AccueilAccueil  RechercherRechercher  Tumblr  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

  It's better to be absolutely ridiculous than absolutely boring. ✖ Leo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Leo Eddison
Warning ✓ Please read the notice.

Messages : 446
Date d'inscription : 20/09/2015

MessageSujet: It's better to be absolutely ridiculous than absolutely boring. ✖ Leo   Lun 28 Sep - 1:13


Leonie "Leo" Eddison
❝ I have nothing to declare but my genius. ❞



Ah ! Bienvenue dans notre magnifique petite ville qu'est Tacostown. Je suis Tulipe Owen, chargée de l'enregistrement des citoyens. Vous êtes donc Leo Eddison. Enfin Leonie, de mon vrai prénom. Mais honnêtement, personne ne m'appelle comme ça à part ma mère lorsqu'elle est énervée. Donc juste Leo.. Oh mais oui bien sûr ! Vous avez un bien beau prénom. Euhm. Bref. Alors, j'aurais besoin de votre date de naissance ainsi que le lieu. Je suis née ici même, le deux juillet 1988. Oh mon Dieu, c'est complètement dingue ça ! La cousine de la tante à ma mère est née exactement le même jour que vous. Ce doit être un signe ! Votre nationalité est donc... ? Euuuh australienne ? Si je suis née ici, je suis forcément australienne... Il serait temps d'apprendre la géographie. Genre vraiment. Oui oui, je sais où se situe la ville où vous êtes né(e) mais je veux juste en être certaine. Et que faites-vous dans la vie ? Aaaah ! J'ai bien fait des études d'art dramatique à Sydney mais... Ca n'a pas vraiment abouti alors en attendant de... Je ne sais pas, trouver mieux ? Je suis serveuse au Kiwi's Diner puis pour arrondir mes fins de mois, j'écris des nouvelles érotiques, mais chuuut, personne ne le sait. Ooooh ce que ça m'a l'air intéressant, bien plus intéressant que... Lalala, j'adore mon job ! Êtes-vous marié(e) ? Célibataire ? Célibataire. Eternellement et joyeusement célibataire. C'est parfait ainsi. Parfait parfait. Tout est absolument parfait. Je vous remercie de votre patience, à très vite j'espère !

Inside the box



Il est deux heures du matin, tu devrais dormir mais hélas, te voilà affamé(e) ! Que comptes-tu manger ?  Cela dépend de ce qu'il y a dans mes placards. Mais je pencherais plus pour des céréales ou des bonbons. Surtout à deux heures du matin ! Puis ça va dépendre si Wally se joint à mon goûter ou pas. Ce qu'il fait, la plupart du temps parce qu'il a faim en même temps que moi. Cherchez pas, lui et moi on est connecté.

Quel est l'animal que tu trouves le plus mignon au monde ? Et pourquoi ? Fais gaffe, si tu ne trouves pas les loutres ou les pingouins mignons, tu seras sûrement fouetté(e). Ugh. Les pingouins ? Ils sont quand même super mignons ! Puis les loutres... Non mais regardez ces petites créatures toutes douces et trognones ! Comment résister ? Je fonds. Complètement. J'aimerais faire des câlins aux pingouins qui se dandinent. Mais bon, le mieux... C'est Gustave !

Voilà, grand dilemme. Ton meilleur poto se ramène, affamé, mais oups ! Tu n'as plus qu'un seul tacos. Que fais-tu ? Tu le congédies aimablement ? Tu lui offres ton tacos ? Tu l'invites au restau à la place ? Mmmh... Le souci, c'est que si mon poto se ramène, il va me prendre mon tacos sans même me demander mon accord. Alors je suppose que je vais dire que je le lui offre de bon-coeur bien que forcée ?

Tiens, une petite question normale, c'est quoi ta couleur préférée ? Le bleu. Je crois. Ou le vert... J'aime bien le turquoise. Oh je ne sais pas, ça dépend de mon humeur !

Oulala, Mémé Gertrude t'a ENCORE offert un tricot immonde pour ton anniversaire. Que vas-tu en faire ? Le jeter ? L'offrir aux pingouins ? Oh mon Dieu oui ! Les tricots laids de la grand-mère... J'en ai eus, croyez-moi ! J'en garde un pour quand je vais la voir à la maison de retraite mais les autres, je les utilise pour faire du feu en hiver. ... Ouai non. Je les utilise comme chiffons.

Allez, une petite dernière pour la route : tu aimes vraiment les tacos ou tu fais semblant pour ne pas qu'on te donne en pâture à Gégé ? J'aime les tacos ! Mais trop de tacos tue le tacos.  










