Tout est de la faute de Elton John, et de la loi qui dit qu'on n'a pas le droit de se balader nu dans la rue !
-Que vient faire Elton John dans cette histoire, au juste ? Et pas si triste ? Tu aurais vu ta tête de chien battu, presque aussi malheureux que Bobbie. »

Parce que c’est bien connu que mon aîné a toujours une tête de chien battu. Surtout ces dernières semaines.

« Et aussi ma copine m'a trompé, dans la vraie vie et dans la série où je joue. Et mon Visa va pas tarder à mourir et je vais devoir retourner en France et j'ai pas envie. Mais la seule solution que j'ai trouvé, c'est d'épouser une Australienne.
-Wow. Beaucoup d’informations en peu de temps. Pour ta copine, je te dirais bien « une de perdue, dix de retrouvées » mais je suis pas sûre que ça t’aide énormément. Désolée, je ne suis pas la bonne personne à qui parler de peine de coeur ; mais si ça peut te consoler, elle te regrettera, tu es un bon coup. »

Je l’ai dit, je suis nulle pour consoler. Les gens tristes ou ayant des peines de coeur… Ca me met mal-à-l’aise et je sais pas quoi en faire. Puis je ne mens même pas ! C’est un bon coup. Il a tout ce qu’il faut là où il faut et il sait s’en servir : what else ? Anyway.

« Oh !! Tu veux m'épouser ? Je pourrais te satisfaire sexuellement, et financièrement. En vrai, j'habite dans un château en France ! Tu pourrais avoir une vie de princesse avec moi, j'te juuuure ! »

Attendez… Quoi ?! Je cligne des yeux avant de me mettre à rire. Ce gars ne devrait peut-être pas boire autant, il ne tient clairement pas l’alcool. Mais au moins, c’est plutôt drôle. Je l’observe qui bidouille une bague à deux balles avec le petit truc en plastique qui ferme les brioches puis se mettre à genou devant moi.

« S'il-te-plaît ?
-Oh mon Dieu. J’ai attendu ce moment toute ma vie ! Comment te dire non ? Je réponds, le plus sérieusement possible avant de récupérer la fausse bague et la mettre à mon doigt. Je n’aurais pas pu rêver mieux ! C’est le plus beau jour de ma vie, Chââââârles. »

Je suis fiancée par la volonté de la brioche au nutella et de la sainte vodka. Amen.

« Il faut absolument que tu rencontres mes parents et mes frères. Je suis tellement émue, je vais très probablement me mettre à pleurer. »

Ce qu'on ne savait pas, à ce moment précis, c'est qu'on allait le rester, fiancés.
Code by Silver Lungs

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Let's have a kiki ✖ Charlichou ♥   

Revenir en haut Aller en bas
 

Let's have a kiki ✖ Charlichou ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Perdu Kiki
» Méditation
» Benoît XVI plaide pour des célébrations sans « ambiguïtés »
» Liste série et demande d'avis
» Thème de Kiki!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tacostown :: Tacostown :: Corail Bay-