Behind the screen



A ton tour, mon petit oiseau des bois ! Alors, tu t'appelles comment ? VioletHill mais on m'appelle Ju' parce que cey mon surnom. Ooooh classe ! Et tu as quel âge, si c'est pas indiscret ? Celui de ta mère ! Héhé. Vingt-deux. Pardon. Okay okay. Aimes-tu les Tacos ? Fais gaffe à ce que tu vas répondre parce que tu risques de souffrir ! MAIS GRAVE ! MEGUSTA LOS TACOS SISI. Bien bien bien, une dernière chose, qui est ta jolie petite tête ? JENNA COLEMAN BLBLBLBLB. Tout est en ordre ; tu as une dernière chose à ajouter avant d'aller jouer ? HAHAHAHAHA non je sais pas. Arrow. La grosse bise & eat Tacos.


_________________


Spoiler:
 


Dernière édition par Leo Eddison le Mer 11 Nov - 15:04, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Leo Eddison
Warning ✓ Please read the notice.

Messages : 446
Date d'inscription : 20/09/2015

MessageSujet: Re: It's better to be absolutely ridiculous than absolutely boring. ✖ Leo   Lun 28 Sep - 2:04




It's a long story.



Un dernier trait d’eye-liner. Dernier coup de brosse dans mes cheveux bruns puis, en essayant de faire le moins de bruit possible, je quitte l’appartement. En claquant bruyamment la porte. Pour la discrétion, on repassera. Je dévale les escaliers à toute vitesse ; il est six heure du matin et je suis censée être à mon travail depuis… Quelques minutes seulement ! Ce n’est pas de ma faute. Ce n’est jamais de ma faute. Mais hier soir c’était l’anniversaire de Jerry. Et hier soir on a fait que se dire « encore un verre puis on y va ». Le dernier verre était à quatre heure. Le réveil à cinq n’a pas été des plus agréable. Mais finalement, peu importe l’heure, lorsque l’alarme sonne, on est rarement heureux et prêt à se lever. Enfin je parle pour moi.
Les rues de la ville commencent à s’éveiller ; je n’ai qu’à traverser deux carrefours pour rejoindre le Kiwi’s Diner, institution de la ville où l’on peut manger les meilleurs pancakes du pays. Je suis la dernière. Comme tous les dimanches matins. Certains détestent le lundi matin moi c’est plutôt le dimanche. Je pousse la porte, la serpillère est déjà passée. Le manageur roule des yeux en me voyant mais ne fait pas de commentaires, c’est habituel. Et bizarrement, je n’ai jamais été renvoyée pour mes retards. Il faut passer l’uniforme, la tenue bleu et le petit tablier blanc : la jupe est un peu courte, ça ne m’a jamais dérangé. J’attache mes cheveux comme je peux, je ne sais pas si c’était une si excellente idée que ça, de les couper. Maman n’a pas apprécié, lorsque j’ai débarqué avec mes cheveux courts. On discute entre collègues ; ce n’est pas le métier le mieux payé et le plus intéressant au monde mais au moins, l’ambiance est là. Le premier client est là : c’est parti.

Neuf heure précise. Ils franchissent les portes battantes du Kiwi’s Diner. Personne ne les dirige vers une table, ils y vont seuls, c’est leur table. Celle des Eddison. J’attrape huit grandes tasses que je dépose sur un large plateau avant d’aller jusqu’à la banquette sur laquelle ils sont tous installés.

Première tasse : du café noir, sans sucre, Papa. Papa, ou Philip Eddison, est quelqu’un de simple. Il ne parle pas beaucoup, il est brut de pomme, mon père. En fait, malgré sa carrure de rugbyman, papa est quelqu’un de timide, pas du tout à l’aise en société. Il travaille à l’usine, à la chaîne et comme tous les dimanches matins, ses traits sont marqués par la fatigue : la nuit à été longue. Ce n’est pas évident d’être à la tête d’une famille de six enfants, pourtant, papa a toujours su nous contenir. Un simple regard suffit à nous recadrer et jamais nous n’avons essayé de pousser les limites. Papa travaille à l’usine depuis longtemps, très longtemps, depuis qu’il a seize ans en fait. Il a parfois honte de ne pas savoir beaucoup de choses, de ne pas être capable de tenir une conversation élaborée mais il ne le dit pas, ne le montre pas, papa est pudique. Je dépose sa tasse de café et il me fait un demi-sourire. Comme toujours, il prendra les oeufs brouillés et du bacon. Cet après-midi, après sa sieste, il ira sûrement se détendre en allant jouer au rugby avec des collègues.

Deuxième tasse : thé noir, un sucre et un nuage de lait, Maman. Kathleen ou Katy Eddison, née Brackson. Si mon père ne parle pas, ma mère parle pour lui. Elle sourit toujours, maman. Maman a aussi tendance à s’énerver facilement, trait de caractère dont j’ai hérité. Elle est petite, et en la voyant, jamais on pourrait imaginer qu’elle a eu six enfants. Maman, elle reste l’éternelle adolescente qu’elle était, fut un temps… Ses cheveux blonds, j’aurais tué pour les avoir. Comme papa, elle n’est jamais allée plus loin que le lycée. Elle a même arrêté en plein milieu, lorsqu’elle est tombée enceinte pour la première fois à seize ans. Maman, elle aime papa. Depuis qu’elle a quatorze ans. Elle ne travaille pas, elle n’a jamais travaillé. C’est pour cela que les fins de mois ont toujours été difficiles mais… Maman trouvait toujours un moyen de nous égayer, même après le troisième jour consécutif à manger des pommes de terre. M’man, elle se saignerait pour notre bonheur. Elle me demande comment je vais, pour elle, ce sera des pancakes avec un peu de caramel. Plus tard, elle me dit qu’elle a rendez-vous avez la voisine pour discuter de la soirée organisée par l’usine.

Troisième tasse : Chocolat chaud, Robert. Bobby. Bobby, trente-cinq ans, est l’aîné des enfants Eddison. Robert, c’est le romantique de la famille. Mais aussi le plus négatif. Il a tendance à voir soit tout blanc, soit tout noir. Il a le dos un peu vouté, il tourne sa cuillère dans sa tasse en poussant des soupirs interminables. Bobby est triste. Il est triste parce que son idiote de femme l’a trompé, parce que lui, l’aîné, est retourné vivre chez ses parents et qu’il est misérable à pleurer son mariage en miettes. Mais Bobby, c’est aussi la personne la plus loyale qui existe dans ce monde. Celui sur qui on peut toujours compter et l’épaule sur laquelle pleurer. C’est vers lui que je me suis en premier tournée, il y a trois ans, lors de mon cancer. Robert passe peut-être beaucoup de temps à pleurnicher sur son sort et à déprimer, mais je sais que malgré tout, il mettra de côté ses soucis pour écouter ceux des autres. Je dépose un baiser sur sa joue, il esquisse un sourire. Pour lui ce sera des pancakes avec du chocolat. Après… Il regardera sûrement sa série préférée, un soap opera bien mielleux !

Quatrième tasse : un thé vert, sans sucre, Theodore. Teddy. Teddy, il a trente-trois ans et c’est le second. Teddy et moi, nous n’avons jamais été très proches. Néanmoins, il reste mon frère et s’il a besoin d’aide, bien sûr que je l’aiderai. Theodore, c’est l’artiste de la famille : il chante, joue de la guitare, compose. Hélas, le succès n’est toujours pas au rendez-vous. On peut souvent le voir faire des boulots à droit et à gauche, rien de particulier. Lui aussi vit chez nos parents, il dit qu’il fait ça pour économiser de l’argent et enregistrer un album. Je le crois. Mais peut-être devrait-il se dépêcher ? Teddy est engagé. Teddy défend la veuve et l’orphelin. Puis les animaux. Ne jamais présenter à Teddy un plat de viande, il serait capable de vous le balancer à la figure. Ou vomir. Alors pour Teddy, ce sera du pain perdu avec des fruits. Ses doigts tapotent en rythme la table, je peux voir ses lèvres remuer silencieusement, il a une chanson en tête et après le déjeuner, il ira sûrement coucher ses idées sur du papier.

Cinquième tasse : un milkshake à la banane, Joseph. Joe. Joe, c'est le troisième fils de la maison, il a trente-et-un ans et il est coincé au milieu. Entre Teddy le bohème et Wally le beau gosse ténébreux. Enfin ténébreux, c'est vite dit. J'ai toujours connu Joe avec une gameboy ou autre, greffé à la main. C'est le plus grand geek, celui qui a initié le plus jeune aux jeux vidéos. Celui qui a fait des études, aussi. Mais qui, au final, se retrouve bloqué à bosser pour la mairie et il s'y ennuie pas mal. Je l'adore, je l'ai toujours adoré et j'ai toujours tout fait pour le pousser dans les bras de mes amies. En vain ! Il habite l'appartement juste à côté du mien et je passe pas mal de temps à squatter. Pour lui... Oh il ne sait jamais ce qu'il veut, il change souvent. Plus tard, il rentrera chez lui pour rejoindre son coloc et on passera sûrement la soirée avec eux, à manger un plat chinois.

Sixième tasse : café noir -encore-, sans sucre, Walter. Wally. Wally, il est le quatrième et a trente ans. Walter… Walter il est génial. Il est drôle, il a toujours une blague à raconter. Wally, cela fait cinq ans que nous habitons tous les deux et honnêtement… Jamais je ne regretterai le jour où j’ai emménagé avec lui. Walter est mon acolyte, celui avec qui je sors le soir, celui avec qui je ris le plus. Il m’a tout -ou presque- appris. Il est une des personnes que j’aime le plus au monde, je pourrais lui confier aveuglément ma vie. Mon frère, ce héros. Alors c’est sûr, il n’est qu’un simple agent de sécurité à la mairie mais qu’importe, son métier lui plaît, il profite de la vie et je crois que c’est le plus important, non ? High five, il me demande avec un air narquois si la nuit n’a pas été trop courte. Pour lui, des oeufs au plat, du bacon et des pancakes au sirop d’érable. Rien que ça, oui. Après manger, il rentrera pour jouer à la PS4 avec Rob.

Septième tasse : Capuccino, beaucoup de chantilly, Ronald. Ron. Le bébé de la famille, Ron n’a que vingt ans. Ron a un air de zombie, la nuit a été longue mais non pas parce qu’il était dehors toute la nuit. Oh non. Plutôt parce qu’il a joué à WOW toute la nuit. Son regard est hagard et il boude un peu car maman lui a pris son portable pour qu’il puisse participer et communiquer avec le restant de la famille. Ron, c’est un geek. Posez-lui une question sur Star Trek, attendez-vous à ce qu’il vous réponde en klingon. Ronald, c’est mon petit chouchou à moi. J’aimerais qu’il se secoue un peu parfois, qu’il ne passe pas son temps enfermé à geeker, qu’il soit moins timide et qu’il prenne confiance en lui. C’est pour cela qu’avec Walter nous voulons qu’il vienne vivre avec nous. Il réfléchit. Il est long. Il n’aime pas qu’on vienne bousculer ses habitudes. Je lui ébouriffe les cheveux, il râle et ça me fait rire. Des gaufres avec une tonne de nutella pour lui. Ensuite… Oh il ira peut-être jouer à la PS4 avec Wally et Rob.

Huitième, ou plutôt verre : Du jus d'orange. Rob Kingsley. Non, lui ne fait pas partie de la famille Eddison, mais c’est un peu tout comme. Il a l’âge de Teddy mais c’est le meilleur ami de Wally. Et le mien, dans la foulée. Rob, il est le septième enfant de la famille. Il a passé son temps avec nous, il a grandi avec nous. Il faut dire que sa famille à lui ne vend pas du rêve et même si la nôtre est un peu bordélique, elle est au moins accueillante. C’est avec X et Walter que j’ai fait les conneries les plus mémorables. C’était bizarre, sans eux, lorsque je suis partie étudier à Sydney mais… C’était pour mieux se retrouver. A mon retour, ça a un peu changé entre nous. Je crois qu’il a arrêté de me voir comme Leo, le garçon manqué que j’ai été pendant très longtemps pour me voir comme… Une femme, je crois. On est sorti ensemble. Ma plus longue relation. Mais ça ne pouvait pas continuer. L’engagement, ce n’est pas pour moi. Il en veut trop. Je sais ce qu’il s’imagine et je l’aime trop pour le faire tourner en bourrique. On se sourit, il a quand même une tête d’idiot. Mais un adorable idiot. Pour lui des pancakes à la banane. Puis comme convenu avec Wally, il ira fait une partie de FIFA.

On est heureux -à part Bobby qui est un peu misérable là- et n’est-ce pas la chose la plus importante ? Qu’importe si nous ne croulons pas sous l’or, qu’importe si nos rêves ne se sont pas réalisés, peut-être se réaliseront-t-ils plus tard. Pour le moment, en ce dimanche matin, on est content d’être ensemble. Wally et Teddy, pour une journée, ne se disputeront pas. Trêve familiale oblige. Ce soir, on se retrouvera tous pour le deuxième repas dominical et familial. On fera une partie de rugby entre garçons -et moi- puis on rentrera chez nous. Le dimanche matin est difficile mais, ça s’arrange toujours en fin de journée.




_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nikki Rosenbach
Bulle ✓ Always dreaming.

Messages : 247
Date d'inscription : 09/10/2015

MessageSujet: Re: It's better to be absolutely ridiculous than absolutely boring. ✖ Leo   Mar 17 Nov - 2:57

Je profite de mon statut de modo pour écrire un beau message après ta fiche parce que je trouve ça triste que tu n'aies pas de réponse parce que tu l'as validée trop vite

GROSSES BISES :bisou:

_________________
Every Teardrop Is A Waterfall
It's unavoidable, you are a magnet. It's unavoidable, I am metallic. So do what you do, do what you do to me. Unvavoidable by Neon trees


Il parait que VOTER c'est bon pour la santé! What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: It's better to be absolutely ridiculous than absolutely boring. ✖ Leo   

Revenir en haut Aller en bas
 

It's better to be absolutely ridiculous than absolutely boring. ✖ Leo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ivy •• So Boring.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tacostown :: The kitchen :: Cook it :: It's ready !-